www.eclairement.com > La page des éditos

A nous la crise

jeudi 16 octobre 2008, par Claire Mélanie

Voilà de quoi occuper les journaux depuis fin septembre, la crise financière qui nous mène inexorablement vers une crise économique (mais n’étions-nous pas déjà dans une crise de l’économie avant même cet accélérateur financier ?).

Sauf bien sûr certaines chaînes de télévision, qui pour leur journal de 20 heures, le lundi noir d’octobre préfèrent présenter, au titre de "dossier" du soir, le problème des femmes qui cherchent, en Inde à se blanchir la peau. Qu’il fait bon dans les chaumières ! Dormez bien messieurs-dames, rien ne se passe dans notre brave et bon pays.

La crise, la fin des traders, ces ouvriers des temps modernes, devant leur ordinateur ou pendus au téléphone, sans cesse, bourdonnants, fébriles, mais pour quoi ?

Circulation de l’argent, accumulation de l’argent, dynamique ancestrale qui semble justifier n’importe quel dérive : l’humain cet animal avide.

Mais rassurez-vous, tout le monde avait déjà tout prévu, les mêmes sans doute qui se gargarisaient de ces créations bancaires. Nous sommes sauvés, le miracle de la démultiplication des euros a déjà commencé. Venez vous asseoir autour de la table et profitez du grand pardon rémunérateur.

Plus besoin de se soucier de ses actions, il faudra juste se tenir tranquille un ou deux ans, et puis l’on recommencera le cercle vicieux du contournement des règles. Pour quoi déjà ?

La décroissance a peut-être un bel avenir devant elle, mais cet avenir n’est pas pour demain.

En attendant, on joue la politique du presque mort. Tant que vous n’êtes pas à l’agonie, on ne peut rien pour vous. Alors on rafistole pour mieux consolider le système qui a déjà échoué.

Quelle réussite pour ce système d’être sauvé malgré ses fautes alors qu’on enfonce allégrement et sans hésitation le service pubique.


© Tous les textes et documents disponibles sur ce site, sont, sauf mention contraire, protégés par une licence Creative Common (diffusion et reproduction libres avec l'obligation de citer l'auteur original et l'interdiction de toute modification et de toute utilisation commerciale sans autorisation préalable).