www.eclairement.com > Savoir et Société

De l’Europe des 9 à Maastricht : 1973 – 1992

Fiche en histoire contemporaine

dimanche 13 juillet 2008, par Anne-Renée Castex

Suite et fin de nos fiches chronologiques sur la construction européenne. Nous avons d’abord vu les débuts de la construction, de la CECA à la CEE (1951 - 1957), puis l’essor du Marché Commun pendant les Trente Glorieuses (1958 - 1973).
1973 est à la fois l’année du premier choc pétrolier, qui marque la fin de la prospérité économique, et celle de l’entrée de 3 nouveaux membres dans la CEE. S’ouvre alors une période de stagnation des institutions européennes, de crise institutionnelle et de tensions internes, à la fois politiques et économiques.

Chronologie : 2 périodes

I. Une Europe en panne : 1973 – 83


Un nouveau contexte

- La fin de la grande croissance :

Trente Glorieuses (1945- 73) : l’une des dynamiques majeure de la construction de l’Europe était la forte croissance (environ 5%/an).
À partir de 1973 : ralentissement → croissance moyenne = 2,5%/an. Cet arrêt de la grande croissance est perçu comme momentané → début 1980’s. Années de croissance négative : 1974, 75, 79.

- Une succession de chocs : à 2 niveaux = monnaie + énergie

Fin du système monétaire international : créé à Bretton Woods (1944), et fondé sur un système de parité fixe entre les monnaies.

Les États-Unis rompent le système unilatéralement en 2 étapes :

Autres facteurs d’instabilité :

Construction européenne à l’épreuve de la crise : pas de réflexe protectionniste (≠ 1930’s).

- Relations avec les ex-colonies : consolidation de relations préférentielles

- Abaissement des droits de douane : cette décennie noire n’a pas arrêté la marche à l’abaissement des droits de douane dans les grandes négociations internationales :

++++La solidarité monétaire

Dès 1972, les pays européens ont essayé de trouver, dans la fluctuation générale des monnaies, une manière de limiter les fluctuations entre les monnaies européennes.

- Le Serpent monétaire européen (1972 – 78) :

Dispositif économique limitant les fluctuations de taux de change entre les pays membres de la CEE. Fonctionnement : on fait la moyenne des monnaies européennes, en fonction du poids relatif des pays → établissement d’un panier de monnaies. Définition d’une marge extrême de fluctuation de 4,5% entre les monnaies (plus ou moins 2,25%).

- Le système monétaire international (SME, 1979) :

Les 2 artisans majeurs du SME- sont [rouge]Valéry Giscard d’Estaing[/rouge] et [rouge]Helmut Schmidt[/rouge] (chancelier allemand). Encadrement des marges de fluctuation des monnaies autour d’un cours pivot de référence, l’ECU (European Currency Unit = “unité de compte européenne”). Cela ne fonctionne pas bien : à plusieurs reprises, certaines monnaies demandent à sortir du SME.

++++Stagnation des institutions

Paralysie due à 3 facteurs :

- Entrée du Royaume-uni dans l’Europe (1er janvier 1973) :

- Remise en question de la PAC : pour plusieurs raisons

- Tensions internes :

1981 – 83 : politique de relance (hausse des importations et des dépenses publiques + déséquilibre de la balance commerciale). 3 dévaluations (1981, 82, 83).
Dès 1983 : infléchissement = politique de rigueur → développement du chômage → difficultés politiques.
→ Période de difficultés entre partenaires.

II. Une double-relance : 1983 – 92



Contexte général

- Révolution anti-keynesienne : aux Etats-Unis (Reagan), puis en Europe (Thatcher en G-B) → rejet des politiques keynesiennes (politique de la demande) + politiques de stabilité de la monnaie
= politiques néolibérales.

- Réunification allemande (1990) : suite à la chute du Mur de Berlin (novembre 1989), Helmut Kohl (chancelier allemand) impose à ses partenairs la réunification allemande, qui est réalisée très vite.
chute du bloc de l’Est (1989 – 1991) : pose la question des frontières de l’Europe
→ idée d’une Europe hétérogène à plusieurs vitesses, où certains pays participent à certaines institutions et d’autres pas (cf. euro aujourd’hui).

4 éléments vont améliorer la situation :

- Compromis avec l’Angleterre (sommet de Fontainebleau, 1984) : règlement de la question de la contribution anglaise.

- Tournant de la rigueur en France (1983) : priorité donnée au rétablissement de l’équilibre budgétaire + politique de monnaie forte.

- Arrivée de Jacques Delors à la Commission européenne (1985) pour 10 ans.

- Elargissements : Grèce (1981), Espagne et Portugal (1986).

→ Relance de l’Europe par l’économie.

++++
L’Acte Unique (1986)

Chronologie :
1985 : Jacques Delors propose l’Acte Unique européen.
Février 1986 : signature de l’Acte Unique à Luxembourg.
1er juillet 1987 : entrée en vigueur de l’Acte Unique.

Contenu :

Construction d’un espace de libre-circulation (personnes, capitaux, marchandises) = Marché Unique pour le 1er janvier 1993.
Au niveau des institutions, 3 changements importants allant vers plus de fédéralisme

→ L’Acte unique a ouvert le chemin au traité sur l’UE, signé à Maastricht en 1992

++++La question des ressources financières

Le budget européen : 3 types de ressources propres

Remarque : Le traité de Rome instituant la CEE envisageait des contributions des Etats, votées par les pays (= tendance confédérale). À partir du moment où la Communauté a des ressources propres (1970’s), on s’éloigne de cette logique et on entre dans le domaine du supranational (= tendance fédérale).

Augmentation des ressources propres de la CEE. Causes : coût croissant de la PAC, élargissements, politiques régionales.
1985 – 92 : réorientation des ressources de la CEE = de plus en plus de ressources propres, de moins en moins de contribution des Etats. réorientation des dépenses de la CEE : développement des politiques régionales (//t entrée de la Grèce, du Portugal et de l’Espagne).

++++
La circulation des hommes

Chronologie :

→ Le Royaume-Uni et l’Irlande sont les deux seuls pays de l’UE à ne pas avoir rejoint l’accord Schengen.

→ Suppression des contrôles d’identité aux frontières entre les pays signataires : le territoire sans frontière ainsi créé est communément appelé espace Schengen.

→ Entrée dans la construction européenne à 2 vitesses :

= intégration inégale et différentielle.

++++Le traité de Maastricht (1992)

Chronologie :

Contenu :

Compromis entre les aspects fédéraux (pilier n°1 = pilier central) et intergouvernementaux (piliers n°2 et 3).

Consécration du principe de subsidiarité, qui est introduit dans le traité : il a pour objectif que les décisions prises dans l’UE le soient au niveau le plus pertinent et le plus proche possible des citoyens.

Poursuivre votre lecture sur l’Europe :

- Aristide Briand et l’Europe

- Fédéralistes et Unionistes

- L’Europe : bibliographie thématique

- La citoyenneté européenne, une citoyenneté non vécue et encore incomplète

Cartes des élargissements de l’UE :

- Carte des élargissements, 1952 - 2007

- Carte animée des élargissements, 1957 - 2007


Source : cours de Michel Margairaz à Paris 8, 2007/08.

© Tous les textes et documents disponibles sur ce site, sont, sauf mention contraire, protégés par une licence Creative Common (diffusion et reproduction libres avec l'obligation de citer l'auteur original et l'interdiction de toute modification et de toute utilisation commerciale sans autorisation préalable).