www.eclairement.com > Art et culture

L’amour sera convulsif ou ne sera pas

samedi 18 avril 2015, par Laura

Vous pouvez retrouver du 15 avril au 27 mai à partir de 19h au Théâtre de Ménilmontant la pièce "L’amour sera convulsif ou ne sera pas". Elle est écrite et mise en scène par Jacky Katu, aussi connu pour ses réalisations cinématographiques. Vous allez faire la rencontre d’un groupe de malades internés dans un hôpital psychiatrique. Leur maladie : l’amour.

Après le Festival d’Avignon et à la Manufacture des Abbesses, c’est en fait la troisième fois que la compagnie des Illuminations présente ce spectacle. Cette compagnie, montée par Jacky Katu, est composée de Cecilia Dassonneville, Florian Guillaume, Manuel Lambinet, Laure Millet, Mathieu Petriat et Sandra Rivero. La pièce nous parle des tourments de l’amour. Jacky Katu tente ici de prouver au plus grand nombre, que personne n’est « saint d’esprit » en amour.

L’entrée dans la salle est assez atypique puisque nous retrouvons six personnes allongées face contre terre en rang d’oignons, tous vêtus d’un pyjama bleu. L’ambiance est d’ors et déjà posée avant même le commencement. À la fois plaisante et troublante, cette pièce nous amène au fin fond des esprits dérangés de ces patients. De la simple folie en passant par l’envie de meurtre ou par le viol, chacun nous expose sa démence de manière très personnelle. Leur position de malade lève toutes leurs barrières et leur permet de nous dévoiler sans honte et dans un franc parlé leurs petites anecdotes et leurs plus lourds secrets.

La pièce est rythmée de confessions, discussions de groupe et intermèdes musicaux. Sans même s’en rendre compte, nous entrons nous-même dans ce monde de délire, où malgré tout, certaines choses nous semblent familières.

Pour l’occasion, nous avons pu poser quelques questions à l’une des actrices, Laure Millet :

Quelles sont tes impressions pour cette première représentation au Théâtre de Ménilmontant ?

« Déjà, on a beaucoup plus de place donc c’est une nouvelle mise en scène, une nouvelle conscience de l’espace. Aussi les lumières changent donc c’est assez compliqué mais j’ai beaucoup aimé. Enfin je crois qu’on a tous beaucoup aimé cette représentation. »

Et comment avez vous ressenti le lien avec le public ?

« Disons que le rapport avec le public était beaucoup plus intime à Avignon du fait de la petite salle. A la Manufacture et ici, ce sont des salles beaucoup plus grandes donc le rapport est différent. Mais j’ai trouvé qu’il y avait une bonne écoute. »

Les thèmes principaux étant l’amour et la folie, est-ce que vous vous êtes inspiré de vos expériences personnelles ?

« Non pas tellement. Je m’inspire quand même du fait d’avoir déjà été amoureuse. Mais après c’est un amour un peu spécial que l’on ressent. J’ai fait quelques recherches. Comme mon personnage parle d’un viol, j’ai regardé des vidéos de femmes qui s’étaient faites abuser par leurs patrons. Et je me suis intéressée à ce qu’elles ressentaient par la suite, ce qu’elles éprouvaient. Mais sinon c’est vrai que c’est compliqué de s’inspirer de sa vie réelle dans ce genre de situation. »

Vous pouvez retrouver les actualités de la troupe sur leur page facebook : https://www.facebook.com/pages/Cie-Illuminations/180727022102432?fref=ts

Réservations :
http://www.menilmontant.info/index.php?page=show&IDs=954&id=menu_proch&IDp=1248


© Tous les textes et documents disponibles sur ce site, sont, sauf mention contraire, protégés par une licence Creative Common (diffusion et reproduction libres avec l'obligation de citer l'auteur original et l'interdiction de toute modification et de toute utilisation commerciale sans autorisation préalable).