www.eclairement.com > Art et culture

Trois questions à Alain Blondel, peintre des mots et poète des couleurs

dimanche 30 mars 2014, par Laëtitia T.

L’artiste Alain Blondel expose ses œuvres du 22 au 30 mars à l’espace 25/M de Montreuil et met en valeur son livre Disparités qui recense certaines de ses créations. Éclairement a assisté au vernissage et a pu s’entretenir avec Alain Blondel.

Pour une présentation de l’exposition, cliquez ici.

D’où a émergé l’idée de peindre du texte ? Quel a été le processus de création ?

C’était un processus hasardeux. J’avais en tête une image d’une toile que je voulais faire depuis des années mais je ne parvenais pas
à la réaliser. J’ai alors décidé de l’écrire dans un tableau. J’ai obtenu des Clusters, c’est le nom que j’ai donné à une série de toiles.
Au final, il y a eu un texte que j’ai déployé plastiquement. Je fais jouer des variations par la manière dont les mots se disposent dans l’espace. Mon dada c’est d’allier la poésie et la peinture. Dans l’Histoire de l’art on a souvent distingué les deux, on a refusé de les associer.
Mais moi je ne crois pas en leur séparation.

Ce projet était participatif par le biais de Crowdfunding, pensiez-vous que cette méthode allait permettre de récolter suffisamment de fonds pour réaliser l’ouvrage ?

Je n’en avais pas la moindre idée. Le crowdfunding c’est une expérience intéressante. Ce procédé moderne permet de voir qu’il y a un besoin de l’écriture toujours présent. Ces formes de demandes nécessitent une grande rhétorique, en cela elles se rapprochent des lettres. Il faut écrire avec des arguments, un certain développement pour convaincre. Donc c’était comme un jeu, ça m’a fait rire ! Je devais arriver à obtenir la somme parce que si on y arrive pas c’est terrible. Il fallait impérativement y parvenir. Il y a des institutions comme Cartier qui ont participé. En quarante jours l’objectif était atteint. J’étais ravi et le livre est là aujourd’hui.

Chaque tableau a-t-il une histoire ?

Non, il n’y a pas d’histoire. Je préfère la géographie ! (rire)
Je voulais avant tout faire jouer la liberté plastique du texte. Certaines bribes sont même présentes plusieurs fois sur différentes toiles. C’est donc une somme de petites expériences d’où l’intitulé Disparités.


© Tous les textes et documents disponibles sur ce site, sont, sauf mention contraire, protégés par une licence Creative Common (diffusion et reproduction libres avec l'obligation de citer l'auteur original et l'interdiction de toute modification et de toute utilisation commerciale sans autorisation préalable).