www.eclairement.com > Art et culture

Sur Paris de Paul Scarron

Le poème du 24

mardi 24 novembre 2009, par Claire Mélanie

Pour ce mois-ci, Le poème du 24 se tournera vers un poème sur l’image de Paris au 17ème siècle. La poésie n’est pas que fleur et grâce, elle peut aussi se faire mise en scène mi-amusée, mi-critique. Eclairement vous propose quelques premiers éléments de lecture.

[sommaire]

Sur Paris

Un amas confus de maisons
Des crottes dans toutes les rues
Ponts, églises, palais, prisons
Boutiques bien ou mal pourvues

Force gens noirs, blancs, roux, grisons
Des prudes, des filles perdues,
Des meurtres et des trahisons
Des gens de plume aux mains crochues

Maint poudré qui n’a pas d’argent
Maint filou qui craint le sergent
Maint fanfaron qui toujours tremble,

Pages, laquais, voleurs de nuit,
Carrosses, chevaux et grand bruit
Voilà Paris que vous en semble ?

Présentation

Le sonnet, au 17ème siècle, n’est pas que la forme de la poésie de l’amour et de la galanterie, il peut être également la forme du trait piquant.

En voici un exemple avec ce Sur Paris de Scarron, dans lequel la ville n’est que désordre : notamment visuel, sonore et moral.
Et c’est la construction-même du poème en une seule phrase sur 14 vers - le tout rythmé par de courtes sentences ponctuées de virgules - qui donne d’emblée l’idée d’un amoncellement, d’une profusion dans cette accumulation grammaticale. Celle-ci aurait pu renvoyer à la richesse, à une ville positivement vivante, on y lirait plutôt cependant une profusion-confusion négative.

Premier quatrain

- L’idée de confusion et de l’entassement provient

- L’aspect négatif de cet entassement-amoncellement :

Second quatrain

A nouveau l’idée de la profusion-confusion :

- "force gens" signifiant : beaucoup de

- tout le quatrain est construit sur l’énumération accumulative :

- on retrouve également les jeux d’opposition et les mentions négatives :

Premier tercet

On y retrouve, avec un effet supplémentaire d’insistance (anaphore de "maint + nom"), les phénomènes des autres strophes : multitude et lieu négatif.

- multitude :

- le lieu négatif comme lieu de l’apparence, du masque et de la fausseté

Second tercet

Dernière énumération accumulative venant nourrir le désordre : mélange de personnes, "pages, laquais, voleurs de nuits", de choses et d’animaux, "carrosses, chevaux", et de son "grand bruit".

Cette énumération a sa cohérence, nous suggérant, dans une tournure évocatrice, la course du carrosse, accompagné de sa nuée de serviteurs, mais attirant aussi le voleur.
Jusqu’au bout, Paris est le lieu de l’agitation et du crime.

Que penser alors de la question finale, interpelant le lecteur ?

C’est une manière d’intégrer le lecteur à la vision qui vient d’être donnée (affirmation dans le "voilà Paris"). Appel peut-être à réfléchir sur le vrai visage de cette ville, question du moraliste qui veut faire réagir ? A voir, car Scarron est d’abord un auteur comique. Si la ville est présentée sous un mauvais jour, n’est-ce pas plutôt pour la ridiculiser avec humour ?

Mais d’un autre côté, la question amène à relire le sonnet comme un jeu, jeu descriptif, et tout relatif : "Voilà Paris" à lire comme "Voilà Paris selon moi, tel que la ville peut être décrite dans un sonnet". Invitation à prendre la plume à son tour et à tenter de faire exister Paris en 14 vers ?

Poursuivre votre lecture :

- Scarron, Vous faites voir des os

- Verlaine, Le bruit des cabarets, la fange du trottoir

- Amers de Saint-John Perse

- La nuit aveuglante, André de Richaud


© Tous les textes et documents disponibles sur ce site, sont, sauf mention contraire, protégés par une licence Creative Common (diffusion et reproduction libres avec l'obligation de citer l'auteur original et l'interdiction de toute modification et de toute utilisation commerciale sans autorisation préalable).