www.eclairement.com > Savoir et Société

Rien ne va plus à la RATP

mardi 6 juin 2006, par Claire Mélanie

Mardi 06.06.06. Une après-midi comme une autre à Paris. Le bus arrive. Les gens rentrent, moi avec. Je porte un écran d’ordinateur ce qui m’occupe les deux mains, cela ne peut que se voir. Je passe ainsi devant le chauffeur qui me réclame malgré tout de lui montrer mon titre de transport "Validez votre titre"... Le ton reste à peu près poli mais pourquoi insister de la sorte quand l’évidence est là ? J’ai les mains occupées... Posant mon écran sur un bord de siège, je valide quand même mon titre.

La situation devient d’autant plus désagréable quand j’entends deux passagères, qui ne se connaissent a priori pas, discuter au sujet du comportement du chauffeur.

D’après la dame blonde, le conducteur serait loin de réclamer à tout le monde une telle vérification du ticket : elle n’a rien montré et il ne lui a rien demandé. Son avis et son explication : qu’elle a plus de cinquante ans et qu’elle est blonde. Il ne serait pas étonnant que ce soit la vraie raison. Le reste de mon trajet allait venir confirmer cette théorie. Plusieurs personnes sont rentrées dans le bus sans montrer de titre. Celles qui ne se sont rien vu réclamer étaient toutes des personnes âgées, dame ou monsieur. Est-ce bien normal ? Depuis quand l’honnêté est-elle liée à l’âge ? Est-on encore dans ce mythe de l’âge avancé comme synonyme de sagesse et approche plus grande de la perfection humaine ?

Mon observation, et c’est d’ailleurs cela qui est inquiétant, n’est pas une observation isolée : à plusieurs reprises déjà, j’ai pu entendre des gens qui se plaignaient quant au comportement du conducteur face à la possession d’un ticket. Et ce que j’ai entendu ou constaté relevait la plupart du temps de ce que l’on appelle couramment le "délit de sale gueule". Je crois que cette attitude ne concerne d’ailleurs pas que les personnes de couleur mais plus généralement les jeunes. La RATP se serait-elle permise de faire des statistiques sur les populations fraudant le plus dans les transports, donnant alors des consignes contestables à ses agents ? Ou bien y-a-t-il une pression de la direction sur les agents pour qu’en plus de leur travail qui est celui de conduire un bus, ils débusquent les "sans-titres", leur donnant également une sorte de statut de vigile ? Mais on sait certaines critiques qui ont pu être émises contre les vigiles de boîte de nuit, entre autres...


© Tous les textes et documents disponibles sur ce site, sont, sauf mention contraire, protégés par une licence Creative Common (diffusion et reproduction libres avec l'obligation de citer l'auteur original et l'interdiction de toute modification et de toute utilisation commerciale sans autorisation préalable).