www.eclairement.com > Art et culture

Petite perle cristalline, Henri Frédéric Amiel - commentaire

Le poème du 24

mardi 24 février 2009, par Claire Mélanie

Henri Frédéric Amiel (1821-1881), écrivain, poète et penseur suisse est surtout connu pour son important journal intime (17 000 pages) qui influença un certain nombre d’auteurs de la fin du 19ème et du 20ème.

Il écrivit également des textes poétiques (La part du rêve, Jour à jour). En voici un, offert sur de multiples pages internet, séduisant comme souvent un lectorat par la simplicité évocatoire de ces deux quatrains.

Le poème

Petite perle cristalline
Tremblante fille du matin,
Au bout de la feuille de thym
Que fais-tu sur la colline ?

Avant la fleur, avant l’oiseau,
Avant le réveil de l’aurore,
Quand le vallon sommeille encore
Que fais-tu là sur le coteau ?

Pistes pour un commentaire

Nous pouvons nous demander ce qui fait de ce poème une sorte de chanson/comptine universelle.


1. Notons tout d’abord que le texte joue beaucoup sur les sonorités.

Ce jeu se fait bien entendu tout d’abord autour des rimes. Les deux quatrains sont formés autour de rimes embrassées (schéma ABBA) :

"line" "tin" "thym" "line"
"eau" "ore" "ore" "eau"

La rime en "line" est une rime riche, incluant trois phonèmes ("l", "i", "n"), la rime en "tin" est suffisante, s’appuyant sur deux phonèmes, la rime en "eau" est pauvre (un seul phonème commun) et la rime en "ore" est suffisante (deux phonèmes communs).

Cependant les jeux sonores de ce poème, le rapprochant d’une oralité ou contée ou chantée, ne s’arrête pas aux rimes. Il existe d’importants échos ou glissements sonores à l’intérieur de chaque quatrain ou d’un quatrain à l’autre.

"colline" répond en dehors de la seule rime à colline en raison du début en "c", auquel répond à son tour "coteau" en fin de poésie. "Coteau", c’est le mot "colline" associé à la nouvelle rime. Le rapprochement sonore se fait d’autant plus facilement qu’il s’inclut dans un jeu d’anaphore, avec une reprise du "Que fais-tu sur". On est presque dans le refrain, tout au moins le texte adopte-il un des schémas fréquents de la comptine : la variation dans le même.

On pourrait également observer le glissement du "t" du vers 1 au vers 2, du "b" du vers 2 au vers "3" (à la même place syllabique, initiant la deuxième syllabe du vers).

Au second quatrain, c’est donc l’anaphore qui vient relayer l’écho sonore. Ici il ne s’agit plus tant de glissement que de répétition du même : "avant" à trois reprises dont les sonorités semblent se retrouver dans le terme "vallon".
L’anaphore permet en plus de jouer sur le son de jouer sur le rythme, le marquant d’avantage, en plus du rythme apporté par la structure rimée.

2. Une tonalité enfantine

La tonalité enfantine semble tout d’abord naître de l’appellation et de l’adresse à la perle. la périphrase "petite perle cristalline" pour désigner la rosée vient apporter un regard naïf et attendri sur une chose naturelle. Le questionnement lui-même "que fais-tu" relève également d’un questionnement naïf en même temps que poétique.

Poétique en effet parce que ce questionnement est lié à la vision anthropomorphique de la petite perle. On lui suppose une faculté de compréhension et une faculté à répondre. C’est un monde animiste.

Par ailleurs, la perle est présentée sous un aspect fragile, qui amène le lecteur à la sympathie :

- "petite perle"
- "tremblante"
- "au bout"

Nous ne sommes pas loin non plus du conte eschatologique, sur les origines d’une chose, non pas tant ici parce qu’on aurait l’explication de l’origine de la rosée mais parce que le texte interroge sa raison d’être. Et comme dans les textes eschatologiques, on prête une intention aux choses, aux phénomènes naturels. La question "que fais-tu" comprend implicitement l’idée que la perle est là intentionnellement, pour une raison.

Derrière cette naïveté première, nous sommes renvoyés au fonctionnement de l’univers.

Poursuivez votre lecture

- Avril de Gérard de Nerval

- Alassio, Emile Cottinet

- Baudelaire - A une passante - Commentaire


© Tous les textes et documents disponibles sur ce site, sont, sauf mention contraire, protégés par une licence Creative Common (diffusion et reproduction libres avec l'obligation de citer l'auteur original et l'interdiction de toute modification et de toute utilisation commerciale sans autorisation préalable).