Accueil > Art et culture > Rubinstein, Pavlova, les lettres russes à la (...)

Rubinstein, Pavlova, les lettres russes à la fête !

mercredi 19 octobre 2005, par Anne-Renée Castex impression

Mots-clefs :: Poésie ::

Comme chaque année au mois de Novembre, les « Belles Etrangères » nous invitent à découvrir la littérature contemporaine d’un pays étranger grâce à une série de rencontres avec des écrivains. Cette manifestation est organisée par le Centre National du Livre depuis 1987. Cette année, la Russie était à l’honneur : du 15 au 27 novembre 2004, 12 écrivains russes ont silloné la France (et même un petit bout de Belgique) à la rencontre d’un public rare mais passionné, de librairies en bibliothèques, jusque dans les lycées et les universités. Un véritable marathon, plus d’une cinquantaine de rencontres à la clé pour des auteurs, stars dans leur pays, inconnus en France.


Samedi 27 Novembre, rendez-vous à Paris , boulevard de Clichy, dans l’ancienne maison de Boris Vian (aujourd’hui le siège de la fondation Boris Vian) pour une rencontre-lecture, organisée par l’association « les Parvis Poétiques ». Ambiance intime et tamisée. L’entrée est gratuite, un chapeau invitant les contributions spontanées. Sur une table, des livres des 2 auteurs du jour, et Ô joie 1 livre gratuit, Douze écrivains russes, publié par Actes Sud. Dans ce recueil, des textes inédits des 12 auteurs invités cette année. Inespéré et surtout pratique : en effet, les textes en question sont ceux qui sont lus pendant les rencontres, en français et en russe.Je m’assieds dans un coin sur un canapé, juste en face du vieux piano de Boris Vian, recouvert d’un tissu. Un petit intermède musical de guitare folklorique nous aide à patienter, se mêlant agréablement au brouhaha bilingue de la salle.

Enfin, la lecture commence. Véra Pavlova est la première à se lancer. Mais d’abord, qui est Véra Pavlova ? En Russie, on ne la présente plus : de formation musicale classique, elle a d’abord envisagé de devenir compositeur, encouragée par Aram Khatchaturian lui-même. Finalement, elle embrasse la carrière poétique dans laquelle elle sera vite reconnue en Russie. Donc elle se lève, la quarantaine, grande et belle, en minijupe. Sa voix grave, profonde et lyrique, commence à déclamer, suivie de près par sa traductrice : « Il ne faut pas regarder, mais je regarde l’indigent qui fouille dans la fosse à ordures, les 2 hommes qui s’embrassent sur un banc, l’ivrogne au maillot taché de sang, le chibre du vieillard qui voudrait bien pisser- Il ne faut pas regarder, mais je regarde. [...] Sans bruit, comme à la guerre. Je suis allongée sur le dos, seule, et je sens mourir en moi tes semences. Je connais leur peur, leur désir de vivre. Tant de morts étrangères sont en moi : comment porterai-je la mienne à maturité ? » (Partout-ici, extraits, 2002) Poésie classique mais belle, dans son lyrisme noir exacerbé.

Changement radical de style avec Lev Rubinstein. Ce journaliste moscovite, adepte de la poésie-performance, très en vogue en Russie, est un acteur phare de l’avant-garde artistique russe. En 1975, Rubinstein invente la technique du texte-sur-fiche, inspiré par son métier de bibliothécaire. Egalement inspirée du pop-art, la technique de la mise en fiches vise à « surmonter la force d’inertie de la page » et à bousculer la littérature, autrement que par les idées : elle consiste à inscrire chaque énoncé sur une fiche en vue de construire un grand texte. Les énoncés sont collectés partout (journaux, télévision, vie quotidienne etc...) puis assemblés. La signification se glisse entre les fiches et forme un texte qui semble toujours en interrogation.

Petit extrait : « J’écris à la rumeur de la marée montante, aux assauts nauséeux de l’angoisse, au tintement des vitres.../J’écris : « il est difficile de se représenter ce qui se passa alors ! »/J’écris au tintement des vitres, aux regards narquois de mon entourage, aux hurlements du vent.../J’écris : « Il est impossible de décrire ce qui commença alors ! »/ Seigneur ! Qu’est-ce donc qui commença ?/ Y a-t-il quelqu’un qui puisse m’expliquer ce que tout cela signifie ?/ S’il y a quelqu’un, qui est-ce ?/S’il n’y a personne, pourquoi ? » (Questions de littérature, extraits) Les éclats de rire fusent dans la salle, félicitant cette inventivité absurde et ludique, dans la veine d’un Queneau ou d’un Pérec. Ce jour-là, la rencontre se termine par un buffet et une orgie de borsch, l’occasion d’aller discuter en sirotant avec les auteurs, en russe bien entendu !


Œuvres publiées en français  :

- Véra Pavlova, L’animal céleste, éditions l’Escampette, 2004.
- Lev Rubinstein :

  • Cette fois-ci, édition bilingue, éditions Rumeur des âges, 2004.
  • Poésie sur fiches, Cahiers de Royaumont, 1993
  • ça. Ou autre chose, édition bilingue, éditions Rumeur des âges

Fondation Boris Vian
- Adresse : 6bis Cité Véron, 75018.

Association Les Parvis Poétiques
- Adresse : 52 rue Doudeauville, 75018.
- Tél/fax : 01 42 54 48 70
- courriel : parvis@free.fr

Librairie du Globe
- Adresse : 67 Bd Beaumarchais, 75003.
- Tél : 01 42 77 36 36 ; Fax : 01 42 77 31 41.
- Renseignements : info@librairieduglobe.com
- Site Web


© Tous les textes et documents disponibles sur ce site, sont, sauf mention contraire, protégés par une licence Creative Common (diffusion et reproduction libres avec l'obligation de citer l'auteur original et l'interdiction de toute modification et de toute utilisation commerciale sans autorisation préalable).

carre_trans Avec les mêmes mots-clefs
puce Nouveau salon littéraire, 12 mai, Paris : L’écrit en relief, revisiter l’écrit grâce au pop-up
puce Et savoir attendre
puce Salon littéraire du 21 mai 2016 - Compte-rendu, première partie
puce Interview de Minh-Triêt Pham - Le haïku
puce Lecture poétique à la Comédie Française
puce L’art s’empare de l’absinthe, ou l’inverse peut-être ...
puce Lecture et performance des Haïkus du livre Au Fil des pas
puce Contribuez à l’écriture de l’histoire du bateau l’Aventure
puce Féérie de guimauve
puce Mme Bovary c’est peut-être toi c’est pas moi
puce Parcours entre les éléments - l’expo L’Eau et le Feu à l’Eglise des Jacobins, Agen
puce Le passager de Paris - Galerie Vivienne
puce Le passager de Paris - Passage Verdeau
puce Le passager de Paris - Passage Jouffroy
carre_trans
Equipe Eclairement L'association
La lettre S'abonner
Facebook Twitter
Linux   Recherche d’information bibliographique   Histoire   Droit   Pages Ouvertes   Littérature   Tutoriels   Windows   Manga   Tutoriels pour débutant   Installation   Photographie   Urbanisme   Vie privée   Théâtre   Windows 7   Culture générale   Android   Firefox   Roman   arts visuels   Techniques   sport   Poésie   Microsoft Office   Société   Anime   Métier   Musique   HTML   Bases de données   Europe   Fable   Edito   Cinéma   Spectacle   Education   Windows Mobile   Séries TV   Peinture   Cours   BD   Windows Vista  
Eclairement © 1998 - 2012
Mentions légales - Contact - Partenaires