Accueil > Art et culture > Victor Hugo, "Ruy Blas", Acte IV, scène 4, (...)

Victor Hugo, "Ruy Blas", Acte IV, scène 4, analyse détaillée

mardi 28 avril 2020, par Corinne Godmer impression

Mots-clefs :: #ALaMaison :: Théâtre ::

Pendant cette période de confinement, en particulier pour les élèves de lycée, nous avons décidé de publier à un rythme plus soutenu plusieurs analyses de texte.


RUY BLAS - Victor Hugo
Acte V Scène 4 - La reine, Ruy Blas.

Ruy Blas fait quelques pas en chancelant vers la reine immobile et glacée, puis il tombe à deux genoux, l’œil fixé à terre, comme s’il n’osait lever les yeux jusqu’à elle.

Ruy Blas, d’une voix grave et basse.
Maintenant, madame, il faut que je vous dise.
– Je n’approcherai pas. – Je parle avec franchise.
Je ne suis point coupable autant que vous croyez.
Je sens, ma trahison, comme vous la voyez,
Doit vous paraître horrible. Oh ! Ce n’est pas facile
À raconter. Pourtant je n’ai pas l’âme vile,
Je suis honnête au fond. – cet amour m’a perdu. –
Je ne me défends pas ; je sais bien, j’aurais dû
Trouver quelque moyen. La faute est consommée !
– C’est égal, voyez-vous, je vous ai bien aimée.

La Reine.
Monsieur...

Ruy Blas, toujours à genoux.
N’ayez pas peur. Je n’approcherai point.
À votre majesté je vais de point en point
Tout dire. Oh ! Croyez-moi, je n’ai pas l’âme vile ! –
Aujourd’hui tout le jour j’ai couru par la ville
Comme un fou. Bien souvent même on m’a regardé.
Auprès de l’hôpital que vous avez fondé,
J’ai senti vaguement, à travers mon délire,
Une femme du peuple essuyer sans rien dire
Les gouttes de sueur qui tombaient de mon front.
Ayez pitié de moi, mon Dieu ! Mon cœur se rompt !

La Reine.
Que voulez-vous ?

Ruy Blas, joignant les mains.
Que vous me pardonniez, madame !

La Reine.
Jamais.

Ruy Blas.
Jamais !
Il se lève et marche lentement vers la table.
Bien sûr ?

La Reine.
Non, jamais !

Ruy Blas.
Il prend la fiole posée sur la table, la porte à ses lèvres et la vide d’un trait.
Triste flamme,
Éteins-toi !

La Reine, se levant et courant à lui.
Que fait-il ?

Ruy Blas, posant la fiole.
Rien. Mes maux sont finis.
Rien. Vous me maudissez, et moi je vous bénis.
Voilà tout.

La Reine, éperdue.
Don César !

Ruy Blas.
Quand je pense, pauvre ange,
Que vous m’avez aimé !

La Reine.
Quel est ce philtre étrange ?
Qu’avez-vous fait ? Dis-moi ! Réponds-moi ! Parle-moi !
César ! Je te pardonne et t’aime, et je te croi !

Ruy Blas.
Je m’appelle Ruy Blas.

La Reine, l’entourant de ses bras.
Ruy Blas, je vous pardonne !
Mais qu’avez-vous fait là ? Parle, je te l’ordonne !
Ce n’est pas du poison, cette affreuse liqueur ?
Dis ?

Ruy Blas.

Si ! C’est du poison. Mais j’ai la joie au cœur.
Tenant la reine embrassée et levant les yeux au ciel.
Permettez, ô mon Dieu, justice souveraine,
Que ce pauvre laquais bénisse cette reine,
Car elle a consolé mon cœur crucifié,
Vivant, par son amour, mourant, par sa pitié !

La Reine.
Du poison ! Dieu ! C’est moi qui l’ai tué ! – je t’aime !
Si j’avais pardonné ? ...

Ruy Blas, défaillant.
J’aurais agi de même.
Sa voix s’éteint. La reine le soutient dans ses bras.
Je ne pouvais plus vivre. Adieu !
Montrant la porte.
Fuyez d’ici !
– Tout restera secret. – je meurs.
Il tombe.

La Reine, se jetant sur son corps.
Ruy Blas !

Ruy Blas, qui allait mourir, se réveille à son nom prononcé par la reine.
Merci !

Ruy Blas, Acte IV, scène 4, analyse

Don César a été vendu aux corsaires par Don Salluste, ce qui a permis à Ruy Blas d’endosser son identité. Mais le véritable Don César est de retour et agit en tant que tel. La scène s’appuie sur le comique mais en même temps permet à l’avancée dramatique de progresser. Comment le registre comique alimente-t-il le tragique ?

I) Une situation complexe
a) Des circonstances inattendues

Le retour du véritable Don César complique la pièce. Il est, pour le spectateur, celui qui véritablement peut répondre au nom mais, en même temps, il n’est plus le Don César de l’intrigue dramatique.

b) Une information lacunaire
La duègne parle par allusion et entretient le mystère dont le champ lexical est témoin : elle parle « mystérieusement » au début de son intervention puis remet « d’un air mystérieux » le billet. Ses gestes participent à ce mystère puisqu’elle montre le billet sans le donner, puis empêche Don César de lire le billet et la réponse faite.
Si elle s’enquiert de l’identité de Don César, elle ne mentionne pas, par discrétion, voire par obligation, le nom de l’expéditeur du billet. Mais cette omission entraîne l’acquiescement de Don César.
Enfin ses propos se semblent pas très clairs, sibyllins « Vous devez reconnaître le pli » ou au contraire fondés sur le non-dit « c’est bien vous qui venez, et pour cette nuit même, / D’adresser ce message à quelqu’un qui vous aime, / et que vous savez bien ? »

c) Une mission mal remplie
Don César, s’il confirme, à juste titre, son identité, conduit tout de même le quiproquo puisqu’il ne se rétracte pas devant l’affirmation de la duègne « Ce doit être moi » puis, comprenant qu’il n’est pas impliqué, décide de « [jouer] son rôle », c’est-à-dire de pousser la curiosité jusqu’à son paroxysme.
Pourtant, il ne parviendra pas à lire cette lettre, la duègne ne lui permettant que d’y appliquer, d’une autre main, une réponse. Si elle remplit son rôle en apportant la missive, elle ne le suit pas jusqu’au bout puisqu’elle en interdit la lecture.

II) Rôle et statut des personnages
a) Un personnage stéréotypé

Le personnage de la Duègne est un héritage du théâtre espagnol. Son rôle est celui d’intermédiaire entre des amants. Son apparition est liée au sous-entendu galant mais le personnage conserve un vocabulaire religieux. Il s’agit d’un personnage d’inclusion d’emploi , qui ne porte pas d’identité mais une fonction. Dans cette scène, le personnage appuie l’aspect comique par sa gestuelle, son langage composé de vocabulaire religieux et d’obséquiosité.

b) Un Don César en trop
À l’inverse, le personnage de Don César porte son identité ce qui complique la pièce. Son retour a des conséquences inattendues puisque c’est lui qui réceptionne la lettre destinée à Ruy Blas. Son geste contribue à permettre au piège tendu par Don Salluste de fonctionner.

III) Les ressources de la convention
a) L’aparté

La représentation utilise déjà les didascalies pour accentuer l’effet comique de la scène, comme dans la gestuelle exagérément déférente de la duègne, mais l’aparté permet de créer une complicité avec le spectateur, en lui faisant part de réflexions personnelles. Celles-ci, souvent drôles, se constituent en deux pôles. D’une part les réactions de Don César face à la situation « Fort bien ! continuez ! des muets à présent ! ». Et d’autre part ses commentaires relevant du registre galant « je me contenterais fort bien de la servante ». L’aparté permet également d’apporter des informations « Moi qui brûlais de voir !... jouons mon rôle ! ». Il présente à la fois des indices sur le caractère des personnages, sur leurs pensées, et sur la progression de l’intrigue puisqu’il dévoile des intentions (rôle).

b) Le comique
Le quiproquo constitue une ressource importante de la comédie et il fonde ici la scène. L’insistance de la duègne prend également un caractère comique comme sa gestuelle, son langage, le personnage même dont le rôle a été explicité. La scène s’appuie donc sur un comique de caractère comme de situation.

c) Le jeu de la double énonciation
Il naît de ce quiproquo autour de la personne de Don César, de la missive que le spectateur connaît mais dont la scène n’utilise pas le contenu. Il y a aussi un dialogue dans la scène entre les personnages et une adresse au lecteur qui lui comprend les enjeux se trouvant derrière les éléments comiques de la scène. La scène fonctionne donc en double visée : le comique et la progression dramatique.

Conclusion
L’arrivée du véritable Don César constitue un évènement qui complique la situation et la rend plus complexe mais provoque également des échanges savoureux entre personnages typé ou à l’inverse singulier par son rôle indirect. La scène, qui mélange un registre comique, voire grotesque, à une progression de l’intensité dramatique, utilise des ressources conventionnelles mais permet également, dans ce mélange particulier, au comique d’alimenter le tragique. Le spectateur, grâce à la double énonciation, reçoit cette particularité. Cette scène intermédiaire n’apparaît dès lors plus seulement comme telle.


© Tous les textes et documents disponibles sur ce site, sont, sauf mention contraire, protégés par une licence Creative Common (diffusion et reproduction libres avec l'obligation de citer l'auteur original et l'interdiction de toute modification et de toute utilisation commerciale sans autorisation préalable).

carre_trans Avec les mêmes mots-clefs
puce Dissertation théâtre
puce Dissertation argumentation, éléments de corrigé
puce Questions registre épique
puce Plan type au brouillon
puce Radiguet, "Le diable au corps", La Rencontre, analyse
puce Radiguet, "Le diable au corps", L’autoportrait, analyse
puce Radiguet, "Le diable au corps", « l’île d’amour », analyse II
puce Radiguet, "Le diable au corps", lecture analytique, « l’île d’amour »
puce Dissertation littérature / dissertation poésie
puce Dissertation poésie / dissertation littérature
puce Sujet de bac, pistes d’analyse
puce Les enjeux de l’incipit, questions
puce Molière, L’École des femmes, Acte I, scène 2, du début à « pour vous »
puce "Candide", Voltaire, chapitre 19, Plan de commentaire
puce Victor Hugo, "Ruy Blas", Acte II, scène 2, analyse détaillée
puce Victor Hugo, "Ruy Blas", Acte I, scène 1, analyse détaillée
puce Ionesco, "Rhinocéros", Acte II, pistes d’étude
puce "Phedre", Racine, Acte V, scène 6, commentaire détaillé
puce Ionesco, "Rhinocéros", Acte III, analyse
puce Ionesco, "Rhinocéros", Acte II, commentaire. Une dramaturgie subversive ? Le texte de théâtre et sa représentation
puce Giraudoux, "Electre", Acte I, scène 8, analyse
Equipe Eclairement L'association
La lettre S'abonner
Facebook Twitter
Firefox   Pages Ouvertes   arts visuels   Techniques   Séries TV   #ALaMaison   Tutoriels pour débutant   Histoire   Windows Vista   Manga   Windows   Windows Mobile   Cours   Vie privée   Windows 7   Métier   Bases de données   Cinéma   Littérature   Urbanisme   Recherche d’information bibliographique   BD   Société   Roman   Fable   Education   Photographie   Microsoft Office   sport   Peinture   Poésie   Europe   Spectacle   Musique   Théâtre   Android   Droit   Anime   Installation   Edito   Tutoriels   HTML   Culture générale   Linux  
Eclairement © 1998 - 2019
Mentions légales - Contact - Partenaires