Accueil > Savoir et Société > Vers l’Europe économique

Vers l’Europe économique

Fiche d’histoire contemporaine : l’européisme dans les 1920’s (2)

samedi 17 mars 2007, par Anne-Renée Castex, Lucien impression

Mots-clefs :: Europe ::

A travers quatre fiches détaillées, voici explicité l’européisme dans les années 1920. Après une première partie sur l’Europe politique, voici le deuxième volet sur l’Europe économique.


Contexte : si l’Europe politique est difficile à envisager après la première guerre mondiale, beaucoup (industriels, économistes, politiques) croient l’Europe économique possible.
En effet, après le premier conflit mondial, les milieux d’affaires souhaitent rétablir la prospérité européenne, et donc en finir avec les économies dirigées issues de la guerre.

2 approches parallèles pendant les années 1920 en matière d’organisation économique de l’Europe :

  • approche libérale : envisage la création d’unions dounières. Méthode envisagée par 2 associations : UDE (Union douanière européenne) et CAED (Comité d’action économique et douanière).
  • approche contractuelle/sectorielle : création de cartels ou d’ententes européennes pour les industries de base. Méthode préconisée par [rouge]Louis Loucheur[/rouge].

Sociologie des mouvements de l’entre-deux-guerres  : certains sont des mouvements spécialisés.

  • Dans les années 1920, les groupes de réflexion réunissent des personnalités issues de différents milieux (intellectuels, politiques, administrateurs, etc.)
  • Les mouvements sont de taille moyenne (une centaine de personnes par filiale nationale), s’adressant essentiellement aux élites et ils sont liés entre eux. C’est un réseau, une nébuleuse européiste. Il y a par ailleurs, une grande porosité entre la mouvance européiste et la mouvance genevoise (SDN) : de nombreuses personnalités appartiennent à plusieurs mouvements européistes et/ou pacifistes (→ l’appartenance à l’un de ses mouvements n’est pas exclusive).

L’approche libérale

Vers l’union douanière européenne

Genèse : affirmation de la nécessité de rétablir la liberté des échanges et la stabilité monétaire en Europe à la conférence économique de Bruxelles (octobre 1920).
Déjà pendant la guerre, [rouge]Walter Rathenau[/rouge] [5] réfléchissait à l’idée d’une fédération européenne pour l’après-guerre : il la voit dans une gestion commune de matières premières et dans la répartition internationale des capitaux.

Pour lui, il faut en jeter les prémices par la constitution d’une union douanière européenne ; et pour cela, le rapprochement franco-allemand est indispensable.

- Elemer Hantos & L’Europe danubienne :
le hongrois [rouge]Elemér Hantos[/rouge] cherche à organiser économiquement une Europe danubienne (morcelée par les traités de paix).
Il est favorable à un système de préférences économiques pour cette zone.
Octobre 1925 : conférence pour une union économique de l’Europe centrale au cours de laquelle sont adoptées les positions d’Hantos :

  • mise en place d’une commission de travail permanente chargée d’établir un plan
  • intérêt dans les milieux économiques et financiers.

- L’UDE (Union douanière européenne)

  • 12 mars 1925 : Appel aux Européens (10 signataires [6] dont Elemér Hantos) → seule la paix économique peut assurer la paix en Europe ; seule une union douanière européenne peut assurer la paix économique.
  • 1927 : apparition des 3 premiers comités nationaux (France, Allemagne, Hongrie) en faveur d’une union douanière européenne (UDE). 15 autres suivront jusqu’en 1930. Comité français présidé par l’économiste [rouge]Charles Gide[/rouge].
  • Conférence économique mondiale (1927) : l’UDE présente un mémorandum largement inspiré des propositions de l’économiste [rouge]Francis Delaisi[/rouge] [7] → construction de l’union douanière par paliers = agrégation progressive de divers Etats autour d’un noyau central.
    NB : l’UDE admet le recours aux cartels internationaux pour organiser les marchés.

- Le CAED (Comité d’action économique et douanière)

1925 : fondation du CAED par [rouge]Jacques Lacour-Gayet[/rouge]. Association d’inspiration libérale.
Elle se préoccupe du développement du commerce extérieur et du désarmement douanier.

Projet : Europe "par défaut", née de l’échec des tentatives de désarmement douanier universel, fondée sur la libre circulation des marchandises, des capitaux et des personnes.

Elle est capable d’influencer (grâce à ses liens avec Jacques Seydoux au Quai d’Orsay) la partie du Mémorandum Monnet de 1930, qui préconise le libre-échange à l’intérieur de l’Europe.

++++L’approche sectorielle

Cartels, ententes et régulation du marché

Cartel : forme élaborée de coopération horizontale entre entreprises indépendantes en vue d’accroître leur pouvoir sur un marché : de grandes entreprises, juridiquement et financièrement indépendantes ayant des activités comparables sur un même marché, s’entendent en vue de contrôler ce marché, dans le but de rendre plus difficile l’entrée de nouveaux concurrents et de maximiser leurs profits.

- Emile Mayrisch & l’EIA :

1926 : [rouge]Emile Mayrisch[/rouge] contribue à la création d’un cartel supranational de l’acier = l’EIA (Entente internationale de l’acier).

Membres : Allemagne, France, Sarre, Luxembourg, Belgique.

Ce cartel établit des quotas de production et organise la production sidérurgique européenne. La présidence est confiée à Mayrisch lui-même.
En 1927, l’EIA s’élargit à d’autres pays : Autriche, République tchèque, Hongrie ; nouvel élargissement en 1935 : G-B et Pologne.

La production de l’EIA correspond au tiers de la production mondiale.

→ L’EIA impulse une dynamique à la cartellisation en Europe.
→ On compte plus d’une centaine d’ententes en Europe au début des années 1930.

- Louis Loucheur : à la fois industriel, député et ministre, il est acquis à l’idée d’une Europe industrielle franco-allemande.

  • 1925 : à la SDN, il propose que les pays européens organisent la production économique sous forme d’Etats-Unis d’Europe, avec une base franco-allemande.
  • 1927 : conférence économique internationale dont Loucheur est le vice-président. Il demande la création d’ententes internationales entre industries, sous contrôle de la SDN.

→ Ce projet de 1927 n’a pas été suivi d’effets.

- Dannie Heineman [8]
C’est lui qui finance la section belge de Pan Europe.
Songe à des outils de régulation de l’économie européenne (institut financier, arbitre européen).

Pendant les années 1930 : Plan Heineman qui est une tentative d’intégration de l’Europe à travers l’interconnexion des grands réseaux électriques européens.

→ Concernant les modalités de réalisation d’un marché européen, il y a deux approches différentes :

  • approche globale : politique européenne concertée, instruments de régulation.
  • approche progressive : construction progressive, reposant sur des entités régionales.

→ L’engagement européen des milieux économiques s’est construit autour d’idées concrètes, qui ne verront pas d’application entre les 2 guerres, mais inspireront les “Pères de l’Europe”.

Poursuivre votre lecture sur l’Europe :

- Comment construire une Europe unie ?

- La nature de l’idée d’Europe unie

- Le débat régionaliste dans les années 1930

Notes

[1Industriel, écrivain et homme politique allemand

[2Personnalités du monde de l’économie

[3Les Deux Europes, 1929 : Delaisi soutient l’existence de 2 Europes (Europe de l’Est = agricole ; Europe de l’Ouest = industrielle). La première doit s’intéresser à la deuxième. But : aboutir à un lien de plus en plus étroit entre les 2. Il faut donc parvenir à des unions économiques intra-européennes, l’une occidentale, et l’autre, d’Europe centrale et danubienne, pour arriver à terme, par leur rapprochement, à un marché européen.

[4Financier belge.

[5Industriel, écrivain et homme politique allemand

[6Personnalités du monde de l’économie

[7Les Deux Europes, 1929 : Delaisi soutient l’existence de 2 Europes (Europe de l’Est = agricole ; Europe de l’Ouest = industrielle). La première doit s’intéresser à la deuxième. But : aboutir à un lien de plus en plus étroit entre les 2. Il faut donc parvenir à des unions économiques intra-européennes, l’une occidentale, et l’autre, d’Europe centrale et danubienne, pour arriver à terme, par leur rapprochement, à un marché européen.

[8Financier belge.


Source : Sylvain Schirmann, Quel ordre européen ? : De Versailles à la chute du IIIe Reich, A. Colin, 2006.

© Tous les textes et documents disponibles sur ce site, sont, sauf mention contraire, protégés par une licence Creative Common (diffusion et reproduction libres avec l'obligation de citer l'auteur original et l'interdiction de toute modification et de toute utilisation commerciale sans autorisation préalable).

carre_trans Avec les mêmes mots-clefs
puce La vie à Dublin : le marché du quartier Christchurch
puce La vie à Dublin : le quartier Christchurch
puce La vie à Dublin : la cathédrale Christchurch
puce EXPO - La vie à Bruxelles. Tapis de fleurs : grand-place de Bruxelles.
puce La vie à Bruxelles : Place Poelaerts
puce Wilson et l’Europe
puce Le traité de Versailles
carre_trans

Lexique Europe

Equipe Eclairement L'association
La lettre S'abonner
Facebook Twitter
Windows 7   Cours   Société   Linux   Littérature   Métier   Cinéma   sport   Roman   Vie privée   Microsoft Office   Techniques   Urbanisme   Poésie   Spectacle   Pages Ouvertes   Photographie   Séries TV   HTML   Musique   Histoire   Recherche d’information bibliographique   Europe   Peinture   Droit   Education   Installation   Windows Mobile   Android   Manga   Edito   Windows Vista   Tutoriels pour débutant   Anime   Windows   Fable   Culture générale   Bases de données   arts visuels   Tutoriels   Firefox   BD   Théâtre  
Eclairement © 1998 - 2012
Mentions légales - Contact - Partenaires