Monsieur Xavier Darcos innove en proposant dans les colonnes du Parisien Dimanche, de délivrer une médaille à tous les futurs bacheliers, et poursuivant en toute logique son idée jusqu’au bout, envisage d’emblée des couleurs différentes sur le mode bronze, argent et or sportifs selon les mentions.

Quelques uns de ces arguments : "pour symbolique qu’elle soit, la médaille aurait plus de signification que le seul diplôme de papier". "Je crois très important que les adultes, si exigeants avec les élèves, leur retournent ensuite une reconnaissance. La remise de prix ou de diplôme n’est donc pas seulement une récompense mais une marque de gratitude de l’école envers les élèves qui illustrent les valeurs de l’école".

C’est vrai qu’à notre époque, pour comprendre un papier, il faut savoir lire, et tout ce qui brille prend tout de suite plus d’importance.

Et cela sans dire que le but du baccalauréat est totalement détourné : depuis quand la délivrance de ce diplôme est-elle une récompense du corps éducatif pour les élèves qui se seraient bien coulés dans le moule et qui deviendraient les porte-drapeau des valeurs républicaines ?
Le baccalauréat atteste de l’atteinte d’un certain niveau de compétence et valide un ensemble de connaissances.

Depuis quand en outre doit-on récompenser un comportement citoyen ? L’on croirait donc ainsi acheter la conduite des élèves par une récompense si futile ? Il faudrait, pour plus d’efficacité, organiser un bac Académy, tous les élèves dans un château, filmés 24 heures sur 24, testés en direct et avec public. Tapez sur le 2 si vous pensez que Georges mérite le bac, tapez sur 3 pour Amélie ...
Les vraies paillettes pourraient un tant soit peu faire illusion - un court instant - pour quelques lycéens en manque de reconnaissance.

Mais le ministre de l’éducation nationale prend les lycéens pour plus bêtes qu’ils ne sont. En quoi une médaille serait un élément motivant ? L’espoir de pouvoir la déposer au mont de piété pour se payer un demi-mois de location de chambre ?
Valoriser le baccalauréat, certes, mais la distribution généralisée de récompense ne réduira pas le taux d’échec en première année d’université.

Le principe-même de la médaille semble être l’écho de la société de la performance à outrance, tous sur la piste et que le meilleur gagne. Le principe du baccalauréat n’est pas la compétition avec les autres mais pour soi-même. On n’apprend pas ni on ne s’éduque pour que la société nous dise merci comme à un enfant bien sage et obéissant mais pour soi-même : connaître et réfléchir.

Si les images, cinq petites avant d’avoir la grande, peuvent avoir leur charme au primaire, même si à la réflexion le principe peut déjà en paraître contestable, proposer une carotte si fade à ceux que l’on prétend faire devenir citoyen paraît ou ridicule ou insultant.
Mais c’est oublier qu’il faut habituer ces bacheliers au management à l’américaine qui sévit aussi chez nous : le meilleur vendeur de la semaine qui obtient photo au mur et casquette spéciale. Juste pour créer une émulation mère de rentabilité.

C’est à se demander s’il faut toujours être exemplaire.


  • Hier, Michel Onfray aurait proposé une adaptation à notre cher ministre : et pourquoi pas remettre des médailles en chocolat ? au moins, elles serviraient à quelque chose...
    un peu plus de plaisir, un peu moins d’élitisme...

    repondre message

  • Personnellement je trouve l’idée de la médaille du bachelier excellente. Rien ne nous oblige à l’acheter mais au moins elle a le mérite d’exister.

    Arthus-Bertrand va sortir la première médaille du bachelier en juin 2009 pour... 17€. A consommer sans modération, à offrir, s’offrir.....

    Bravo !!!!! une idée nouvelle qui sans séduire tout le monde permettra de répondre à la demande d’un grand nombre de bacheliers et de leur entourage. C’est ca aussi la démocratie !!!

    repondre message

Creative Commons License
Ces créations sont mises à disposition sous un contrat Creative Commons.

Auteur : Claire Mélanie
Voici un espace d'expression plus personnelle. Vous y trouverez quelques textes, quelques photos, des impressions. Des instantanés, des atmosphères, des humeurs, des remarques, le tout sans restriction d'objet : d'un film à la poste, d'un jeu vidéo à la feuille déchue. Bonne lecture !
Mes chapitres
Les genres
Archives
Les derniers commentaires

> Et puis (22 février 2012)

> Et pourtant elle tourne (26 janvier 2012)

> Réverbères (22 janvier 2012)

> Une apparition (22 janvier 2012)

Eclairement © 1998 - 2012
Mentions légales - Contact - Partenaires