Accueil > Art et culture > Whatever Lola wants

Whatever Lola wants

vendredi 18 avril 2008, par Claire Mélanie impression

Mots-clefs :: Cinéma ::


Le film s’ouvre comme une comédie amoureuse traditionnelle américaine. Mais c’est oublié que Nabil Ayouch n’est pas Etats-Uniens.
Le film n’est donc pas là pour faire se retrouver l’héroïne et le bel inconnu d’un temps dont on croit un instant qu’il est l’homme de notre vie. Pas de naïveté donc du côté du scénario.
Et si l’histoire continue néanmoins d’exploiter la trame amoureuse de façon attendue, c’est le genre d’attente non déçue qui charme le spectateur. Elle le charme car cette trame amoureuse s’est en effet déplacée vers un autre personnage féminin.

Nabil Ayouch présente alors entre humour et drame une Egypte ambigüe, celle qui rejète mais aussi celle qui accueille. L’intégration de cette Etats-unienne naïve et sans connaissance des cultures dans la société du Caire progresse en même temps que son acceptation par Ismahan, danseuse déchue qui se pare de mystère comme d’une douleur trop longtemps retenue.
C’est ce personnage qui est le plus touchant. L’actrice, Carmen Lebbos, apporte au film sa grâce et sa profondeur.

Cependant, un point fait défaut : Laura Ramsey, si elle joue tout à fait correctement par ailleurs, ne réussit jamais à posséder la danse. Nabil Ayouch, lors d’une interview a déclaré avoir choisi exprès une inconnue ne sachant pas danser, pour qu’elle traverse elle aussi le destin du personnage. Mais le film perd de sa cohérence quand l’écran présente un actrice qui ne parvient pas à incarner un personnage maitrisant la danse orientale alors que le personnage, lui, connaît le plus grand succès. Et la différence est si forte lorsque Carmen Lebbos esquisse, juste esquisse quelques mouvements, il y a dans ces quelques mouvements tant de grâce, à nouveau, tant de sensualité retenue et toute une vie aussi, que la raideur de Laura Ramsey ne peut passer inaperçue.

Le film reste néanmoins à conseiller pour ces personnages ou truculents ou dramatiques, pour une image pleine et savoureuse de l’Egypte, loin des pyramides.

- Réalisé par Nabil Ayouch
- Avec Laura Ramsey, Assaad Bouab, Carmen Lebbos Plus...
- Film canadien, français.
- Genre : Comédie dramatique
- Durée : 1h 55min.
- Année de production : 2007
- Distribué par Pathé Distribution


© Tous les textes et documents disponibles sur ce site, sont, sauf mention contraire, protégés par une licence Creative Common (diffusion et reproduction libres avec l'obligation de citer l'auteur original et l'interdiction de toute modification et de toute utilisation commerciale sans autorisation préalable).

+ Répondre à cet article (3 commentaires)
  • Whatever Lola wants

    20 avril 2008 20:08, par Daphne

    La grace lui manque, c’est sur ! Le film reste heuresement sympatique et se laisse regarder.

    repondre message

    • Whatever Lola wants 28 novembre 2009 14:06, par Estelle Ziberlin

      Eh bien moi j’ai trouvé justement qu’elle n’était "que grâce" ! Sans doute en avons nous une conception différente...Connaissez-vous la chanson du film ? Pleine de charme elle aussi...

      repondre message

  • Whatever Lola wants

    27 novembre 2009 11:05, par Estelle Ziberlin

    J’ai vu ce film à sa sortie : l’histoire, basée sur un fait réel ne m’était pas inconnue, d’autant moins d’ailleurs qu’un téléfilm avec Louise Monot dans le rôle titre était passé à la télévision...
    Pas vraiment d’accord avec ce commentaire concernant la jeune actrice : à aucun moment je n’ai ressenti de "raideur" quant à sa danse, appréciant justement son évolution tout au long d’un film que je qualifierai de "délicieux loukoum"....
    La "perfection", peut-être pas, si toutefois elle existe, mais la sensualité, la grâce, la fraîcheur, oh que oui, même si Laura n’est pas une danseuse professionnelle, et en tant que spectatrice, c’est ce qui m’a charmée...Un très joli film que j’ai adoré...

    repondre message

carre_trans Avec les mêmes mots-clefs
puce L’art s’empare de l’absinthe, ou l’inverse peut-être ...
puce La promenade féerique de Pierre
puce La promenade féerique de Floriane
puce Zero Motivation : une satire de la place de la femme dans l’armée Israëlienne
puce Lien de Mê Linh : rencontre avec Jean Marc Turine au Centre Wallonie Bruxelles
puce Le Cinéma turc : un paradoxe moderne
puce Le nouveau Tayfun Pirselimoğlu : Je ne suis pas lui
puce Contribuez à l’écriture de l’histoire du bateau l’Aventure
puce Nouveau salon littéraire, 12 mai, Paris : L’écrit en relief, revisiter l’écrit grâce au pop-up
puce Féérie de guimauve
puce Mme Bovary c’est peut-être toi c’est pas moi
puce Parcours entre les éléments - l’expo L’Eau et le Feu à l’Eglise des Jacobins, Agen
puce Le passager de Paris - Galerie Vivienne
puce Le passager de Paris - Passage Verdeau
carre_trans
Cinéma, animations
Voici présenté tout ce qui peut passer sur écran, petit ou grand. La séparation des deux, tant sur le plan artistique - scénario, mise en scène, jeu des acteurs - que sur le plan sociétal, s’amoindrit. A raison très certainement. Dans les deux cas, l’abondance des productions offre un choix très varié, de bonnes surprises mais aussi beaucoup de déceptions. Eclairement vous propose alors ses critiques, pour y voir un peu plus clair dans ce paysage cinématographique au sens large.
Equipe Eclairement L'association
La lettre S'abonner
Facebook Twitter
Cours   Droit   Windows Vista   Société   Tutoriels pour débutant   Installation   Education   Edito   Android   Techniques   Windows Mobile   Recherche d’information bibliographique   Littérature   Métier   Vie privée   Manga   Peinture   Linux   Tutoriels   Urbanisme   Spectacle   Microsoft Office   Anime   Fable   BD   Photographie   Pages Ouvertes   Histoire   Cinéma   Roman   Théâtre   Bases de données   Windows   Séries TV   Poésie   HTML   Windows 7   Culture générale   Europe   Musique   arts visuels   Firefox   sport  
Eclairement © 1998 - 2012
Mentions légales - Contact - Partenaires