Accueil > Nos blogs > Le blog de l’association Eclairement > Sixième salon littéraire de Jean-Olivier - 5 (...)

Sixième salon littéraire de Jean-Olivier - 5 avril 2014

mardi 15 avril 2014, par Iymen B., Laëtitia T. impression

Mots-clefs :: BD :: Littérature :: Roman ::

C’est dans une ambiance conviviale et chaleureuse que s’est déroulée la 6ème édition du Salon Littéraire de Jean-Olivier. L’événement s’orientait sur la Bande Dessinée, mais pas seulement.


Principe de base mais à ne pas négliger, le salon littéraire est un moyen d’échange d’idées et de partage, un concept de coopération des personnes participantes. L’organisateur souhaite rétablir une atmosphère des salons du XIXème siècle. Et pour ce faire, la réunion est scindée en deux parties. La première concerne la lecture. Chacun apporte un texte, en relation ou non avec le thème choisi, et nous le fait partager à travers une lecture animée puis une réflexion sur le choix de ce texte. La deuxième partie se déroule sous forme d’atelier d’écriture. Un mot pour s’inspirer, pour laisser voguer son imagination et mouiller sa feuille de son encre.

La Bande dessinée

La naissance de la BD définie comme un art narratif, graphique et séquentiel serait née de Rodolphe Töpffer, écrivain et pédagogue suisse du XIXème siècle (voir http://www.cbbd.be/uploads/fichiers/pages/invention-de-la-bd-web.pdf). Auparavant toutefois, le statut de la bande dessinée était peu considéré. Est-ce de la littérature ? Il y a quelques années, on la considérait comme une sous-littérature du fait de la nature de ses illustrations. Aujourd’hui, elle semble gagner en légitimité et le dessin acquiert un statut nouveau. En témoignent les expositions consacrées à Moebius, Myazaki et l’univers d’Astérix et Obélix qui ont eu lieu à la BNF dernièrement.

Une œuvre de référence

Mais cette 6ème édition était surtout basée sur l’œuvre de Scott McCloud, L’art invisible. C’est un essai aux allures de BD, une réelle méta-réflexion sur la bande dessinée et ses conceptualisons anciennes et modernes. On apprend ainsi que le dessinateur doit vivre les situations, avant de pouvoir les restituer sous une forme contée. Mais ce qui est extraordinaire dans la bande dessinée, c’est ce rapport qu’elle entretient avec le temps. Un artifice venant du pays au soleil levant permet une communication muette avec le lecteur. Ainsi, ce dernier s’identifie plus aisément aux personnages à travers le prisme de l’attente. Les cases sans bulles s’articulent pour permettre cette médiation silencieuse, ce qui crée, par ce plan visuel, une relation avec le lecteur.

On revêt le masque…

Puis l’auteur-personnage nous demande de sourire à l’intérieur…

Et il attend.

Les mots dans ce contexte ne sont pas toujours nécessaires à la création de compréhension.
Le personnage qui tend ce masque anticipe la gêne et incite à ne pas avoir peur : « personne ne nous regarde ». Ainsi on sourit. Il demande ensuite la sensation éprouvée : il est peu aisé de répondre, on sait pertinemment que nos zygomatiques ont bougé, on se sent plus béat mais on ne peut expliquer ce que l’on ressent. L’auteur, par ce procédé, explique donc que pour lui, il est question de retranscrire des sensations par des images, de façon à ce qu’elles soient cernées. Avec ce subterfuge, Steve McCloud entretient une discussion avec ses lecteurs, en créant un scénario, les incluant directement. Le lecteur est un personnage à part entière de la Bande Dessinée.

1ère Partie : Lectures

Le salon débute par une séance de lecture de textes apportés par chacun, qu’il s’agisse d’extraits de roman, de poèmes ou même d’écrits personnels. C’est un exercice de partage et de diction. Un texte changera suivant l’intonation qu’on décide de lui donner. Ce n’est donc pas seulement un échange, mais aussi un apprentissage. On découvre comment donner un ton à nos textes ou à ceux des autres.

Gwendolyne nous a lu un texte personnel dans lequel elle narrait son rapport à la bande-dessinée lorsqu’elle était enfant et que sa chambre se situait en face d’une immense bibliothèque contenant de multiples albums des plus célèbres collections, de Tintin à Fluide Glacial.
Pascale, quant à elle, nous a propulsés dans des écrits intimes qu’elle avait rédigés, il y a quelques temps, lors d’un autre atelier d’écriture. Ses créations authentiques s’orientaient sur l’acte d’écrire, elle nous a donc transmis sa passion pour la rédaction avec brio.

Anne-Marie prenait plaisir à déclamer des textes, travaillant l’intonation. Elle nous a allègrement récité le poème Que la vie en vaut la peine de Louis Aragon puis l’une des plus majestueuses poésies de Rudyard Kipling If- Tu seras un homme mon fils.
Claire-Mélanie a, pour sa part, offert la lecture d’un extrait du roman Les amants de Pise.
Chris nous a transportés dans l’ouvrage Le guide des cités, un manuel incontournable pour le lecteur des Cités obscures. Cette collection est une forme de poésie graphique et didactique où se côtoient le monde réel et un autre monde imaginaire. On retrouve ainsi des photographies autant que des dessins, de lieux et de personnages autant fictifs qu’ayant existé.

Une autre intervenante, Janik nous révèle un passage du roman Tintin et le secret de la licorne. On cerne une forme de description de ce qu’auraient été des vignettes. On comprend alors que la BD offre le visuel et impose une limite pour qui voudrait la retranscrire. Un texte peut, lui, néanmoins, s’émanciper de la contrainte des cases de petites tailles et faire de longues envolées. Ce sont deux manières inéluctablement distinctes de traiter l’action. A la différence de la littérature, la bande dessinée ne décrit pas mais donne à voir.

On réalise ainsi que lors de la première lecture d’une BD, on a tendance à se focaliser sur l’histoire, les mots, pour suivre le fil de l’aventure. Une deuxième lecture serait donc nécessaire pour s’imprégner des images et remarquer les détails qui nous auraient échappé.

2ème partie : Atelier Écriture

Une tempête de mots et de styles s’est élevée grâce à l’atelier écriture. Le concept est simple, un mot et vous laissez dériver votre encre sur la feuille, laissez libre cours à votre imagination, laissez vos phrases intrépides se former et se projeter. Un exercice pour laisser notre créativité se libérer de ses contraintes usuelles. Les résultats sont parfois loufoques et décalés, ou simplement réalistes et vécus. Cela a peu d’importance, le but étant de passer un bon moment à imaginer des mots se former pour créer un monde nouveau au gré de notre inspiration soudainement codifiée.

Il n’est pas simple de trouver l’inspiration en cinq minutes mais il est justement intéressant de s’imposer une telle contrainte. Jean-Olivier nous a soumis trois mots : Image, dessinateur-scénariste, et BD.


Crédits photo : Chris Esnault

Certains participants parviennent à faire des poèmes en vers dans un laps de temps si restreint, ou des textes originaux. Des styles se cernent au fur et à mesure, c’est donc un exercice plaisant pour pousser nos limites de manière assez ludique.
Sans craindre de mauvais jugements, on partage nos écrits. On trouve un babouin déréglé pour BD et un mage imagine qu’il voit son image. Des pensées farfelues qui permettent de rire en chœur.

Vous aussi, vous souhaitez participer au salon littéraire ?

Le Salon Littéraire de Jean-Olivier est accessible à tous, librement et gratuitement. Vous pouvez venir accompagné de vos textes personnels ou d’une sélection de poèmes, bribes de romans ou quelconque type d’extrait que vous avez appréciés, pour un moment de partage. Bien entendu, vous avez le loisir de venir en simple auditeur libre, sans participer à l’une ou l’autre des activités afin de découvrir en quoi consiste cet événement. Par ailleurs, la manière de présenter vos lectures vous incombe, vous pouvez le faire d’une façon théâtrale, ou en chantonnant… soyez créatifs, vivez vos textes !

Textes de Laëtitia T. et Iymen B.

Crédits photo (sauf mention différente) : Laëtitia T.


Vous pouvez réagir à cet article et nous laisser vos avis et suggestions

Ajouter cet article sur :

del.icio.us Ajouter cet article sur Bookmarks.fr facebook Google Yahoo MyWeb Digg it Furl

© Tous les textes et documents disponibles sur ce site, sont, sauf mention contraire, protégés par une licence Creative Common (diffusion et reproduction libres avec l'obligation de citer l'auteur original et l'interdiction de toute modification et de toute utilisation commerciale sans autorisation préalable).

carre_trans Avec les mêmes mots-clefs
puce La promenade féerique de Floriane
puce La lecture au-delà du handicap : une solution apportée par le livre audio
puce Une provinciale au Salon du livre
puce Entretien exclusif avec l’écrivain et cinéaste Atiq Rahimi - seconde partie
puce Entretien exclusif avec l’écrivain et cinéaste Atiq Rahimi - première partie
puce Salon littéraire du 18 juillet 2012 - Compte-rendu, seconde partie
puce Commentaire de texte - Voltaire, L’Ingénu, Chapitre 1
puce Samedi 5 avril 2014 : rendez-vous au 6e salon littéraire de Jean-Olivier
puce Professor Munakata’s : British Museum adventure d’Hoshino Yukinobu
puce Eclairement : la mini-BD de Jamie Nevermind
puce Rest in Peace Michael TURNER
puce Kabuki : The Alchemy
puce L’univers des comics "X-Men"
puce L’étoile noire
puce Le passager de Paris - Galerie Vivienne
puce Le passager de Paris - Passage Verdeau
puce Le passager de Paris - Passage Jouffroy
puce Le passager de Paris - Passage des Panoramas
puce Salon littéraire du 21 mai 2016 - Compte-rendu, troisième partie
puce Salon littéraire du 21 mai 2016 - Compte-rendu, première partie
puce Interview de Minh-Triêt Pham - Le haïku
puce Lecture poétique à la Comédie Française
puce L’art s’empare de l’absinthe, ou l’inverse peut-être ...
puce Lecture et performance des Haïkus du livre Au Fil des pas
puce Eclairement à l’heure du Printemps des Poètes
puce Pages Ouvertes - 18ème Edition du Printemps des Poètes
puce La culture pour tous dans le spectacle vivant
puce Lien de Mê Linh : rencontre avec Jean Marc Turine au Centre Wallonie Bruxelles
Equipe Eclairement L'association
La lettre S'abonner
Facebook Twitter
Musique   Linux   Recherche d’information bibliographique   Tutoriels pour débutant   Culture générale   Anime   Windows Vista   Microsoft Office   Europe   Urbanisme   Vie privée   Droit   Cours   Pages Ouvertes   Bases de données   Techniques   Poésie   Education   Cinéma   HTML   Peinture   Spectacle   Manga   Histoire   BD   Roman   Windows 7   Théâtre   Windows Mobile   Photographie   arts visuels   Android   sport   Windows   Littérature   Tutoriels   Métier   Séries TV   Firefox   Fable   Installation   Edito   Société  
Eclairement © 1998 - 2012
Mentions légales - Contact - Partenaires