Accueil > Art et culture > Peinture du chaos : trois questions à Maurice (...)

Peinture du chaos : trois questions à Maurice Cohen

vendredi 27 février 2015, par Claire Mélanie impression

Mots-clefs :: arts visuels :: La Revue du 24 :: Peinture ::

Après notre présentation, dans l’article "Maurice Cohen et le chaos : la peinture comme énergie, de l’artiste, voici un court entretien pour revenir sur sa pratique picturale.


Eclairement - Pour vous, peindre est-ce d’abord une activité physique ou une activité intellectuelle ?

Maurice Cohen - Plutôt une activité intellectuelle et émotionnelle. Aujourd’hui le domaine des sciences, le domaine de la poésie et le domaine de la philosophie sont indivisibles.
J’ai une idée de ce que je veux peindre avant de commencer en peignant sans dessein préalable. J’ai été exposé à différents paysages, villes et cultures au cours de nombreux voyages.

Eclairement - Quelle place tient la couleur dans votre processus créatif ? Le choix de la couleur est-il essentiel ou est-ce d’abord un choix de structure ?

Maurice Cohen - C’est d’abord un choix de structure. L’utilisation de la juxtaposition des couleurs offre une qualité dynamique, le tableau change en fonction de la lumière qu’il reçoit. Ces effets sont obtenus en utilisant le concept de variabilité, l’une des caractéristiques de la théorie du chaos que j’ai développée après avoir résolu l’équation chaotique du grand mathématicien Poincaré.
Ensuite j’ai le plaisir de découvrir de nouvelles couleurs ; ayant publié de nombreux articles scientifiques, j’ai développé un esprit de recherche que j’applique dans l’abord des couleurs.
J’ai aussi une connaissance approfondie des couleurs de la porcelaine de Sèvres.

Eclairement - Que cherchez-vous à transmettre à travers vos œuvres ?

Maurice Cohen - J’essaie d’exprimer l’essence de la nature humaine sous différents aspects, la nature elle-même ainsi que les comportements de la société contemporaine.
Je veux transmettre une complexité et une vitalité, reflets d’une personnalité non-linéaire.

Pour en savoir plus sur l’artiste :

- site web : http://mauricecohenart.com/

- Toutes les peintures sont ici reproduites avec l’aimable autorisation de l’artiste. Tout droit réservé.


© Tous les textes et documents disponibles sur ce site, sont, sauf mention contraire, protégés par une licence Creative Common (diffusion et reproduction libres avec l'obligation de citer l'auteur original et l'interdiction de toute modification et de toute utilisation commerciale sans autorisation préalable).

carre_trans Avec les mêmes mots-clefs
puce Nouveau salon littéraire, 12 mai, Paris : L’écrit en relief, revisiter l’écrit grâce au pop-up
puce Féérie de guimauve
puce Mme Bovary c’est peut-être toi c’est pas moi
puce Parcours entre les éléments - l’expo L’Eau et le Feu à l’Eglise des Jacobins, Agen
puce Le passager de Paris - Galerie Vivienne
puce Le passager de Paris - Passage Verdeau
puce Le passager de Paris - Passage Jouffroy
puce Salon littéraire du 21 mai 2016 - Compte-rendu, troisième partie
puce Salon littéraire du 21 mai 2016 - Compte-rendu, première partie
puce Interview de Minh-Triêt Pham - Le haïku
puce Maurice Cohen et le chaos : la peinture comme énergie
puce Curiosité littéraire : L’Histoire de la littérature française de René Doumic
puce Le Rouge et le Noir : un enchantement pour les oreilles
puce La nuit européenne des Musées 2014 : une aventure d’un jour
puce Prussian Blue, une revue du monde de l’art
puce Fernand Khnopff et la mélancolie d’une ville : Frontispice pour Bruges-la-Morte
puce Imago et Translatio, Illustration et Traduction en Europe
puce La vie à Dublin : Visite à la National Gallery
puce Fernand Khnopff et la mélancolie d’une ville : Avec Grégoire Le Roy, Mon cœur pleure d’autrefois
puce Les tableaux de Cécile : Le travail
puce Fernand Khnopff et la mélancolie d’une ville : La vie de l’eau, Une ville abandonnée
puce Persona, étrangement humain
puce La promenade féerique de Pierre
puce La promenade féerique de Floriane
puce La culture pour tous dans le spectacle vivant
puce L’amour sera convulsif ou ne sera pas
puce L’histoire d’un vieux Tzigane
puce Salon des Beaux-Arts, décembre 2014, quelques photos
Equipe Eclairement L'association
La lettre S'abonner
Facebook Twitter
sport   arts visuels   Photographie   Culture générale   BD   Anime   Bases de données   Spectacle   Microsoft Office   Métier   Histoire   Firefox   Cours   Windows 7   Fable   Tutoriels   Edito   Vie privée   Musique   Europe   Recherche d’information bibliographique   Windows Vista   Cinéma   Education   Tutoriels pour débutant   Manga   Android   Roman   Théâtre   Windows Mobile   Windows   HTML   Urbanisme   Techniques   Peinture   Séries TV   Société   Linux   Droit   Poésie   Littérature   Installation   Pages Ouvertes  
Eclairement © 1998 - 2012
Mentions légales - Contact - Partenaires