Accueil > Art et culture > Les oubliées de Juarez

Les oubliées de Juarez

dimanche 29 avril 2007, par Claire Mélanie impression

Mots-clefs :: Cinéma ::

Un film engagé


Le film Les oubliées de Juarez a été mal noté par la presse et à voir le peu de critiques spectateurs à son sujet sur allociné, il y a de fortes chances qu’il ait été au final délaissé par les spectateurs. Pourtant... Pourtant on emmène des classes entières voir Beaumarchais L’insolent, voir Germinal, voir Le Colonel Chabert, voir les derniers films sur Molière et sur La Fontaine.

Evidemment, le film est trop violent pour emmener impunément des classes le voir. Il est violent parce qu’il est tiré de faits réels, nous ne sommes pas dans la fiction d’horreur où l’hémoglobine coule à flot, où Satan est de retour pour faire déferler sur Terre les Monstres des Enfers. Non, il y a certes un "el diablo", mais ce "diablo" est bien humain, l’horreur est ici et elle est d’autant plus forte qu’elle est tue.

Pourquoi ne pas emmener, si ce n’est le temps limité pour boucler le programme d’histoire-géographie, des terminales voir ce film ? Dénonciation politique, sociale, humaine, contre certains accords internationaux de libre-échange (l’ALENA en l’occurrence), contre les petits accords de personnes qui ne regardent que le profit et qui recherchent un pouvoir finalement bien relatif (voir le traitement encore une fois politique et critique des sphères de pouvoir dans Shooter tireur d’élite - en passant outre l’aspect "explosion-action" du film), contre la perversité humaine et cette tendance encore et toujours répétée à dominer, asservir, tuer.

Même sur un plan cinématographique, en dehors de la dénonciation, le film n’a pas l’apparence d’un film lisse, hollywoodien, car on le lui a reproché, cet aspect hollywoodien, on lui a même reproché ses images d’une violence insupportable... Mais cette violence est le coeur même du sujet. Certes, les partis-pris des images est parfois surprenant, bougés, gros plans, effet d’images incrustées en transparence pour montrer le cheminement des personnages. Certes, la musique tire vers le dramatique, le pathétique, mais pouvait-il en être autrement ? Sans musique, le rendu aurait été plus fort, mais le film aurait-il pu sortir en salle ? Certes, on s’interroge parfois sur la justesse du jeu de J. Lopez et de Banderas. Mais au final, et même peut-être grâce à ses défauts, le film garde une rudesse, quelque chose d’abrupte qui sert le sujet plutôt qu’il ne le désert.

Oui, un des "méchants" est tué, mais cette mort reste plus symbolique qu’autre chose, car les cyniques chefs d’entreprises, les peu regardant sénateurs demeurent. Et les meurtres continuent. La structure du film le montre bien : la mort d’un des criminels n’a rien résolu. Ce pied ensanglanté qui sort de terre, malgré tout, à la fin, n’en est qu’un des signes.


© Tous les textes et documents disponibles sur ce site, sont, sauf mention contraire, protégés par une licence Creative Common (diffusion et reproduction libres avec l'obligation de citer l'auteur original et l'interdiction de toute modification et de toute utilisation commerciale sans autorisation préalable).

carre_trans Avec les mêmes mots-clefs
puce L’art s’empare de l’absinthe, ou l’inverse peut-être ...
puce La promenade féerique de Pierre
puce La promenade féerique de Floriane
puce Zero Motivation : une satire de la place de la femme dans l’armée Israëlienne
puce Lien de Mê Linh : rencontre avec Jean Marc Turine au Centre Wallonie Bruxelles
puce Le Cinéma turc : un paradoxe moderne
puce Le nouveau Tayfun Pirselimoğlu : Je ne suis pas lui
puce Le passager de Paris - Galerie Vivienne
puce Le passager de Paris - Passage Verdeau
puce Le passager de Paris - Passage Jouffroy
puce Le passager de Paris - Passage des Panoramas
puce Salon littéraire du 21 mai 2016 - Compte-rendu, troisième partie
puce Salon littéraire du 21 mai 2016 - Compte-rendu, première partie
puce Interview de Minh-Triêt Pham - Le haïku
carre_trans
Cinéma, animations
Voici présenté tout ce qui peut passer sur écran, petit ou grand. La séparation des deux, tant sur le plan artistique - scénario, mise en scène, jeu des acteurs - que sur le plan sociétal, s’amoindrit. A raison très certainement. Dans les deux cas, l’abondance des productions offre un choix très varié, de bonnes surprises mais aussi beaucoup de déceptions. Eclairement vous propose alors ses critiques, pour y voir un peu plus clair dans ce paysage cinématographique au sens large.
Equipe Eclairement L'association
La lettre S'abonner
Facebook Twitter
BD   Manga   Théâtre   Europe   Séries TV   Linux   Histoire   Peinture   Techniques   Windows   Anime   Culture générale   Cinéma   Musique   Cours   Firefox   Windows 7   Roman   Android   arts visuels   Edito   Littérature   Fable   HTML   Windows Vista   Spectacle   Société   Bases de données   Microsoft Office   Tutoriels   Tutoriels pour débutant   Education   Pages Ouvertes   Photographie   Installation   Urbanisme   Métier   Poésie   Vie privée   sport   Droit   Recherche d’information bibliographique   Windows Mobile  
Eclairement © 1998 - 2012
Mentions légales - Contact - Partenaires