Accueil > Art et culture > Lecture poétique à la Comédie Française

Lecture poétique à la Comédie Française

samedi 26 mars 2016, par Pierre impression

Mots-clefs :: Littérature :: Poésie :: Théâtre ::

Le 8 mars dernier, vos deux reporters Floriane et Pierre se sont rendus cette fois à la Comédie Française à l’occasion du Printemps des Poètes et des 50 ans de la collection poésie/Gallimard. Une lecture poétique et musicale animée par la troupe de la Comédie Française.


C’est installé à l’étage de la salle Richelieu avec une vue imprenable sur la scène que nous avons assisté à cette ode à la poésie.
Ce ne fut pas une représentation comme les autres, ou du moins comme celles qu’il m’avait été amené de voir à la Comédie Française ou dans n’importe quel autre théâtre.

On peut facilement se représenter la poésie comme quelque chose à lire chez soi pour soi, un moment de rêverie solitaire, une échappatoire dans une réflexion personnelle, dans la contemplation du sens des mots. C’en était du moins ma vision.

Je n’avais pas remis les pieds dans ce monument du patrimoine français depuis quelques temps déjà, mais la performance qui nous a été donnée de voir et avec quelle superbe elle a été interprétée n’a rien à envier à celles produites par le passé.

Ainsi, l’admirable équipe composée d’Anne Kessler, Sylvia Bergé, Bakary Sangaré, Christian Hecq, Suliane Brahim, Clément Hervieu-Léger et Danièle Lebrun, nous a fait traverser un siècle de poésie avec brio et en musique. Chaque poème et son ton étaient attribués à un lecteur particulier avec une distribution adaptée et soignée de telle sorte qu’il nous touche avec l’intensité due. Alors que s’enchaînaient les vers, entre deux grands noms de la poésie nous avions droit à quelques interludes musicaux dans lesquelles un ou plusieurs de nos protagonistes poussaient la chansonnette accompagnés d’Osvaldo Caló au piano.

Je vous offre la liste des poèmes de cette heure de pur bonheur, vous y reconnaîtrez certainement des noms et des titres chers à votre cœur et je vous invite à consulter ceux qui ne vous sont pas connus :


Pour ma part, beaucoup de rires mêlés d’admiration lors de la lecture de la Paupière Philosophale de Ghérasim Luca et lu par Christian Hecq dont le talent est devenu incontestable. Je vous en donne un extrait :

« Bien au-delà du peu
la peau et l’épée
lapent
l’eau ailée
du petit pire

Toupie d’une peur idéale
épi à pas de pou
appât
ou pâle pet de pétale »

Un grand merci à la troupe, à la Comédie Française et à la direction de cet événement : Jean-Pierre Siméon, André Velter et Julie Nice.

Plus d’informations sur : http://www.comedie-francaise.fr/


© Tous les textes et documents disponibles sur ce site, sont, sauf mention contraire, protégés par une licence Creative Common (diffusion et reproduction libres avec l'obligation de citer l'auteur original et l'interdiction de toute modification et de toute utilisation commerciale sans autorisation préalable).

carre_trans Avec les mêmes mots-clefs
puce Le passager de Paris - Passage Jouffroy
puce Le passager de Paris - Passage des Panoramas
puce Salon littéraire du 21 mai 2016 - Compte-rendu, troisième partie
puce Salon littéraire du 21 mai 2016 - Compte-rendu, première partie
puce Interview de Minh-Triêt Pham - Le haïku
puce Soirée Casino Royal au cinéma les Fauvettes
puce Voyager le temps d’un concert grâce à l’Université Populaire de la Musique
puce L’art s’empare de l’absinthe, ou l’inverse peut-être ...
puce Lecture et performance des Haïkus du livre Au Fil des pas
puce Eclairement à l’heure du Printemps des Poètes
puce Pages Ouvertes - 18ème Edition du Printemps des Poètes
puce La promenade féerique de Pierre
puce La promenade féerique de Floriane
puce La culture pour tous dans le spectacle vivant
puce L’amour sera convulsif ou ne sera pas
puce L’histoire d’un vieux Tzigane
puce Phèdre de Racine, Acte I, scène 3, commentaire
puce Collaboration au Théâtre de la Madeleine
puce Ita L. née Goldfeld, une pièce qui résonne
puce Salon littéraire du 17 mars 2012 - compte-rendu
puce Troïlus et Cressida de Shakespeare en tournée
puce La lecture au-delà du handicap : une solution apportée par le livre audio
puce Le Rouge et le Noir : un enchantement pour les oreilles
puce Cinquième salon littéraire : rendez-vous le 9 novembre 2013
puce Paul Verlaine, « L’enterrement », le Poème du 24
puce Damascènes d’Anick Roschi, Pages Ouvertes
puce Carole, de Paul Lamour, Pages Ouvertes
puce Baudelaire, A une passante, le poème du 24
Equipe Eclairement L'association
La lettre S'abonner
Facebook Twitter
Cinéma   Société   Roman   Techniques   Firefox   Histoire   BD   Cours   Windows Mobile   Droit   Métier   Tutoriels pour débutant   Recherche d’information bibliographique   Windows Vista   Séries TV   Fable   Windows   HTML   Manga   Linux   Musique   Installation   Peinture   Urbanisme   Culture générale   Education   Tutoriels   Europe   Android   Théâtre   Windows 7   Photographie   Poésie   Microsoft Office   Anime   Spectacle   Bases de données   Pages Ouvertes   sport   Edito   arts visuels   Littérature   Vie privée  
Eclairement © 1998 - 2012
Mentions légales - Contact - Partenaires