Cette musique celte m’a toujours procuré ces sentiments mêlés : joie, mélancolie, espoir, conscience de n’avoir rien à attendre de l’ici-bas. Une musique pour la franchise, une musique pour la brise : la danse et la perte de soi dans le mouvement. Le lancinant et le rythmé. Des échos comme de mes origines. Je suis persuadée d’avoir quelques liens avec cet univers de flûtes. Flûtes celtes, flûtes des Andes. Tout simplement ma jeunesse de flûte à bec ? Le rapport ne peut cependant être aussi simple : la musique celte sans flûte me procure les mêmes frissonnements. La voix qui se perd comme une prière et le battement discret des tambours. Quelque chose de gracile : une pureté qui a vécu, non pas cette pureté des voix d’enfants, trop froide. Une pureté par-delà les obstacles. Une résonance qui souhaite communion et isolement.


Creative Commons License
Ces créations sont mises à disposition sous un contrat Creative Commons.

Auteur : Claire Mélanie
Voici un espace d'expression plus personnelle. Vous y trouverez quelques textes, quelques photos, des impressions. Des instantanés, des atmosphères, des humeurs, des remarques, le tout sans restriction d'objet : d'un film à la poste, d'un jeu vidéo à la feuille déchue. Bonne lecture !
Mes chapitres
Les genres
Archives
Les derniers commentaires

> Et puis (22 février 2012)

> Et pourtant elle tourne (26 janvier 2012)

> Réverbères (22 janvier 2012)

> Une apparition (22 janvier 2012)

Eclairement © 1998 - 2012
Mentions légales - Contact - Partenaires