Accueil > Art et culture > Le renard et l’enfant : décevant.

Le renard et l’enfant : décevant.

samedi 5 janvier 2008, par Claire Mélanie impression

Mots-clefs :: Cinéma ::


Avec le titre, tout est dit. Le nouveau film de Luc Jacquet ne tient pas ses promesses. Et les raisons, hélas, en sont multiples.

Tout d’abord, au lieu de se concentrer sur les animaux, le film tourne plutôt autour du personnage de Bertille, la petite fille. La réalisation nous impose alors le visage en gros plan ou plan rapproché (il faut bien varier) de l’enfant à la vue de différents animaux et non les images des animaux eux-mêmes. Mais le spectateur qui se déplace pour regarder un tel film ne vient pas pour compter les taches de rousseur de la fillette mais bien pour contempler la nature, faunes et flores. Quelle irritation de se voir imposer des réactions que le spectateur aurait souhaité être libre d’avoir et surtout de nourrir par un filmage continu des animaux au lieu d’un montage haché, trop insistant sur le personnage de l’humain.

Par ailleurs, ce film présenté comme un conte, dans lequel on partagerait toutes les émotions et le vécu de la fillette et qui délivrerait un message de respect et de sagesse, nous laisse constamment à distance. Le comportement de la fillette ne convient pas. Elle attend des heures un renard mais lorsqu’il apparaît, elle se met à lui courir après en criant : "renarde, renarde, t’en vas pas" ... C’est un peu contradictoire d’autant que l’enfant est censé avoir lu un livre sur les renards pendant un mois au moins... Ca laisse le temps d’en apprendre, des choses. Pourquoi on ne partage pas cette amitié qui se tisse, c’est parce que la fillette se comporte stupidement et dans tout le film elle semble être dans une volonté de soumettre le renard à elle-même et non pas dans l’écoute. Alors qu’il y ait de façon très insistante un message final, oui, il était temps : les animaux, sauvages ou non d’ailleurs, ne sont pas des jouets. Il faut apprendre à les aimer pour ce qu’ils sont...
Même un dessin animé comme Rémy sans famille le montrait mieux...

N’oublions pas non plus les discordances dans le jeu de l’enfant, chaque parole semble forcée et manque de sincérité. Toujours ce problème de la récitation sans intonation chez beaucoup des acteurs français. Et puis ce caractère de niaiserie : "je l’ai appelé Titou, c’est tout doux"...

Pourquoi ce film est-il toujours à l’affiche alors que les animaux amoureux en sont presque disparus ?


- Date de sortie : 12 Décembre 2007
- Réalisé par Luc Jacquet
- Avec Bertille Noël-Bruneau, Isabelle Carré
- Durée : 1h 32min.


Illustration :
Source : National Park


© Tous les textes et documents disponibles sur ce site, sont, sauf mention contraire, protégés par une licence Creative Common (diffusion et reproduction libres avec l'obligation de citer l'auteur original et l'interdiction de toute modification et de toute utilisation commerciale sans autorisation préalable).

+ Répondre à cet article (6 commentaires)
  • Le renard et l’enfant : décevant.

    27 février 2009 12:15, par Nag’

    Ben oui ! j’crois qu’t’as rien compris ! Le film ne s’adresse tout simplement pas à des gens comme toi ! Et à chaque fois qu’il en sortira un comme ça tu seras déçu si tu vas le voir. Je comprends ton point de vue mais tu n’es pas seul sur terre, il y en a d’autres. Je ne sais pas mais peut-être vis-tu dans ton microcosme ? Les familles, parents/enfants qui sont allées le voir l’on pour la plupart apprécié. La question n’est pas de savoir si c’est bien ou mal, ces gens-là existent et crois-tu qu’ils soient minoritaires ? L’humain est un mammifère tout aussi intéressant et respectable que les autres animaux, c’est sûr qu’il a ces défauts et c’est à ceux qui "voient" d’aider les autres à ouvrir les yeux !

    repondre message

  • Le renard et l’enfant : décevant.

    27 février 2009 12:31, par Nag’

    Juste une dernière chose, je suis accompagnateur en montagne.
    Voici un petit lien pour montrer l’étendue du travail que l’on peut faire à partir de ce film :
    http://crdp.ac-paris.fr/seanceplus/lerenardetlenfant/index.htm
    Ça touche bien des matières pour ce qui est de l’éducation des jeunes et des moins jeunes et les enseignants motivés ont là un outil non négligeable.

    repondre message

  • Le renard et l’enfant : décevant.

    28 février 2009 17:37, par annonime

    Il est vrai que quand on regarde la bande annonce de ce film,on espère être en relation avec les animaux et la nature,mais ce n’est pour ça que je dirais que "le renard et l’enfant" est décevant .

    repondre message

  • Le renard et l’enfant : décevant.

    28 février 2009 17:46, par annonime

    Il est vrai que "le renard et l’enfant" ne parle pas dut ou de nature mais mieux ne vau pas critiquer les créateurs car d’autres gens comme moi peuvent aimer ce film.

    repondre message

  • Le renard et l’enfant : décevant.

    1er avril 2009 15:09, par Melguen (56)

    Ah !!!!!!!! Je suis deçu par le film en partie. Ma fille de 10ans maintenant, très sensible à la nature la vue à sa sortie et l’a revu en DVD en suivant les Bonus, et surtout le récit du méteur en scène et là !!! surprise tout devient autre chose, je crois bien que nous avons préféré les bonus au film...!
    conclusion : revoir le film et surtout ne pad louper les Bonus.

    Mel

    repondre message

carre_trans Avec les mêmes mots-clefs
puce L’art s’empare de l’absinthe, ou l’inverse peut-être ...
puce La promenade féerique de Pierre
puce La promenade féerique de Floriane
puce Zero Motivation : une satire de la place de la femme dans l’armée Israëlienne
puce Lien de Mê Linh : rencontre avec Jean Marc Turine au Centre Wallonie Bruxelles
puce Le Cinéma turc : un paradoxe moderne
puce Le nouveau Tayfun Pirselimoğlu : Je ne suis pas lui
puce Le passager de Paris - Galerie Vivienne
puce Le passager de Paris - Passage Verdeau
puce Le passager de Paris - Passage Jouffroy
puce Le passager de Paris - Passage des Panoramas
puce Salon littéraire du 21 mai 2016 - Compte-rendu, troisième partie
puce Salon littéraire du 21 mai 2016 - Compte-rendu, première partie
puce Interview de Minh-Triêt Pham - Le haïku
carre_trans
Cinéma, animations
Voici présenté tout ce qui peut passer sur écran, petit ou grand. La séparation des deux, tant sur le plan artistique - scénario, mise en scène, jeu des acteurs - que sur le plan sociétal, s’amoindrit. A raison très certainement. Dans les deux cas, l’abondance des productions offre un choix très varié, de bonnes surprises mais aussi beaucoup de déceptions. Eclairement vous propose alors ses critiques, pour y voir un peu plus clair dans ce paysage cinématographique au sens large.
Equipe Eclairement L'association
La lettre S'abonner
Facebook Twitter
Linux   Installation   arts visuels   HTML   Culture générale   Théâtre   Microsoft Office   Tutoriels   Fable   Cours   Photographie   Windows   Vie privée   Education   Techniques   Poésie   Bases de données   Urbanisme   Manga   Europe   Littérature   Windows 7   BD   Histoire   Pages Ouvertes   Windows Vista   Droit   Tutoriels pour débutant   Roman   Firefox   Métier   Recherche d’information bibliographique   Spectacle   Musique   Android   Edito   Anime   Cinéma   Séries TV   Windows Mobile   Société   Peinture   sport  
Eclairement © 1998 - 2012
Mentions légales - Contact - Partenaires