Accueil > Savoir et Société > Contruire l’Europe : le débat régionaliste dans (...)

Contruire l’Europe : le débat régionaliste dans les années 1930.

Fiche d’histoire contemporaine

vendredi 9 novembre 2007, par Anne-Renée Castex, Eclairement impression

Mots-clefs :: Culture générale :: Europe :: Histoire ::

Après notre série de fiches sur l’européisme dans les années 1920, voici une fiche détaillée sur le débat régionaliste dans les années 1930. La réflexion sur le projet d’Europe unie se fait dans un nouveau contexte : la crise économique qui suit le krach de 1929 pousse les penseurs de l’Europe unie à envisager des projets plus restreints et progressifs que dans les années 1920.


I] Le problème général du régionalisme

Contexte :

- 1930’s : idée que construire l’Europe d’un seul mouvement est trop ambitieuse et qu’il faut procéder de manière progressive.

- 1930 – 35 : premières tentatives régionalistes.

idée régionaliste comme produit de la crise des 1930’s.

Conditions de la réflexion :

- dégradation économique après le plan Briand (mai 1930). Tentation anglaise de se replier sur le Commonwealth.

- 1930 : conférence à la SDN sur la trêve douanière. Principe : bloquer le niveau de protection douanière en Europe à son niveau actuel pendant 2 ou 3 ans ; entretemps, négocier des accords collectifs pour diminuer le niveau de protection → échec.

- août 1931 : rapport de la CEUE (commission d’étude pour l’union européenne (1) ) → idée qu’il faut organiser l’Europe de manière progressive et modeste. 2 éléments : approche régionaliste (sous-ensembles), méthode sectorielle (ententes).

- septembre 1931 : dévaluation de la livre sterling (- 40%).

- début 1932 : mise en place du système de préférence impériale → protectionnisme anglais : repli de l’Angleterre sur son empire et renonciation au choix continental.

Penseurs : convergence de 2 courants de pensée :

  • courant contractuel : exprimé par le [rouge]projet Loucheur[/rouge] de 1927 (création d’ententes internationales entre industries, sous contrôle de la SDN), à mi-chemin entre libre-échange et protectionnisme
  • courant des libéraux : favorables au libre-échange universel = idéal inatteignable au début des 1930’s → se convertissent au régionalisme. Pour certains, le projet européen est une fin en soi ; pour d’autres, c’est une étape dans la mondialisation.

[rouge]Richard Riedl[/rouge] : économiste et diplomate, représentant de l’Autriche dans la plupart des conférences économiques en Europe pendant l’entre-deux-guerres. Idée de constituer des unions douanières par étapes (5 ou 6 sous-ensembles) + cartels et ententes régionales par branches, validés par les Etats (chimie, sidérurgie) → démarche régionaliste + sectorielle.

[rouge]Pierre Stoppani[/rouge] : directeur de la section économique de la SDN. Il se fait le propandiste du régionalisme auprès des organisations et lobbies économiques en Europe entre 1931 et 1935.

[rouge]Francis Delaisi[/rouge] : Les Deux Europe (1929)→ constituer 2 unions économiques intra-européennes, l’une occidentale, et l’autre, d’Europe centrale et danubienne, pour arriver à terme, par leur rapprochement, à un marché européen.

[rouge]Paul Van Zeeland[/rouge] : économiste de l’université de Louvain. Libéral, il vient au régionalisme au début des 1930’s car la solution libérale universelle ne lui paraît plus possible (Regards sur l’Europe, 1932). Pour lui, il faut déconstruire les éléments de replis nationaux développés depuis la première guerre mondiale (protectionnisme, nationalisme économique), et amplifiés par la crise des années 1930. Méthode envisagée = régionalisme. Méthode transitoire : le régionalisme n’est pas une finalité mais une étape vers le libre-échange international.

UDE (union douanière européenne) : évolue vers les schémas régionalistes, sous l’influence de Delaisi. Mise en avant de 2 éléments : 1) union douanière en Europe centrale 2) union douanière en Europe occidentale (cf. Les Deux Europe). But : relier ces 2 ensembles par la suite.

++++

II] Tentatives de mise en oeuvre

Europe centrale et orientale :

Contexte : volonté de restaurer l’unité économique de la région politiquement démembrée après la première guerre mondiale (Autriche-Hongrie). Problème des relations Allemagne/Autriche (Anschluss interdit à Versailles).Tournant 1920’s – 30’s : crise agricole (surproduction). 1930 : série de conférences et de tentatives d’accords pour tenter de résoudre les problèmes dus à la crise agricole (production, prix, stockage, transport). Le problème qui se pose est celui de l’Allemagne.

Projets : 2 grands projets en Autriche :

  • 1) projet de Mitteleuropa économique : porté par [rouge]Richard Riedl[/rouge] depuis la première guerre mondiale, relancé après le mémorandum Briand. Première étape envisagée : union douanière Allemagne-Autriche.
  • 2) projet de Mitteleuropa économique sans l’Allemagne : concerne les Etats successeurs de l’Autriche-Hongrie. Animé par [rouge]Elemér Hantos[/rouge]. Pour lui, cette entente ne pourra se rapprocher de l’Allemagne qu’avec l’accord de la France.

Tentatives :

- Tentative d’union douanière austro-allemande : congrès économique de l’Europe centrale à Vienne en mars 1931. But : accord régional en vue d’une union économique comprenant l’Allemagne. Autrichiens et Allemands annoncent un accord d’union douanière entre eux (= accord Curtius). Pour les Français, tentative de constituer une grande Allemagne → échec fn 1931/début 1932.

- Plan Constructif Français : présenté en mai 1931 au sein de la CEUE. Réponse à la tentative d’union douanière austro-allemande. But : organiser les relations entre pays exportateurs de céréales et pays exportateurs de produits industriels (= mise en application du plan Delaisi). Albert Thomas propose un programme de grands travaux en Europe centrale + plan Heinemann d’interconnexion des réseaux d’électricité. Comprend les pays danubiens, l’Autriche, mais pas l’Allemagne.

- Plan Tardieu : présenté en mars/avril 1932. Reprise du Plan Constructif Français de mai 1931. Autriche, Hongrie + Petite Entente (Tchécoslovaquie, Yougoslavie, Roumanie). Projet : union douanière progressive, union monétaire à terme.

→ Ces plans envisagent les mêmes éléments : groupements de pays de taille similaire, union douanière par étapes.

→ Echecs. Dès 1933, il est trop tard. Par la suite, l’Allemagne va éviter que les pays d’Europe centrale s’organisent de manière régionale, en procédant de manière bilatérale avec des pays pendant les 1930’s (accords bilatéraux).

Europe occidentale :

- La constitution du Groupe d’Oslo : Danemark, Norvège, Pays-Bas, Suède = petits pays inquiets de la montée du protectionnisme, neutres pendant la première guerre mondiale, favorables à la trêve douanière et déçus par son échec. Premières discussions en juillet 1930 à Copenhague → idée d’un accord économique à quatre : accord de non agression dans le domaine commercial (≠ union douanière) = pas d’augmentation des droits de douane sur les produits importants pour les partenaires.
Octobre 1930 : réunion à La Haye. La Belgique et le Luxembourg se joignent au groupe.
Décembre 1930 : réunion à Oslo → signature des accords d’Oslo = mise en oeuvre de l’idée de trêve douanière dans un espace limité. Accords en vigueur jusqu’en 1940. Cet accord rencontre le soutien d’organisations économiques, patronales et professionnelles (CCI). Limite : relations commerciales faibles entre ces pays → impact limité des accords.

- L’accord d’Ouchy, 1932 : signé en juin 1932 par le Luxembourg, la Belgique, et les Pays-Bas à Ouchy. Principe : diminution par paliers des droits de douane. But : accord préférentiel visant une union douanière ouverte à de nouveaux membres. Problème : accord conçu comme un point de départ et pas une finalité. Volonté d’élargir cet accord aux grands pays voisins (France, Angleterre, Allemagne) → échec. Accord saboté par l’Angleterre : refuse la mise en oeuvre de ce projet au nom de la clause de la nation la plus favorisée. NB : les Anglais veulent éviter que cet accord ne soit le point de départ d’une organisation économique continentale.

- Le Bloc Or, 1934 : projet de mise en place d’un espace économique régional. But : compenser par des échanges plus nombreux dans la zone les difficultés à exporter à l’extérieur (2). Pays concernés : France, Belgique, Suisse, P-B, Italie. Projet soutenu par [rouge]Stoppani[/rouge], la section économique de la SDN + nombreuses organisations professionnelles et économiques → échec : cette tentative ne constitue pas un espace cohérent, il manque l’Allemagne ou l’Angleterre.

→ Problèmes récurrents dans les tentatives régionalistes des 1930’s :
attitude de l’Angleterre, clause de la nation la plus favorisée

Poursuivre votre lecture sur l’Europe :

- Aristide Briand et l’Europe

- Une Europe des démocraties : 1936 - 1940

- L’Europe franco-britannique : 1944 - 1950

- Résistance et Europe


Notes :

(1) Comité d’étude créé par la SDN en 1930 à la suite du mémorandum Briand.

(2) NB : après la dévaluation de la livre, un certain nombre de pays se retrouve avec des monnaies surévaluées et donc des difficultés à exporter.

Source : cours de Robert Frank à Paris I, année 2007/08.

© Tous les textes et documents disponibles sur ce site, sont, sauf mention contraire, protégés par une licence Creative Common (diffusion et reproduction libres avec l'obligation de citer l'auteur original et l'interdiction de toute modification et de toute utilisation commerciale sans autorisation préalable).

+ Répondre à cet article (3 commentaires)
carre_trans Avec les mêmes mots-clefs
puce Awen Nature, la distillerie d’absinthe
puce Zero Motivation : une satire de la place de la femme dans l’armée Israëlienne
puce Curiosité littéraire : L’Histoire de la littérature française de René Doumic
puce Egypte ancienne et constructions identitaires : nationalisme égyptien et panarabisme. Nasser et Sadate
puce Egypte ancienne et constructions identitaires : nationalisme égyptien et panarabisme
puce Article "Agnus Scythicus", Denis Diderot
puce L’ouverture du Neveu de Rameau de Diderot, commentaire
puce Expo - La vie à Bruxelles : l’Atomium
puce La vie à Dublin : le marché du quartier Christchurch
puce La vie à Dublin : le quartier Christchurch
puce La vie à Dublin : la cathédrale Christchurch
puce EXPO - La vie à Bruxelles. Tapis de fleurs : grand-place de Bruxelles.
puce La vie à Bruxelles : Place Poelaerts
puce Wilson et l’Europe
puce L’art s’empare de l’absinthe, ou l’inverse peut-être ...
puce Lien de Mê Linh : rencontre avec Jean Marc Turine au Centre Wallonie Bruxelles
puce Life Is A Cabaret !, les musicals comme vous ne les avez jamais envisagés.
puce Le Titanic revisité, une plongée dans le passé
puce Histoire de l’émancipation des femmes, Marie-Josèphe Bonnet
puce Le traitement informatique des corpus textuels en histoire ancienne
puce Hip-Hop et politique, Episode 2
puce Attention aux intentions (de vote)
puce De la citoyenneté à la sécurité, un engagement réciproque
puce Mélanie, éducatrice spécialisée dans un foyer pour autistes
puce Persona, étrangement humain
puce Nos voeux 2016
puce Hip hop : des rues du Bronx aux rues arabes
puce La culture pour tous dans le spectacle vivant
carre_trans

Lexique Europe

Equipe Eclairement L'association
La lettre S'abonner
Facebook Twitter
Windows   arts visuels   Tutoriels pour débutant   Métier   Firefox   Théâtre   Microsoft Office   HTML   Linux   Windows Mobile   Roman   Droit   Peinture   Spectacle   Séries TV   Windows Vista   Edito   Musique   Education   Vie privée   Bases de données   Europe   Android   Littérature   BD   Urbanisme   Histoire   Windows 7   Manga   Recherche d’information bibliographique   Installation   Poésie   Pages Ouvertes   Cours   Anime   Société   sport   Photographie   Tutoriels   Culture générale   Techniques   Fable   Cinéma  
Eclairement © 1998 - 2012
Mentions légales - Contact - Partenaires