Accueil > Art et culture > Le Canzoniere de Pétrarque

Le Canzoniere de Pétrarque

dimanche 13 février 2005, par Claire Mélanie impression

Mots-clefs :: La Revue du 24 :: Poésie ::


Ecrit sur presque toute une vie, Le "Canzoniere" de Pétrarque, appartenant originellement aux Rerum vulgarium fragmenta, dépasse le seul cadre du livre que l’on cite ou que l’on étudie en cours par extrait. Pour goûter réellement au style que l’on a par la suite appelé le Pétrarquisme, lors de sa redécouverte à la Renaissance, il semble nécessaire de se laisser porter à travers la totalité de cette chanson, aussi redondante et parfois aussi artificiellement codée soit-elle. Remarquons néanmoins que l’adverbe "artificiellement" serait à remettre en question dans le cadre d’une étude qui prendrait soin des moeurs d’écriture et de réception (de lecture) de cette fin du Moyen-âge.
En effet, si certains motifs nous paraissent des clichés, et pour une part d’entre eux existaient d’ailleurs dans la poésie courtoise, d’une part nombre d’entre eux sont nés de cette poésie, et d’autre part ceux de la poésie courtoise se rencontrent bien souvent détournés, pervertis, en vue de l’expression de sa propre intimité et non plus seulement de la soumission à et l’expression d’un extérieur, la Dame, la Maîtresse, la Souveraine.

Le poète apparaît certes en quête mais l’objet de cette quête se voit devenir plus complexe.

Mais dépassons ces discours d’école pour revenir sur la substance-même du discours. Ayant commencé ce livre avec une certaine appréhension et un certaine retenue, je me suis vue entraînée par l’ingéniosité (si ce n’est parfois la sincérité, mais il m’est difficile d’employer ce terme trop usité par un certain type d’analyse littéraire) de l’écrivain. Au-delà de la question de la sincérité, de la coïncidence avec le biographique, le poète a su parler le vrai à travers sa relation à "Laure", moderne à parler de soi mais suffisemment mystique pour faire vivre le désir d’élévation. Certains semblent réduire son écriture à une dialectique biographique : rejet de l’écriture en vulgaire, jubilation dans cette même écriture. Il paraît un peu simple de s’arrêter là car autant pourrait en être dit de tout écrivain qui nous semble s’accomplir et accomplir l’écriture.

A re(découvrir) donc en s’abstrayant des poncifs scolaires et de l’idée de lecture imposée !


Une édition intéressante et bilingue : Canzoniere / Le Chansonnier, Classiques Garnier, Bordas.

Poursuivez votre lecture :

- Pauline d’Alexandre Dumas

- Ronsard, Contre les bûcherons de la forêt de Gastine - Commentaire

- Verlaine, Le bruit des cabarets, la fange du trottoir - Commentaire

- Un poète contemporain : Thierry Cabot, présentation et extraits


© Tous les textes et documents disponibles sur ce site, sont, sauf mention contraire, protégés par une licence Creative Common (diffusion et reproduction libres avec l'obligation de citer l'auteur original et l'interdiction de toute modification et de toute utilisation commerciale sans autorisation préalable).

carre_trans Avec les mêmes mots-clefs
puce Fête de la mère de l’enfant
puce Le soupir des oiseaux
puce Pour te nommer
puce Dans ses yeux délavés couleur fourrure
puce Nouveau salon littéraire, 12 mai, Paris : L’écrit en relief, revisiter l’écrit grâce au pop-up
puce Et savoir attendre
puce Salon littéraire du 21 mai 2016 - Compte-rendu, première partie
puce Question roman
puce Dissertation théâtre
puce Dissertation argumentation, éléments de corrigé
puce Questions registre épique
puce Plan type au brouillon
puce Radiguet, "Le diable au corps", La Rencontre, analyse
puce Radiguet, "Le diable au corps", L’autoportrait, analyse
puce Maupassant, "Une vie", chapitre 6, extrait 1, analyse
puce "Manon Lescaut", extrait II, La Réconciliation, analyse
puce Montaigne, « De la vanité », Essais, III, 9, une explication linéaire
puce Ionesco, "Rhinocéros", Acte III, analyse
puce Ionesco, "Rhinocéros", Acte II, commentaire. Une dramaturgie subversive ? Le texte de théâtre et sa représentation
puce Giraudoux, "Electre", Acte I, scène 8, analyse
puce Montesquieu, "De l’esclavage des nègres", lecture linéaire
carre_trans
Equipe Eclairement L'association
La lettre S'abonner
Facebook Twitter
Histoire   Peinture   Musique   Métier   Culture générale   Photographie   Urbanisme   Linux   Tutoriels pour débutant   Techniques   Android   Pages Ouvertes   Bases de données   Recherche d’information bibliographique   Spectacle   Windows Vista   Vie privée   Droit   Education   Littérature   Fable   Manga   sport   Roman   Windows   Microsoft Office   Cinéma   Firefox   Windows 7   Société   #ALaMaison   Tutoriels   Séries TV   Edito   Anime   arts visuels   BD   Théâtre   HTML   Windows Mobile   Europe   Cours   Installation   Poésie  
Eclairement © 1998 - 2019
Mentions légales - Contact - Partenaires