Accueil > Savoir et Société > La vie à Dublin : Visite à la National (...)

La vie à Dublin : Visite à la National Gallery

mercredi 17 février 2010, par Sarah impression

Mots-clefs :: Peinture :: Société ::

Sarah est partie vivre en Irlande. Elle fera part, en exclusivité pour Eclairement et dans une suite d’articles, de la vie à Dublin telle qu’elle l’expérimente. Aujourd’hui, son premier récit.


J’habite à Dublin depuis deux semaines et ma recherche d’emploi est malheureusement restée vaine pour le moment. J’ai donc du temps, que j’essaie d’utiliser au mieux en-dehors des envois de CV et des candidatures spontanées directement sur place.

Il n’y a pas beaucoup de musées à Dublin, c’est une petite ville si on la compare à Paris. Mais la plupart d’entre eux sont gratuits, notamment la National Gallery qui rend compte de l’art pictural irlandais et qui s’enorgueillit de posséder un tableau de Caravaggio. D’aucuns considèrent que la peinture irlandaise n’a pas grand intérêt si ce n’est qu’elle illustre la vie sociale à différentes époques. Il n’y a pas de peintre classique de génie en Irlande, le talent est passé chez les écrivains. On peut exclure Francis Bacon de cela mais il y a toujours un doute quant à sa nationalité ; n’est-il pas plus anglais qu’irlandais... Je suis donc retournée à ce musée sans grande conviction, pour occuper une journée et me protéger un temps du vent glacial qui secouait la ville.

C’est à ce moment que j’ai découvert que ce musée cachait un autre musée, tout petit, quatre salles, abritant les toiles de Jack B. Yeats, le frère du brillantissime écrivain William B. Yeats, une des plus grandes figures de la littérature irlandaise. Quelle surprise ! L’Irlande a donc eu son peintre de génie, mais elle l’a caché... Comment expliquer que cet artiste soit resté si peu connu ? Probablement car il a évolué dans l’ombre de son frère.

Yeats - Under The Rose

Jack B. Yeats (29 août 1871 - 28 mars 1957) a commencé sa carrière en tant qu’illustrateur. Il a également écrit quelques pièces de théâtre. Ses premières peintures sont des illustrations de la vie quotidienne en Irlande, particulièrement dans la nature, puis son style a évolué vers quelque chose de troublant, de vigoureux, voire de mystique. Son utilisation de la couleur est saisissante, explosive et marque les esprits qui ont la chance de pouvoir admirer ses peintures en vrai. Il semble que l’on regarde le monde à travers un autre filtre, le filtre d’une réalité méconnue.

JPEG - 26.4 ko
Yeats - A morning in a city

Je terminerai en citant un poème de William B. Yeats, qui me paraît illustrer certaines sensations qui peuvent surgir à la contemplation des oeuvres de son frère :

Yeats - About to write a letter

AVANT QUE LE MONDE NE FUT

Si j’assombris mes cils
Et illumine mes yeux
Et fais mes lèvres plus écarlates,
Ou demande si tout cela est juste
De miroir en miroir,
Sans montrer de vanité :
Je cherche le visage que j’avais
Avant que le monde ne fût.

Et si je regarde un homme
Comme on regarde son aimé,
Comme si mon sang un instant se glace
Dans mon coeur immobile ?
Pourquoi penserait-il que je suis cruel
Ou qu’il soit trahi ?
J’aurais aimé le voir aimer ce qui était
Avant que le monde ne fût.

BEFORE THE WORLD WAS MADE

If I make the lashes dark
And the eyes more bright
And the lips more scarlet,
Or ask if all be right
From mirror after mirror,
No vanity’s displayed :
I’m looking for the face I had
Before the world was made.
What if I look upon a man
As though on my beloved,
And my blood be cold the while
And my heart unmoved ?
Why should he think me cruel
Or that he is betrayed ?
I’d have him love the thing that was
Before the world was made.


Premier tableau : Yeats - Under The Rose
Deuxième tableau : Yeats - A morning in a city
Troisième tableau : Yeats - About to write a letter
Quatrième tableau : Yeats- The Knight who sings


© Tous les textes et documents disponibles sur ce site, sont, sauf mention contraire, protégés par une licence Creative Common (diffusion et reproduction libres avec l'obligation de citer l'auteur original et l'interdiction de toute modification et de toute utilisation commerciale sans autorisation préalable).

carre_trans Avec les mêmes mots-clefs
puce Egypte ancienne et constructions identitaires : Sheshonq, les Berbères et l’Algérie
puce Awen Nature, la distillerie d’absinthe
puce La culture pour tous dans le spectacle vivant
puce La lecture au-delà du handicap : une solution apportée par le livre audio
puce Excuse my French !, à la rencontre de Mark Darcy et Mister Big.
puce Secret Défense : la vie cachée des soldats inconnus
puce Le festival bouquinistes, bien moins qu’un festival
puce Attention aux intentions (de vote)
puce Mélanie, éducatrice spécialisée dans un foyer pour autistes
puce Persona, étrangement humain
puce Nos voeux 2016
puce Hip hop : des rues du Bronx aux rues arabes
puce Eclairement et la liberté
puce Une autre vision du procès de Galilée
puce Peinture du chaos : trois questions à Maurice Cohen
puce Maurice Cohen et le chaos : la peinture comme énergie
puce Prussian Blue, une revue du monde de l’art
puce Fernand Khnopff et la mélancolie d’une ville : Frontispice pour Bruges-la-Morte
puce Imago et Translatio, Illustration et Traduction en Europe
puce La vie à Dublin : Visite à la National Gallery
puce Fernand Khnopff et la mélancolie d’une ville : Avec Grégoire Le Roy, Mon cœur pleure d’autrefois
Equipe Eclairement L'association
La lettre S'abonner
Facebook Twitter
Poésie   Recherche d’information bibliographique   Métier   Europe   Photographie   Manga   Tutoriels pour débutant   Théâtre   Windows   Culture générale   Histoire   Fable   Littérature   Séries TV   HTML   Peinture   Musique   Vie privée   Microsoft Office   Cinéma   Windows 7   Edito   Installation   Tutoriels   Roman   Windows Vista   Société   arts visuels   Spectacle   Bases de données   Education   Firefox   Android   Linux   sport   Droit   Urbanisme   Pages Ouvertes   Anime   Windows Mobile   Techniques   BD   Cours  
Eclairement © 1998 - 2012
Mentions légales - Contact - Partenaires