Accueil > Art et culture > La présence du sonnet chez Verlaine : les (...)

La présence du sonnet chez Verlaine : les Poèmes Saturniens 

mardi 4 décembre 2001, par Claire Mélanie impression

Mots-clefs :: La Revue du 24 :: Poésie ::


Le premier volume de Verlaine constitue, malgré la jeunesse du poète, un véritable recueil et non pas un simple rassemblement de poèmes hétéroclites, comme on a pu parfois l’affirmer. Il existe bien une organisation au sein de laquelle prennent tout particulièrement place les sonnets. Nous verrons donc sous l’angle des sonnets qu’il ne s’agit pas simplement de collages disparates, manifestant les symptômes du « manque involontaire de personnalité poétique d’un auteur à la recherche d’une identité » et qui serait loin en 1866 de l’avoir trouvée. Tout d’abord, Monsieur Murphy [1] rappelle qu’on oublie souvent que nombreux étaient les recueils du 19ème siècle à être dépourvus de structures internes explicites. Les structures vont être alors plus subtiles et jouer sur un « principe d’alternance » des thèmes, des tonalités, mais aussi des formes.

Les liens externes : le principe d’alternance 

En premier lieu, nous comptabilisons 11 sonnets sur 39 poèmes, ce qui représente presque un tiers des poèmes du recueil. Les autres formes strophiques utilisées sont le quatrain, le quintil, le sizain et le « bloc ».
Nous voyons en effet à travers le schéma de la page suivante que les sections avec sonnets sont encadrées par une suite de poèmes ou de sections sans sonnets. Le principe d’alternance est d’ailleurs maintenu dans la structure plus petite de la section. « Caprices » s’ouvre sur un sonnet, intercale une autre forme à deux reprises, avant de revenir à la forme du sonnet.

Par ailleurs, beaucoup de commentateurs ont observé des éléments de progression thématique à l’intérieur de certaines sections, entretenant ainsi entre elles des parallélismes. Robichez note dans « Melancholia » un mouvement qui se retrouve en surface dans « Eaux-fortes » : « celui d’une paix compromise, d’un assombrissement, d’un équilibre rompu ». La distinction formelle serait donc nuancée par des similitudes thématiques ou de tonalités.

JPEG - 71.9 ko

Les liens internes

D’autre part, un problème fondamental touchant l’ordre et la construction du recueil est lié à la section « Melancholia », telle qu’on la connaît aujourd’hui. Elle est en effet caractérisée par le fait de ne contenir que des sonnets. Verlaine a pu dans un premier temps concevoir tout autrement la série, même si le titre "Poèmes et Sonnets" semble au contraire montrer que dès la fin de l’année 1865, cette distinction est susceptible de déboucher sur une organisation partielle ou intégrale du recueil selon une distinction sonnet / non-sonnet.

Toujours est-il que ce regroupement de sonnets sous un titre de section suggérant une tonalité, double le lien entre ces poèmes. Il est thématique et formel. Cela renverrait alors à la fois à une esthétique baroque – un sonnet est d’ailleurs dédicacé à Gongora - , adoptant la forme de cette pensée mélancolique, mais aussi à Baudelaire.
Les sonnets de la section « Caprices » ont eux un lien thématique, et entre eux, et à l’intérieur de cette section. Une grande dame et Monsieur Prudhomme semblent renvoyer au genre de l’épigramme et bien évidemment aux peintures satiriques de Goya.

Mais précisons que cette approche de l’organisation du recueil reste pour le moins superficielle et qu’elle serait appelée à évoluer grâce à l’étude des structures du sonnet et de la rime.

Introduction
1 Les sonnets dans les Poèmes Saturniens
2 Les sonnets dans Jadis et Naguère
3 Les sonnets dans Parallèlement
Synthèse

Notes

[1Steve Murphy, « Eléments pour l’étude des Poèmes saturniens », Revue Verlaine n°3-4


© Tous les textes et documents disponibles sur ce site, sont, sauf mention contraire, protégés par une licence Creative Common (diffusion et reproduction libres avec l'obligation de citer l'auteur original et l'interdiction de toute modification et de toute utilisation commerciale sans autorisation préalable).

carre_trans Avec les mêmes mots-clefs
puce Nouveau salon littéraire, 12 mai, Paris : L’écrit en relief, revisiter l’écrit grâce au pop-up
puce Et savoir attendre
puce Salon littéraire du 21 mai 2016 - Compte-rendu, première partie
puce Interview de Minh-Triêt Pham - Le haïku
puce Lecture poétique à la Comédie Française
puce L’art s’empare de l’absinthe, ou l’inverse peut-être ...
puce Lecture et performance des Haïkus du livre Au Fil des pas
puce Salon littéraire du 21 mai 2016 - Compte-rendu, troisième partie
puce Peinture du chaos : trois questions à Maurice Cohen
puce Maurice Cohen et le chaos : la peinture comme énergie
puce Curiosité littéraire : L’Histoire de la littérature française de René Doumic
puce Le Rouge et le Noir : un enchantement pour les oreilles
puce La nuit européenne des Musées 2014 : une aventure d’un jour
puce Trois questions à Alain Blondel, peintre des mots et poète des couleurs
carre_trans
Equipe Eclairement L'association
La lettre S'abonner
Facebook Twitter
Pages Ouvertes   sport   Culture générale   Poésie   Installation   Techniques   Théâtre   Métier   Android   Peinture   arts visuels   Roman   Firefox   Windows   Manga   Tutoriels pour débutant   Urbanisme   Fable   HTML   Windows Vista   Linux   Littérature   Microsoft Office   Anime   Droit   Photographie   Recherche d’information bibliographique   Windows 7   Edito   Cinéma   Tutoriels   Spectacle   Vie privée   Bases de données   BD   Société   Windows Mobile   Europe   Cours   Histoire   Séries TV   Education   Musique  
Eclairement © 1998 - 2012
Mentions légales - Contact - Partenaires