Accueil > Art et culture > La notion d’isotopie sémantique - la notion de (...)

La notion d’isotopie sémantique - la notion de champ lexical

mercredi 16 janvier 2008, par Claire Mélanie impression

Mots-clefs ::

Ces deux notions étant beaucoup utilisées dans le cadre d’une explication de texte, il paraît opportun d’y apporter quelques éclaircissements.
Attention cependant, les explications ci-dessous ne sont pas exhaustives mais sont un choix pratique - les notions littéraires ayant souvent tendance à être par trop débattues, perdant alors leur efficacité.


La notion d’isotopie (isotopie sémantique pour être exacte)
n’est pas sans rapport avec la notion de champ lexical, elle
permet cependant une appréhension plus large d’un thème ou d’un
motif qui se développerait dans un texte.

Le champ lexical est en effet un ensemble de mots qui, par leur
sens premier ou leur sens explicite renvoie au même thème.
Par exemple les termes "arbre", "herbe", "verdure", "forêt"
renvoient au thème de la nature et ce de manière claire,
explicite.

Une isotopie est elle un ensemble de mots qui renvoie aussi au
mème thème (iso = même étymologiquement) mais par un jeu de
références, de sens implicites ou seconds, figurés, sens qui ne
se comprennent que dans le contexte (le texte en entier).
Par exemple on pourrait se demander hors contexte à quel thème
renvoient les termes suivants :
"blessure", "rouge", "flèche", "douleur", "coeur".

Notre
imaginaire commun et occidental pourrait tout autant les
associer au thème de la guerre et de la violence qu’au thème de
la passion amoureuse. C’est l’ensemble du texte qui permet de
lever cette ambiguïté.
Si vous êtes entrain de lire Phèdre de
Racine, tragédie dans laquelle Phèdre porte un amour incesteux pour Hippolyte, il s’agira de l’isotopie de la passion amoureuse traditionnellement représentée comme ce que l’on subit et qui nous fait souffrir.

Pourquoi alors parler d’isotopie ? justement parce qu il y a cette ambiguïté et que c’est par référence et sens figuré que les relations se tissent entre les mots.
Ce qui est désigné par le rouge, ce n’est pas la couleur, mais l’amour, symboliquement. La blessure de la même manière n’est pas alors une blessure physique mais est symboliquement représentée comme telle.

Poursuivez votre lecture :

- Que veut dire "(re)lire ses classiques" ?

- Qui a peur de l’imparfait du subjonctif ?

- Ronsard, Contre les bûcherons de la forêt de Gastine - Commentaire

- Verlaine, Le bruit des cabarets, la fange du trottoir - Commentaire


© Tous les textes et documents disponibles sur ce site, sont, sauf mention contraire, protégés par une licence Creative Common (diffusion et reproduction libres avec l'obligation de citer l'auteur original et l'interdiction de toute modification et de toute utilisation commerciale sans autorisation préalable).

carre_trans Avec les mêmes mots-clefs
puce Contribuez à l’écriture de l’histoire du bateau l’Aventure
puce Attention aux intentions (de vote)
puce De la citoyenneté à la sécurité, un engagement réciproque
puce Egypte ancienne et constructions identitaires : Sheshonq, les Berbères et l’Algérie
puce Mélanie, éducatrice spécialisée dans un foyer pour autistes
puce Awen Nature, la distillerie d’absinthe
puce Persona, étrangement humain
carre_trans
Equipe Eclairement L'association
La lettre S'abonner
Facebook Twitter
Roman   Droit   Littérature   HTML   Windows Vista   Windows Mobile   Techniques   BD   Europe   sport   Poésie   Société   Windows   Photographie   Séries TV   Vie privée   Spectacle   Android   arts visuels   Peinture   Urbanisme   Bases de données   Installation   Edito   Pages Ouvertes   Histoire   Anime   Education   Firefox   Métier   Manga   Windows 7   Linux   Culture générale   Tutoriels pour débutant   Microsoft Office   Cours   Tutoriels   Recherche d’information bibliographique   Cinéma   Théâtre   Fable   Musique  
Eclairement © 1998 - 2012
Mentions légales - Contact - Partenaires