Accueil > Art et culture > L’homme sans âge : Youth without Youth

L’homme sans âge : Youth without Youth

dimanche 18 novembre 2007, par Claire Mélanie impression

Mots-clefs :: Cinéma ::


Ce film résonne comme un parcours, raisonne aussi. Echos de voix, échos des attentes, espoirs, angoisses de quelques hommes et femmes, de l’humanité.
Un linguiste de talent, Dominic Matei, mais à la fin de sa vie, est frappé par la foudre en sortant d’un restaurant. Bras lumineux de dieu ? Toujours est-il que le professeur rajeunit et voit s’ouvrir à lui des capacités intellectuelles encore inexplorées.

Le film avance alors comme un rêve parfois presque suranné, parfois parfaitement cauchemardesque pour proposer une réflexion sur le savoir, sur la vie, sur la fatalité, l’inconscient dans une modulation atemporelle des registres. Le professeur a toujours eu le désir profond, au point de perdre son premier amour, de remonter jusqu’à l’origine des langues, à la proto-histoire, et certainement à l’origine de l’homme lui-même.

Cette remontée vers la genèse possède son caractère mystique et renvoie aux grandes quêtes destructrices de l’homme : celle du Saint-Graal, celle de la vie éternelle. Son amour réincarnée, retrouvée des dizaines d’années plus tard en une autre jeune fille lui ouvre les portes de cette connaissance absolue. Frappée elle aussi par la foudre, elle pénètre dans des phases de régression dans lesquelles elle accueille ou subit des âmes de plus en plus anciennes. Mais comme dans toute quête, il faut choisir.

Film à la facture pour une part intensément classique, aux scènes parfois presque désuettes mais qui se justifient par des jeux d’opposition, l’homme sans âge propose également des originalités cinématographiques, encore une fois pleinement motivées : une vision du monde à l’envers. Il est question de remontée, certes, mais c’est que dans la complexité stimulante des motifs, il y a un double, qui vit en symétrie, si ce n’est à l’envers.
Le double du miroir, le double qui pourtant semble avoir sa propre matérialité ( Laura l’aperçoit une fois, mais peut-être est-ce son amour qui lui permet une vision matérialisée de l’intériorité de Dominic). En alternant les visions dans les miroirs, les scènes de monologue halluciné de Dominic, la voix off, Coppola explore le vrai fantastique. Celui du doute.

Il faut également évoquer Faust, le diable et la damnation dans cette éternité ambigue. La fin, dans un jeu de clair-obscur continue, en cercle, la méditation sur l’existence de l’homme et la vérité, notions que tout le film interroge. L’audition de ces langues premières (araméen, égyptien, sumérien) participe à la sensualité du film et à son mystère, sorte d’ésotérisme faisant déjà signe vers la compréhension.

Enfin un film qui invite à une nouvelle séance.


- Titre original : Youth without Youth
- Réalisateur : Francis Ford Coppola sur adaptation d’une nouvelle de Mircea Eliade
- année de production : 2005
- Durée : 2h05
- Dominic : Tim Roth
- Veronica/Laura : Alexandra Maria Lara
- Professeur Stanciulescu : Bruno Ganz


© Tous les textes et documents disponibles sur ce site, sont, sauf mention contraire, protégés par une licence Creative Common (diffusion et reproduction libres avec l'obligation de citer l'auteur original et l'interdiction de toute modification et de toute utilisation commerciale sans autorisation préalable).

carre_trans Avec les mêmes mots-clefs
puce L’art s’empare de l’absinthe, ou l’inverse peut-être ...
puce La promenade féerique de Pierre
puce La promenade féerique de Floriane
puce Zero Motivation : une satire de la place de la femme dans l’armée Israëlienne
puce Lien de Mê Linh : rencontre avec Jean Marc Turine au Centre Wallonie Bruxelles
puce Le Cinéma turc : un paradoxe moderne
puce Le nouveau Tayfun Pirselimoğlu : Je ne suis pas lui
puce Le passager de Paris - Galerie Vivienne
puce Le passager de Paris - Passage Verdeau
puce Le passager de Paris - Passage Jouffroy
puce Le passager de Paris - Passage des Panoramas
puce Salon littéraire du 21 mai 2016 - Compte-rendu, troisième partie
puce Salon littéraire du 21 mai 2016 - Compte-rendu, première partie
puce Interview de Minh-Triêt Pham - Le haïku
carre_trans
Cinéma, animations
Voici présenté tout ce qui peut passer sur écran, petit ou grand. La séparation des deux, tant sur le plan artistique - scénario, mise en scène, jeu des acteurs - que sur le plan sociétal, s’amoindrit. A raison très certainement. Dans les deux cas, l’abondance des productions offre un choix très varié, de bonnes surprises mais aussi beaucoup de déceptions. Eclairement vous propose alors ses critiques, pour y voir un peu plus clair dans ce paysage cinématographique au sens large.
Equipe Eclairement L'association
La lettre S'abonner
Facebook Twitter
Métier   Manga   Firefox   Séries TV   Europe   Tutoriels pour débutant   Culture générale   Tutoriels   BD   Android   Cinéma   Photographie   Droit   Spectacle   HTML   Windows Vista   Education   Pages Ouvertes   Peinture   Windows Mobile   Installation   Roman   sport   Cours   Fable   Société   arts visuels   Linux   Poésie   Histoire   Anime   Windows   Vie privée   Edito   Littérature   Bases de données   Recherche d’information bibliographique   Windows 7   Théâtre   Urbanisme   Microsoft Office   Techniques   Musique  
Eclairement © 1998 - 2012
Mentions légales - Contact - Partenaires