Accueil > Art et culture > Michael Jones en concert, première partie "The (...)

Michael Jones en concert, première partie "The Honeymen"

lundi 24 août 2009, par Eclairement impression

Mots-clefs :: Musique ::


JPEG - 22.4 ko

Depuis maintenant un certain nombre d’années, la ville de Bénodet, la mairie en lien avec des associations bénodétoises, organise l’été en fête, une série de concerts gratuits tous les vendredi soir de la période des grandes vacances.

Respectant le traditionnel rythme des concerts, l’été en fête propose une première partie, permettant le plus souvent à des artistes de la région de se produire sur scène devant un public le plus souvent amical.

Regardant l’organisation, les concerts sont de qualité et gratuit ne rime pas avec amateurisme. Quant à l’aspect musical, c’est à chacun d’apprécier selon ses goûts, car il y a, au cours de l’été, de tout : chansons festives, musique bretonne, rock, blues, ...

JPEG - 23.3 ko

Pour le 21 août, scène était ouverte, en première partie aux "Honeymen", renommés "pour l’occasion", dixit Jimmy Jazz, "les Frères Jazz et Vincent Bucher" - Jimmy Jazz dont nous vous proposerons, sous peu une interview - , avant de laisser place à Michael Jones (tournée "Celtic Blues") accompagné notamment de Christophe Bosh ("Tof" sur le t-shirt de la tournée) et de Christian Séguret, déjà là dans la formation El Club de 2006.

JPEG - 25 ko

A 20h30, le public était encore un peu clairsemé, la butte déjà bien occupée mais le devant de la scène offrait encore quelques places. Les Honey Men se font attendre jusqu’à 20h45, le temps que le public se regroupe.

MP3 - 371.9 ko

Commence alors une première partie orientée blues roots : paroles en anglais, deux harmonicas, une guitare, une batterie réduite au stricte minimum. Du blues dépouillé et brut laissant la parole à chacun des artistes, tant avec leur instrument qu’avec leur voix. A noter d’ailleurs des harmonicas au tempérament différent, proposant chacun (Elmore jazz - Vincent Bucher) une interprétation toute personnelle de la partition et de l’improvisation.

Une première partie qui, d’après les témoignages recueillis a su séduire le public, Bretons, touristes français comme étrangers.

MP3 - 387 ko

22h30 : la scène est changée, les réglages finaux ont pris un peu de temps à se faire, trois bouteilles d’eau au pied du micro de Michael Jones, à côté de moi dans le public, un spectateur fera même en blaguant la remarque que M. Jones est un grand buveur (d’eau sous/bien-entendu).

JPEG - 19.7 ko

Encore une fois, l’entrée des artistes se fait attendre, nombre de spectateurs sont venus spécialement pour Michael Jones et sont impatients de le voir apparaître. Enfin, le voilà, se fait entendre une certaine acclamation.
Un concert plutôt éclectique débute alors, Michael Jones parcourant un répertoire varié, chansons en anglais, chansons en français, chansons plus ou moins rock ou plus ou moins celtiques, plus ou moins blues.

JPEG - 22.1 ko

A noter que les chansons en anglais adoptaient étrangement un tempo différent, tirant du côté rock-pop quand les chansons en français semblaient adopter un côté rock-ballade musicalement plus développé.

JPEG - 11.3 ko

Au final, un concert riche en instrument avec un Christian Séguret alternant avec aisance violon, mandoline, guitare et Michael Jones alternant les guitares. Dans le public, la voix de Christophe Bosh, venant souvent doubler celle de M. Jones dans les refrains, s’est faite appréciée lors d’une chanson où lui était réservé un couplet.

PNG - 117.3 ko

Un concert dont la fin ressemblait bien au bouquet final des feux d’artifices, avec un "boeuf" qui a fini de ravir le public, Michael Jones faisant revenir sur scène les Frères Jazz et Vincent Bucher pour un dernier morceau des plus rythmés.

Un concert également marqué par la bonne humeur et la convivialité de M. Jones, offrant entre chaque morceau un petit discours de circonstance, tant au regard du lieu du concert qu’au regard de la chanson à venir. Un certain sens indéniable de la plaisanterie (voire de l’auto-plaisanterie, avec ces quelques notes de "Il suffira d’un signe" aussitôt cessées, accompagnées d’un "ça suffit" ou "ce sera tout").
Et ce sans oublier la disponibilité de la formation à la fin du concert : chose promise sur scène, la signature d’autographes, chose faite peu de temps après hors-scène, le temps d’enfiler des tenues plus décontractées.

PNG - 134.1 ko

A attendre ces signatures, aussi bien celle de Michael Jones que de Christian Séguret et de Christophe Bosh, un nombre non négligeable de fans, ravis du concert et de pouvoir partager quelques moments de plus avec ces artistes, pour certains partager à nouveau quelques moments avec un Michael Jones dont ils possèdent tous les disques ou bien déjà la photo, prise un soir, à la fin d’un autre concert.
Et ce soir de concert-là encore, Michael Jones s’est prêté bien volontiers à la séance photos.

C’est la pluie, jusque là elle s’était faite discrète, qui a marqué la fin d’une agréable soirée musicale.

A venir :

- quelques extraits sonores du concert
- les dédicaces de M. Jones, Christophe Bosh et Christian Séguret spécialement pour les lecteurs d’éclairement
- Quelques mots de Christian Séguret sur la formation et le concert
- L’interview de Jimmy Jazz


© Tous les textes et documents disponibles sur ce site, sont, sauf mention contraire, protégés par une licence Creative Common (diffusion et reproduction libres avec l'obligation de citer l'auteur original et l'interdiction de toute modification et de toute utilisation commerciale sans autorisation préalable).

  • Michael Jones en concert, première partie "The Honeymen"

    30 août 2009 12:20, par FakeLurker

    "Waaaa ! Un prof de la starac à benodet" (mec qui n’a aucune culture).
    Les rives de l’odet ont bien changé depuis mon époque ! C’est super "in" maintenant ! ^^
    Merci pour cette future série d’article. Du contenu exclusif c’est la grande classe...

    repondre message

carre_trans Avec les mêmes mots-clefs
puce L’hommage à Elvis Presley au Grand Rex
puce Hip hop : des rues du Bronx aux rues arabes
puce L’amour sera convulsif ou ne sera pas
puce L’histoire d’un vieux Tzigane
puce Life Is A Cabaret !, les musicals comme vous ne les avez jamais envisagés.
puce Fête de la musique
puce Festival Jazz Musette des Puces
Equipe Eclairement L'association
La lettre S'abonner
Facebook Twitter
Cinéma   Techniques   Bases de données   Microsoft Office   Tutoriels pour débutant   Fable   Tutoriels   Séries TV   Poésie   Installation   Edito   Europe   Théâtre   BD   Anime   Firefox   Cours   Windows   Métier   Culture générale   Roman   Education   Musique   Recherche d’information bibliographique   sport   Linux   Droit   Pages Ouvertes   Manga   Android   Vie privée   Windows 7   Windows Mobile   Littérature   Histoire   Urbanisme   Spectacle   Windows Vista   Peinture   Société   HTML   arts visuels   Photographie  
Eclairement © 1998 - 2012
Mentions légales - Contact - Partenaires