Accueil > Art et culture > Je ne suis pas là pour être aimé

Je ne suis pas là pour être aimé

samedi 25 février 2006, par Lucien impression

Mots-clefs ::


Le film sonne juste passant au ras d’existences simples, coupe dans le milieu de l’exécution forcée.

Le développement de sentiments sur fond de tango apparaît comme échappatoire à des vies monotones pesantes de contradictions et donne lieu à de longues scènes dansées.

Le film par certains aspects tire un portrait dur sans juger de cette société du non-dit en mal de communiquer ; le métier d’huissier est quant à lui rendu sous les traits d’un cabinet familial ou le fils fraîchement stagiaire apprend sur le terrain qu’il n’est effectivement "pas là pour être aimé".


© Tous les textes et documents disponibles sur ce site, sont, sauf mention contraire, protégés par une licence Creative Common (diffusion et reproduction libres avec l'obligation de citer l'auteur original et l'interdiction de toute modification et de toute utilisation commerciale sans autorisation préalable).

  • Je ne suis pas là pour être aimé

    28 novembre 2009 19:12, par Estelle Ziberlin

    Ce film de Stéphane Brizé, je ne l’avais pas vu en salle, et j’ai eu la chance de le découvrir récemment à la télévision : un vrai bijou de délicatesse, fait de non-dits et de silences sur fond de tango, danse sensuelle par excellence, celle qui rapproche les corps et fait vibrer les coeurs, surtout quand ceux-ci ont nom Patrick Chesnaie et Anne Consigny, merveilleux couple qui s"effleure et se frôle au son de la musique...
    Je viens de voir, du même Stéphane Brizé, Mademoiselle Chambon : une histoire d’amour impossible sur fond de violon mélancolique, où l’on retrouve la patte du cinéaste qui joue dans le même registre.
    Des films doux et lents empreints d’une jolie nostalgie à l’image de nos rêves...

    repondre message

carre_trans Avec les mêmes mots-clefs
puce Dissertation théâtre
puce Dissertation argumentation, éléments de corrigé
puce Questions registre épique
puce Plan type au brouillon
puce Radiguet, "Le diable au corps", La Rencontre, analyse
puce Radiguet, "Le diable au corps", L’autoportrait, analyse
puce Radiguet, "Le diable au corps", « l’île d’amour », analyse II
carre_trans
Cinéma, animations
Voici présenté tout ce qui peut passer sur écran, petit ou grand. La séparation des deux, tant sur le plan artistique - scénario, mise en scène, jeu des acteurs - que sur le plan sociétal, s’amoindrit. A raison très certainement. Dans les deux cas, l’abondance des productions offre un choix très varié, de bonnes surprises mais aussi beaucoup de déceptions. Eclairement vous propose alors ses critiques, pour y voir un peu plus clair dans ce paysage cinématographique au sens large.
Equipe Eclairement L'association
La lettre S'abonner
Facebook Twitter
Peinture   Fable   Windows 7   Métier   Spectacle   Photographie   Windows Mobile   Société   Windows Vista   Poésie   Tutoriels   arts visuels   Droit   Firefox   Techniques   Tutoriels pour débutant   Installation   Windows   Microsoft Office   Musique   Roman   Recherche d’information bibliographique   HTML   BD   Bases de données   Vie privée   Théâtre   Littérature   Culture générale   Cours   Anime   Manga   Europe   Histoire   Séries TV   Urbanisme   Pages Ouvertes   #ALaMaison   Cinéma   Education   Linux   sport   Android   Edito  
Eclairement © 1998 - 2019
Mentions légales - Contact - Partenaires