Accueil > Art et culture > Harry et la coupe de feu ou "Harry et le (...)

Harry et la coupe de feu ou "Harry et le manque d’ampleur" ?

samedi 25 février 2006, par Claire Mélanie impression

Mots-clefs :: Cinéma ::


Le plus grand défaut d"Harry Potter et la coupe de feu", c’est sans doute son manque d’histoire, j’entends par là des actions de la part des personnages qui seraient dictées par une quête, une recherche comportant un véritable enjeu, et non pas des actions menées de façon fortuite, comme par hasard.

En effet, cette quatrième partie s’organise autour de ce championnat international, celui de la coupe de feu, dans lequel trois, ici exceptionnellement quatre apprentis, s’affrontent, mais pourquoi ? Pour obtenir la plus grande gloire... Ca manque un peu d’ampleur et l’on se demande pendant tout le film : "mais à quoi sert ce championnat ?" Il aurait peut-être fallu développer le but initiatique. Et la lutte contre le mal n’est alors qu’un fil ténu, alors que c’est ce fil qui nous conduit au plus intéressant. Mais l’on retombe ici dans la question de l’adaptation : qu’y a-t-il à l’origine dans le roman ? Non, je n’ai pas lu à cette date les livres de Rawlings, mais sans doute parce que les divers extraits que j’ai approchés m’ont donné l’impression d’une pauvreté du style (à préciser par une lecture ultérieure).
Toujours est-il que l’on peut dire que l’aspect très mièvre du film tournant à "la boum" dans le monde magique doit très certainement refléter le roman, commercialement d’abord destiné aux adolescents ou jeunes ados.

Reste néanmoins le spectacle visuel, la création d’atmosphère. L’on est bien en plein monde magique pendant près de 2h40. Les personnages sont développés de manière acceptable si ce n’est qu’il est donné des filles une très mauvaise image (je ne suis pourtant pas féministe !) : elles courent après leur coqueluche (le sorcier russe Krom), elles hurlent, font des danses ridicules (voir l’école du bâton...), elles échouent à quasiment toutes les épreuves, Hermion réagit mal, se met tout de suite à couiner... C’est quand même assez gênant surtout que les personnages d’Harry et de Ron sont plus paufinés.

Il est d’ailleurs intéressant de voir comment le film construit un héros un peu à l’image de Frodon dans "The Lord of the Rings". Fondamentalement différent, même adulé, Harry ne s’intègre pas. D’un bout à l’autre du film, il reste à l’écart, même au milieu du groupe. De nombreuses scènes jouent visuellement sur cet écart, notamment par l’image d’Harry qui regarde, à travers le cadre formé par les piliers de la promenade, le groupe.
Quelques scènes également sont amusantes.

Mais l’ensemble est assez décevant par manque de force, même s’il reste distrayant.


© Tous les textes et documents disponibles sur ce site, sont, sauf mention contraire, protégés par une licence Creative Common (diffusion et reproduction libres avec l'obligation de citer l'auteur original et l'interdiction de toute modification et de toute utilisation commerciale sans autorisation préalable).

carre_trans Avec les mêmes mots-clefs
puce L’art s’empare de l’absinthe, ou l’inverse peut-être ...
puce La promenade féerique de Pierre
puce La promenade féerique de Floriane
puce Zero Motivation : une satire de la place de la femme dans l’armée Israëlienne
puce Lien de Mê Linh : rencontre avec Jean Marc Turine au Centre Wallonie Bruxelles
puce Le Cinéma turc : un paradoxe moderne
puce Le nouveau Tayfun Pirselimoğlu : Je ne suis pas lui
puce Le passager de Paris - Galerie Vivienne
puce Le passager de Paris - Passage Verdeau
puce Le passager de Paris - Passage Jouffroy
puce Le passager de Paris - Passage des Panoramas
puce Salon littéraire du 21 mai 2016 - Compte-rendu, troisième partie
puce Salon littéraire du 21 mai 2016 - Compte-rendu, première partie
puce Interview de Minh-Triêt Pham - Le haïku
carre_trans
Cinéma, animations
Voici présenté tout ce qui peut passer sur écran, petit ou grand. La séparation des deux, tant sur le plan artistique - scénario, mise en scène, jeu des acteurs - que sur le plan sociétal, s’amoindrit. A raison très certainement. Dans les deux cas, l’abondance des productions offre un choix très varié, de bonnes surprises mais aussi beaucoup de déceptions. Eclairement vous propose alors ses critiques, pour y voir un peu plus clair dans ce paysage cinématographique au sens large.
Equipe Eclairement L'association
La lettre S'abonner
Facebook Twitter
BD   Recherche d’information bibliographique   Séries TV   Théâtre   Tutoriels   Littérature   Photographie   Histoire   Cours   Roman   Métier   Poésie   Peinture   Education   Microsoft Office   Europe   Tutoriels pour débutant   Installation   Windows Mobile   sport   Windows Vista   Société   Techniques   Spectacle   Windows 7   Windows   Edito   Droit   Pages Ouvertes   Vie privée   HTML   arts visuels   Fable   Bases de données   Musique   Android   Anime   Culture générale   Manga   Cinéma   Linux   Urbanisme   Firefox  
Eclairement © 1998 - 2012
Mentions légales - Contact - Partenaires