Accueil > Art et culture > French Cancan, the Spirit of Paris : un (...)

French Cancan, the Spirit of Paris : un plaisir partagé

mardi 16 avril 2013, par Claire Mélanie, Jérôme Turner, Lucien impression

Mots-clefs :: Spectacle ::

French Cancan, the Spirit of Paris, au Palace depuis le 19 mars, mise en scène de Jacques Duparc, chorégraphie de Marie Valton, costumes d’Eymeric François, décors de Christophe Vallaux, lumières de Frédéric Millot.
Avec, pour les chanteurs : Claudia Mauro, Prisca Demarez, Régis Mengus, Gilles San Juan, Agnès Pat’s.
Aves, pour les danseurs : Verbecq Yvana, assistante chorégraphe, Abad Garcia Cristina, Attal Delphine, Errin Roxane, Folcher Marie, Garic Héléna, Guimaraes Steve, Le Guevellou Lionel, Le Roc Sabine, Machuelle Fanny, Melim Mauro, Duray Rachel, Thierry Amsellem, Senelis Alick, Thelliez Stéphanie.

Difficile de trouver l’unanimité dans l’équipe Eclairement sur le spectacle French Cancan, the Spirit of Paris. Ce sera donc, cette fois, une critique - présentation à plusieurs voix que nous vous proposerons.


L’avis de Claire Mélanie

French Cancan, the Spirit of Paris se propose de moderniser cette danse du Cancan à travers différents tableaux censés composer une histoire. On est dans l’univers de la cocotte, de la prostituée et du gigolo, du monsieur à la main leste. Et l’on suit, rythmées par les interventions de la mère maquerelle, les tribulations des uns et des autres au cours de cette nuit fiévreuse où le désir s’exhale et s’assume, la bonne humeur virevolte mais où l’amour ne cède en rien.

Cependant, le spectacle manque pour une part sa visée. Tout d’abord, le lien narratif entre les tableaux est trop ténu, trop artificiel. On aurait souhaité un parcours plus construit, quelques profondeurs supplémentaires aux personnages. Par exemple, la mère maquerelle invite certains personnages à se rendre dans la chambre des lumières, et voilà que s’ouvre une chorégraphie qui s’appuie sur les effets de projections lumineuses - moment toutefois réussi.

Par ailleurs, à force de vouloir toucher à toutes les danses, on a parfois l’impression qu’aucune n’est vraiment maîtrisée. Le tango par exemple, normalement si sensuel, intense m’est apparu plat. Et puis - à moins que ce soir-là les danseurs aient été particulièrement fatigués - , les chorégraphies à plusieurs manquaient de synchronisation. Cela sans évoquer les compétences techniques inégales des danseurs et danseuses. Trop de rigidité chez certains et certaines, peut-être due à leurs parcours antérieurs.

Regrets également que les chorégraphies n’aient pas été plus développées, surtout les bonnes trouvailles, que je ne révèle pas pour ne pas gâcher le plaisir de futurs spectateurs. Il aurait fallu aller plus loin dans l’exubérance, l’échange des genres.

Mention particulière toutefois à Prisca Demarez qui incarnait pleinement son personnage : elle était cette dominatrice, tout en elle le disait ; ainsi qu’au danseur Lionel Le Guevellou, qui portait parfois à lui tout seul la fraîche exéburance de certains tableaux.

Il faut maintenant nuancer mon propos ! Le public était entièrement conquis, un public très touristique, plein d’étrangers. Pourquoi alors développer une histoire qu’ils ne comprendraient pas à cause de l’obstacle de la langue. Et la salle d’applaudir à chaque tableau, de scander le french cancan et d’avoir l’air ravi.

L’avis de Jérôme et Lucien

French Cancan a cet avantage d’être un spectacle tout public et accessible. Le rythme est enlevé et il faut profiter de ce spectacle comme d’une bonne pâtisserie : sans culpabilité, sans réfléchir et en assumant son plaisir.

Le spectacle propose alors, dans une liberté de ton et des corps, une revue du désir, voire des sentiments. Et les danseurs et danseuses de s’en donner à coeur joie tandis que des moments chantés permettent de reprendre son souffle.

Plus que le French cancan, c’est l’ensemble des clichés sur Paris que ce spectacle revisite avec bonne humeur. Et cette dimension fait partie du plaisir éprouvé par le spectateur parisien : amusons-nous un instant de ce Paris érotique, de ce Paris de l’amour et de la jambe levée.

En savoir plus :

French Cancan sur le site du Palace


© Tous les textes et documents disponibles sur ce site, sont, sauf mention contraire, protégés par une licence Creative Common (diffusion et reproduction libres avec l'obligation de citer l'auteur original et l'interdiction de toute modification et de toute utilisation commerciale sans autorisation préalable).

carre_trans Avec les mêmes mots-clefs
puce Le passager de Paris - Passage Verdeau
puce Le passager de Paris - Passage Jouffroy
puce Le passager de Paris - Passage des Panoramas
puce Salon littéraire du 21 mai 2016 - Compte-rendu, troisième partie
puce Salon littéraire du 21 mai 2016 - Compte-rendu, première partie
puce Interview de Minh-Triêt Pham - Le haïku
puce Lecture poétique à la Comédie Française
puce Lecture et performance des Haïkus du livre Au Fil des pas
puce L’hommage à Elvis Presley au Grand Rex
puce La culture pour tous dans le spectacle vivant
puce L’amour sera convulsif ou ne sera pas
puce Life Is A Cabaret !, les musicals comme vous ne les avez jamais envisagés.
puce Compétition "DANSE ELARGIE"
puce Competition "DANSE ELARGIE"
Equipe Eclairement L'association
La lettre S'abonner
Facebook Twitter
Bases de données   Tutoriels   Windows 7   Recherche d’information bibliographique   Métier   Windows   Education   Manga   Pages Ouvertes   Culture générale   Techniques   Microsoft Office   Cinéma   Android   Photographie   Droit   Roman   Urbanisme   Poésie   Peinture   Musique   HTML   Fable   Société   Spectacle   arts visuels   Littérature   Windows Vista   sport   Linux   Séries TV   Edito   Théâtre   Installation   Windows Mobile   BD   Vie privée   Europe   Histoire   Cours   Anime   Firefox   Tutoriels pour débutant  
Eclairement © 1998 - 2012
Mentions légales - Contact - Partenaires