Accueil > Art et culture > Entretien exclusif avec l’écrivain et cinéaste (...)

Entretien exclusif avec l’écrivain et cinéaste Atiq Rahimi - seconde partie

jeudi 30 mai 2013, par Claire Mélanie, Eclairement impression

Mots-clefs :: Cinéma :: La Revue du 24 :: Littérature :: Roman :: Société ::

Ozlem et Claire Mélanie ont rencontré pour Eclairement et ses lecteurs l’écrivain et cinéaste de nationalités afghane et française, Atiq Rahimi. Il a reçu en 2008 le prix Goncourt pour son livre Syngué sabour. Pierre de patience qu’il a cette année adapté au cinéma. Avec nos remerciements pour ce riche entretien, publié en deux partie.

Première partie ici


Eclairement – Quelle relation entretenez-vous avec le réalisme ? Est-ce que vous avez voulu faire quelque-chose plutôt théâtral volontairement, ou faut-il voir le film de manière réaliste ? Finalement, est-ce que vous vouliez défendre une cause, défendre des idées ou juste raconter une histoire ?

Atiq Rahimi - La seule chose que je peux défendre c’est la dignité humaine, la liberté humaine, la vérité humaine. Au -delà de cela, non, je n’ai aucune cause à défendre. Je suis ni féministe, ni sexiste.

Eclairement - Votre film a cependant souvent été commenté dans le sens du réalisme et de la cause à défendre.

Atiq Rahimi - Pourtant, je ne traite que de l’être humain, c’est tout, l’humain dans une condition donnée, dans sa condition sociale, dans sa condition sexuelle, dans sa condition biologique, existentielle. C’est tout. Ce que j’écris, ce que je fais, je filme, cela ne représente aucunement la femme afghane.

Eclairement – Est-ce pour cela que votre personnage féminin n’a pas de nom ?

Atiq Rahimi - Voilà, il y a peut-être une personne en Afghanistan qui ressemble à cette femme, et pour moi ca suffit. Ce qui est important, c’est l’être humain en tant que tel, un seul être. Je dis que si sur terre, imaginons que tout va bien, qu’il y a une égalité parfaite, imaginons. Mais si jamais il y a une seule personne qui souffre sur cette terre, cela veut dire pour moi que l’humanité souffre. Je parle de la femme afghane comme de toutes les femmes du monde. Cette femme a des désirs, des rêves. Je parle de ça, de ce rêve dans mes réflexions. Même dans son pêche, même dans son orgueil, être humain est un être humain.

Je précise, parce que nous sommes d’une culture dans laquelle l’individu n’a pas sa propre définition, sa propre place, n’a pas son propre identité. L’individu n’existe que par rapport à sa famille, l’individu n’existe que par rapport à sa religion ou encore à sa communauté. Un être humain en tant que tel n’existe pas. Je donne un exemple très simple. En Afghanistan, on insulte la mère, le père, la tribu et jamais l’individu lui-même : parce que l’individu n’a pas de valeur. Or les droits de l’homme dont tout le monde parle n’ont de sens qu’avec un individu. Il faut reconnaitre l’individu, le reconnaitre dans son corps, reconnaitre dans ses désirs, dans ses rêves, dans ses faiblesses. Et là on ne le fait pas. D’où cette interprétation de pas mal d’Afghans qui s’acharnent contre moi, disent : pourquoi Atiq présente-t-il les femmes afghanes comme des prostituées, et les hommes afghans comme impuissants ? Mais, d’où vient cette idée d’interpréter de cette manière ? Quand vous lisez Madame Bovary, dites-vous que toutes les femmes françaises sont comme Madame Bovary ?

En Afghanistan, vous subissez l’appréciation de ce collectif, vous ne pouvez parler que du collectif, même à travers un personnage, vous subissez.
Une interprétation sur cette femme. Chapeau pour cette personne. C’était un intellectuel musulman afghane, qui dit.. il défend beaucoup mon livre, pour dire Atiq montre bien qu’on a raison.. il faut enfermer la femme.
C’est un film sur la parole, c’est tout.

On a du mal, on n’a pas dans notre structure intellectuelle, cette idée d’individu. Or je ne parle pas au nom des femmes afghanes, pour les femmes afghanes, non. C’est pourquoi dans ces pays là, le roman n’a pas de réelle présence. Le roman, l’écriture romanesque est fondée sur la notion d’individu. Le roman est né en Occident avec la prise de conscience sur l’individualité. On n’a pas ca, donc c’est pourquoi on s’acharne à écrire des poèmes. Parce que dans le poème, oui, je est un autre, comme disait Rimbaud. « Je » est personne. Donc on se cache, on ne dit rien, alors que dans les romans, non. Dans les films, non. On y met un individu, un être humain dans une situation, une condition donnée : quand je lis Pamuk, quand je regarde les films de Nuri Bilge Ceylan, Il était une fois en Anatolie, son chef d’œuvre, Uzak, ou bien Les trois sages. Orhan Pamuk aussi réfléchit sur l’être, sur l’individu. Quand je lis la Neige, c’est fantastique.

Eclairement - Dans tout ce qui était dit sur votre film, même en France, dans les commentaires, on est passé sur les symboles, peut être parce que vous êtes afghan, on dit : forcément il défend une cause.. Alors que vos propos éclairent toute l’ambigüité de votre livre.

Atiq Rahimi - Notamment en Occident, on aime bien les symboles. Du coup, quand ca vient d’ailleurs, vous êtes nécessairement défenseur de quelques choses. Or je parle de la femme afghane comme de toutes les femmes du monde. Cette femme a des désirs, des rêves. Je parle de ca, de ce rêve dans mes réflexions. Même dans son pêche, même dans son orgueil, être humain est un être humain. C’est ca.

Eclairement - Quelle est votre relation à l’Afghanistan depuis votre exil en France ?

Atiq Rahimi - Tout ce que j’écris a un rapport avec l’Afghanistan. Ce n’est pas que je vis par nostalgie. J ’ai vécu 18 ans par nostalgie. J’avais un regard très nostalgique. Comme dans Terres et Cendres, et ensuite dans Retour imaginaire. Mais en 2002, quand je suis retourné en Afghanistan, ce regard a été changé. Ce n’était plus un regard nostalgique, au contraire, j’essaie de devenir de plus en plus critique par rapport à cette société. Parce que le fait d’être ici en exil m’a permis de prendre une distance par rapport à mon pays, ca c’est le plus important. Et puis, remettre les choses en question, je suis afghan, par hasard. Quand je suis retourné en Afghanistan en 2002, après 18 ans d’exil, je n’étais pas reconnu là bas. Parce que moi, j’avais vécu 18 ans ici, dans une autre culture, dans une autre civilisation, dans une autre manière de pensée. Et en Afghanistan, l’écart n’était pas de 18ans, c’était de 36. J’ai choisi un pays, une langue après. C’était important pour moi. Vous connaissez Nasreddin Hoca, une histoire magnifique. Un soir, Nasreddin Hoca est en train de chercher quelque chose. Quelqu’un passe, le voit et lui demande : que cherches-tu ? Je cherche la clé de ma maison. Au bout de quelques minutes, il ne trouve rien. On lui demande : es-tu sûr de l’avoir perdu ici ou ailleurs ? Il dit, je l’ai perdu chez moi. Le passant répond : pourquoi ne cherches-tu pas chez toi ? Chez moi, il n’y a pas de lumière. L’exilé, c’est un peu ca. C’est-à-dire, d’un côté, le pays sombre dans la terreur, dans l’obscurantisme, dans la guerre. Là, on perd sa clé d’identité, sa clé de liberté. Ailleurs, de l’autre côté, il y a de la liberté, de la lumière. Mais on sait qu’on ne va la trouver jamais, cette clé, jamais... Parce qu’on l’a perdu ailleurs, chez soi. Qu’est-ce qu’on fait ? Soit on tombe dans une dépression totale, ou on tourne la page, on crée cette clé dans son imaginaire : écrire, faire des films, c’était ca pour moi. C’est-à-dire, j’ai perdu. Et quand je suis retourné en Afghanistan, j’ai vu que cette maison était complètement détruite. J’avais peut-être trouvé la clé, mais le problème c’est que la serrure était tellement rouillée. Donc tout a été perdu.

Eclairement - S’il n’y avait pas eu l’exil, n’auriez-vous pas écrit ?

Atiq Rahimi - Non, peut-être. J’écrirais, mais autrement.

Eclairement – Pour finir, vous demandez à vos lecteurs, lors des rencontres littéraires, les mots qui leur tiennent à coeur. Vous, quel mot vous tient le plus à cœur ?

Atiq Rahimi - Dans ma langue maternelle, c’est le mot can, parce qu’il signifie à la fois le corps et l’âme. Il n’y a pas de dichotomie. C’est comme une feuille, un côté c’est le corps, l’autre c’est l’âme. Si on déchire le corps, on déchire l’âme. Si on déchire l’âme, on déchire le corps, ça c’est très beau. En français, c’est le mot "ailleurs", un mot magnifique.

Crédits photo  : Siren-Com


© Tous les textes et documents disponibles sur ce site, sont, sauf mention contraire, protégés par une licence Creative Common (diffusion et reproduction libres avec l'obligation de citer l'auteur original et l'interdiction de toute modification et de toute utilisation commerciale sans autorisation préalable).

carre_trans Avec les mêmes mots-clefs
puce La promenade féerique de Floriane
puce La lecture au-delà du handicap : une solution apportée par le livre audio
puce Sixième salon littéraire de Jean-Olivier - 5 avril 2014
puce Une provinciale au Salon du livre
puce Entretien exclusif avec l’écrivain et cinéaste Atiq Rahimi - première partie
puce Salon littéraire du 18 juillet 2012 - Compte-rendu, seconde partie
puce Commentaire de texte - Voltaire, L’Ingénu, Chapitre 1
puce De la citoyenneté à la sécurité, un engagement réciproque
puce Egypte ancienne et constructions identitaires : Sheshonq, les Berbères et l’Algérie
puce Awen Nature, la distillerie d’absinthe
puce La culture pour tous dans le spectacle vivant
puce Excuse my French !, à la rencontre de Mark Darcy et Mister Big.
puce Secret Défense : la vie cachée des soldats inconnus
puce Le festival bouquinistes, bien moins qu’un festival
puce Soirée Casino Royal au cinéma les Fauvettes
puce L’art s’empare de l’absinthe, ou l’inverse peut-être ...
puce Zero Motivation : une satire de la place de la femme dans l’armée Israëlienne
puce Lien de Mê Linh : rencontre avec Jean Marc Turine au Centre Wallonie Bruxelles
puce Le Cinéma turc : un paradoxe moderne
puce Le nouveau Tayfun Pirselimoğlu : Je ne suis pas lui
puce Can Candan, figure turque de l’engagement artistique
puce Le passager de Paris - Galerie Vivienne
puce Le passager de Paris - Passage Verdeau
puce Le passager de Paris - Passage Jouffroy
puce Le passager de Paris - Passage des Panoramas
puce Salon littéraire du 21 mai 2016 - Compte-rendu, troisième partie
puce Salon littéraire du 21 mai 2016 - Compte-rendu, première partie
puce Interview de Minh-Triêt Pham - Le haïku
puce Peinture du chaos : trois questions à Maurice Cohen
puce Maurice Cohen et le chaos : la peinture comme énergie
puce Curiosité littéraire : L’Histoire de la littérature française de René Doumic
puce Le Rouge et le Noir : un enchantement pour les oreilles
puce La nuit européenne des Musées 2014 : une aventure d’un jour
puce Trois questions à Alain Blondel, peintre des mots et poète des couleurs
puce Alain Blondel peintre des mots, poète des couleurs
puce Lecture poétique à la Comédie Française
puce Lecture et performance des Haïkus du livre Au Fil des pas
puce Eclairement à l’heure du Printemps des Poètes
puce Pages Ouvertes - 18ème Edition du Printemps des Poètes
puce Archéologie et intrigue policière
puce Une autre vision du procès de Galilée
puce Phèdre de Racine, Acte I, scène 3, commentaire
Equipe Eclairement L'association
La lettre S'abonner
Facebook Twitter
Tutoriels   Installation   Métier   Cours   sport   Bases de données   Techniques   Société   Histoire   Photographie   Vie privée   BD   Séries TV   Musique   Théâtre   Education   Linux   Windows   Anime   Recherche d’information bibliographique   HTML   Urbanisme   Manga   Windows Vista   Roman   Spectacle   Edito   Cinéma   Windows 7   Poésie   Littérature   Windows Mobile   Firefox   Android   Fable   Droit   Pages Ouvertes   arts visuels   Europe   Peinture   Tutoriels pour débutant   Microsoft Office   Culture générale  
Eclairement © 1998 - 2012
Mentions légales - Contact - Partenaires