Accueil > Art et culture > En prose de bleu

En prose de bleu

mercredi 24 août 2011, par Corinne Godmer impression

Mots-clefs :: La Revue du 24 :: Poésie ::


« D’un bleu critique », Jean-Michel Maulpoix
faire part , n° 28-29, mai 2011
Responsables du numéro : Jean Gabriel Cosculluela – Alain Chanéac
« Faire Part » en est un, en quelque sorte. L’annonce d’un évènement, celui d’une revue-livre entièrement dévolue à un auteur qu’elle va embrasser de ses pages attentives pour nous livrer une autre vision de l’œuvre, de l’homme. D’un homme, d’une œuvre.

Ce dernier numéro de Faire Part accompagne celle de Jean-Michel Maulpoix. Est-il besoin de présenter le poète ? Peut-être encore un peu, tant les contributions abondent. Toutes attentives à cerner au plus près, avec respect et attention, chaque thème, chaque accroche auxquels les intervenants tour à tour donnent vie. Et quels intervenants… Nous retrouvons ici les grands noms de la critique contemporaine, Michel Collot, Jean-Baptiste Para, des poètes, évidemment, et non des moindres, Yves Bonnefoy, Jacques Dupin, Jacques Réda, Esther Tellerman, Michel Deguy, Antoine Emaz, Jean-Yves Masson ou James Sacré, enfin, en testament d’amitié, Martine Broda et Claude Esteban. Des interventions coup de cœur aussi, de séduction. Théoriciens et amis, admirateurs et mentors. Tous réunis dans ce vœu d’étude et de discernement.

Notion d’étude et d’accompagnement donc, mais pas seulement. La présentation est sublime, le regard se brume par l’accompagnement progressif des entités sombres dessinées, reprend son souffle en couverture éclatante de bleu, la main caresse l’épaisseur lisse et douce, l’esprit vagabonde. Puis revient sur le contenu. Arrêté par telle silhouette, tel titre, telle interrogation. Et à nouveau aspiré par des entités détachées/imbriquées, les « vignettes adressées » de Werner Stemans, les représentations de Dominique Penloup, d’Anne Slacik, les fils en liaison de Michel Duport, enfin les paysages sombres de Christophe Avella Bagur, ceux de Christian Gardair qui signe aussi, en inversé, la couverture de lumière. Henri Michaux, aussi, œuvre sur le papier.

Voyage intérieur, la revue-livre mérite la qualification de livre d’art : elle ouvre le chemin à l’imagination mais offre la réflexion, par petits pas. Elle tresse des chemins de lecture en spirales artistiques, appuie son expérience et son remerciement en un volume épais, délicat en lecture, profond d’enseignement. Plus encore, elle se lit de liaison par la ponctuation picturale, souffle et pause, envoûtement et crainte.

« Critique », elle l’est ainsi dans sa volonté de restituer avec la plus complète fidélité, voire complicité, les progressions, les attitudes, les balancements et les rythmes. Le bleu du livre comme de la critique nous livrerait presque l’homme derrière le poète, le poème derrière l’homme, la poésie, l’art.

Corinne Godmer

Liens vers la revue faire part :

Actualité

http://www.entrevues.org/actualites.php, Salon de la Revue, 21ème du nom, Rendez-vous avec Jean-Michel Maulpoix pour une lecture rencontre le dimanche 16 octobre à 16h.
Espace d’animation des Blancs-Manteaux, 48 rue Vieille-du-Temple, 75004 Paris.


© Tous les textes et documents disponibles sur ce site, sont, sauf mention contraire, protégés par une licence Creative Common (diffusion et reproduction libres avec l'obligation de citer l'auteur original et l'interdiction de toute modification et de toute utilisation commerciale sans autorisation préalable).

carre_trans Avec les mêmes mots-clefs
puce Fête de la mère de l’enfant
puce Le soupir des oiseaux
puce Pour te nommer
puce Dans ses yeux délavés couleur fourrure
puce Nouveau salon littéraire, 12 mai, Paris : L’écrit en relief, revisiter l’écrit grâce au pop-up
puce Et savoir attendre
puce Salon littéraire du 21 mai 2016 - Compte-rendu, première partie
puce Maupassant, "Une vie", chapitre 6, extrait 1, analyse
puce "Manon Lescaut", extrait II, La Réconciliation, analyse
puce Montaigne, « De la vanité », Essais, III, 9, une explication linéaire
puce Ionesco, "Rhinocéros", Acte III, analyse
puce Ionesco, "Rhinocéros", Acte II, commentaire. Une dramaturgie subversive ? Le texte de théâtre et sa représentation
puce Giraudoux, "Electre", Acte I, scène 8, analyse
puce Montesquieu, "De l’esclavage des nègres", lecture linéaire
Equipe Eclairement L'association
La lettre S'abonner
Facebook Twitter
Recherche d’information bibliographique   Histoire   Microsoft Office   Photographie   Europe   Littérature   Fable   Android   sport   Poésie   Métier   Spectacle   Windows 7   Musique   Séries TV   BD   Pages Ouvertes   Firefox   Culture générale   Windows Vista   Société   Linux   Tutoriels   Windows   Windows Mobile   Edito   Roman   Droit   Cours   Cinéma   Techniques   arts visuels   Manga   #ALaMaison   Vie privée   Urbanisme   Bases de données   Peinture   Education   Théâtre   Anime   Tutoriels pour débutant   Installation   HTML  
Eclairement © 1998 - 2019
Mentions légales - Contact - Partenaires