Accueil > Art et culture > David Ledu, Poèmes

David Ledu, Poèmes

jeudi 5 janvier 2012, par Eclairement impression

Mots-clefs :: Poésie ::

Pour commencer 2012, trois poèmes d’un contemporain, David Ledu : La Mer, La mélancolie, Octobre.

Dans un article à venir, un entretien avec l’auteur autour de la poésie et du geste d’écrire.

Bonne lecture.


La Mer

Reste,
Mes lèvres tremblent
Et mon regard
Comme un baiser d’Éole,
Ressemble à des perles
Des perles de sueur blanche
Suintant sur ton corps à demi-nu
Quand tu te maquilles
Sur l’écho des rocs gémissants
Entre le ciel et la Terre
Reste la mer, c’est pas fini
Non c’est pas fini la mer, reste
Arrime-moi dans ta prose
Loin des bollards immobiles
Et des loups de mer
Emporte-moi comme un aber
Qui te touche aux doigts de la Terre
Jusqu’à m’enivrer de ton parfum
Dans cette Bretagne bretonnante
Aux mains de granite rose
Où mon cœur t’appartient
Reste, la mer c’est pas fini
Non c’est pas fini la mer, reste
Et si comme une Femme qui se lasse
Dans le froid tout gris de l’hiver
Tu caches ta solitude
Dans le tabernacle du désir
Au fond d’une amphore bleue
Laisse-moi seul entendre ta voix
Une dernière fois
Au loin, mes yeux sur ta peau
Mes mains dans tes cheveux
Et mon Amour dans tes ultimes larmes
Ramassant comme une palangre profonde
Les pâleurs de ta chair et les odeurs de tes rimes
Reste, je t’en supplie reste
C’est pas fini la mer.
Et si tu ne reviens pas
Je gueulerai ton nom dans des déserts
Pour que tu te rhabilles
Aux couleurs des anciennes nuits
Sur des draps de concessions
Vendus par des lunes pleines
A la rhétorique Newtonienne
Au prix de mon minuit-chagrin
Dans cette douleur douloureuse
Quand le mal dépeint le bien
Tu reviendras enfin, toucher ma main
C’est pas fini, c’est jamais fini la mer.

Cliquez ici pour écouter ce texte

LA MELANCOLIE

La mélancolie,
C’est un cygne aux ailes d’airain
Devant la tendresse à genoux
Habillée comme une putain
Quand l’Amour s’invite debout
La mélancolie,
C’est la camarde au bout de la rue
Et ton âme pâlissante
Qui pleure la cadence suspendue
Comme pleure l’étendue provocante
La mélancolie,
C’est quand les Hommes ne s’aiment plus
La mélancolie,
C’est un tour de clef à minuit
Au milieu des chiens qui aboient
Sur l’aube morte de la nuit
Comme un spleen de mon ennui
La mélancolie,
C’est les mots la bouche cousue
La rumeur des agneaux qui bêlent
Aux sons des amarantes nues
La mélancolie,
C’est quand les Hommes ne s’aiment plus

Cliquez ici pour écouter ce texte

Octobre

Quand je t’ai vu plonger, Octobre
Sous les feux de cire et les vernis d’automne
Te souviens-tu des collines à moitié sobres ?
Des psaumes du crépuscule qui s’abandonnent
Dans les tourments éteints de ma solitude
Te souviens-tu des remords sous l’anathème ?
Le vent ruminant ses dernières lassitudes
Et le mal se peignant un visage blême
Te souviens-tu les rimes ivres de mon âme ?
Comme une misaine sur les doigts de la mer
Luisant dans l’écume au matin d’agame
Te souviens-tu des murmures de la Terre ?
De ces cloches au loin des villes qui meuglent
Comme des anachorètes au cœur bifide
Te souviens-tu de l’azur aux mains aveugles ?
Comme un réverbère sur ta robe livide
Au moment où la nuit couche avec les morts
Te souviens-tu les anges aux larmes d’or ?
Et leurs trilles rampant jusqu’à mon cœur
Au milieu des matins d’envie et de peur
Te souviens-tu nos mille baisers de brume ?
Comme des au revoir s’allumant sur l’écume
Quand je t’ai vu plonger, Octobre
Te souviens-tu ?

Tous droits réservés

Et si vous souhaitez prolonger la lecture par l’écoute, rendez-vous sur youtube pour l’interprétation de plusieurs textes de David Ledu par Gilles-Claude Thériault.


© Tous les textes et documents disponibles sur ce site, sont, sauf mention contraire, protégés par une licence Creative Common (diffusion et reproduction libres avec l'obligation de citer l'auteur original et l'interdiction de toute modification et de toute utilisation commerciale sans autorisation préalable).

carre_trans Avec les mêmes mots-clefs
puce Nouveau salon littéraire, 12 mai, Paris : L’écrit en relief, revisiter l’écrit grâce au pop-up
puce Et savoir attendre
puce Salon littéraire du 21 mai 2016 - Compte-rendu, première partie
puce Interview de Minh-Triêt Pham - Le haïku
puce Lecture poétique à la Comédie Française
puce L’art s’empare de l’absinthe, ou l’inverse peut-être ...
puce Lecture et performance des Haïkus du livre Au Fil des pas
puce Contribuez à l’écriture de l’histoire du bateau l’Aventure
puce Féérie de guimauve
puce Mme Bovary c’est peut-être toi c’est pas moi
puce Parcours entre les éléments - l’expo L’Eau et le Feu à l’Eglise des Jacobins, Agen
puce Le passager de Paris - Galerie Vivienne
puce Le passager de Paris - Passage Verdeau
puce Le passager de Paris - Passage Jouffroy
carre_trans

Mise en place d’un comité de lecture Poésie

Equipe Eclairement L'association
La lettre S'abonner
Facebook Twitter
Windows 7   Installation   Firefox   Linux   Théâtre   Europe   Roman   Droit   Urbanisme   Edito   Culture générale   Tutoriels pour débutant   HTML   Vie privée   Windows Vista   Métier   Cours   Anime   Tutoriels   Bases de données   sport   Android   Windows Mobile   Pages Ouvertes   Fable   arts visuels   Techniques   Poésie   Microsoft Office   Education   Histoire   Cinéma   Musique   Manga   Peinture   Littérature   BD   Photographie   Société   Spectacle   Séries TV   Recherche d’information bibliographique   Windows  
Eclairement © 1998 - 2012
Mentions légales - Contact - Partenaires