Accueil > Art et culture > Coup de coeur : Komaneko, le petit chat (...)

Coup de coeur : Komaneko, le petit chat curieux, un film d’animation de Goda Tsuneo

vendredi 10 juillet 2009, par Claire Mélanie impression

Mots-clefs :: Cinéma ::

Komaneko, littéralement traduit du japonais, "le chat qui prend des images" est un film d’animation qui n’est pas réservé aux enfants et qui devrait plaire à toutes les personnes intéressées par l’animation intelligente, poétique, tendre.


[sommaire]

Présentation

Le film Komaneko se déroule sur une heure sous la forme de cinq petits récits de durées différentes et qui mettent en scène une multiplicité de sentiments, d’émotions (du côté des personnages comme du côté du spectateur), nous faisant découvrir l’univers de ce petit chat curieux.

Le tout à la fois entrecoupé et relié par des dessins au crayon annonçant l’histoire à venir ou rappelant l’histoire passée, souvent avec humour, comme l’exemple de ce dessin dans le quel apparaît le robot de la troisième histoire, robot dont la tête se soulève alors pour laisser surgir la tête d’une des poupées de Komaneko. Synthèse amusante de l’amitié qui s’est faite entre Komaneko et un autre petit chat (la poupée est au premier, le robot est au second).

"The First Step"

La première histoire (traduction anglaise du titre original : "The First Step", les premiers pas) nous montre la naissance des deux petites poupées qui vont suivre Komaneko le long du film. Le voilà dessinant les patrons, puis cousant et filmant ensuite dans un décor également fabriqué de ses mains, deux petits êtres de feutrine, reproduisant alors dans ce que l’on appelle une mise en abyme, le film lui-même, animation de petits êtres en feutrine.

Une remarque, bien que le dossier de presse parle de petite chatte pour désigner Komaneko, nous ne sommes pas sûr qu’il ne s’agisse pas d’un petit chat. Certes ce petit chat coud mais le caractère a priori sexué de certaines activités en France n’est pas forcément pertinent ici, ni même au Japon : voir par exemple le personnage, masculin, de Ishida Uryuu dans le manga et la série Bleach, qui est un champion de la couture.

"Hands on camera"

Dans la deuxième histoire (traduction anglaise du titre original "Hands on camera", La caméra à la main), le spectateur suit Komaneko en sortie, la caméra à la main, filmant tout ce qui l’environne : des fleurs qui poussent, des taupes qui jouent, un gros chat qui dort - à moitié -, une soucoupe volante, sans parler de ce que Komaneko ne voit pas : un fantôme qui essaye de lui faire peur.
Le tout accompagné d’une musique enjouée et amusante.

"Koma and Radi-Bo"

La troisième histoire ("Koma and Radi-Bo") développe le récit de la naissance d’une amitié, malgré les divergences initiales : le transistor du grand-père de Komaneko, grand-père chez qui il vit, est tombé en panne. Un réparateur arrive, accompagné de son fils ou de sa fille (l’ambiguïté du sexe de chaque petit chat peut d’ailleurs permettre à chaque spectateur de s’identifier aux différents personnages). Le petit chat se moque d’abord des poupées de Komaneko, il leur préfère son robot. Komaneko cherche néanmoins à partager ses centres d’intérêt et lui montre le petit film qu’il a tourné, Radi-Bo continue d’être moqueur. Jusqu’à ce que les deux petits chats trouvent quoi faire ensemble...

"Radi-bo’s battle"

Le quatrième court-métrage ("Radi-bo’s battle") met en scène a priori ce même second petit chat qui joue avec un avion télé-guidé, ce qui embête un oiseau qui se trouve au même endroit du ciel. Se livre alors une "bataille" teintée d’humour entre ce petit chat et son avion et l’oiseau. Komaneko ne fera qu’intervenir de façon subsidiaire et détachée : il préfère regarder une fleur que se préoccuper du pilotage de l’avion.

"Real friends"

Le cinquième et dernier récit (le plus long des cinq), "Les vrais amis", vient rassembler tous les éléments disséminés d’histoire en histoire : les petites poupées qui sont promenées et accompagnent toujours le petit chat dans ses déplacements (il a une sacoche bleue spécialement prévue pour les transporter), les promenades dans la nature, le tournage de film, l’amitié, la découverte, la tolérance, le poétique.

Ce cinquième épisode est cependant celui qui pose parfois une difficulté de compréhension parmi les plus jeunes (c’est à ce moment que l’on entend dans la salle des questions d’enfants à leurs parents), pour un adulte, sa profondeur réflexive (si l’on se permet cette expression) n’est pas négligeable.

Voici l’histoire, tout au moins son début, il serait dommage de tout dévoiler : Komaneko se retrouve, lors de l’une de ses promenades nez à nez avec un monstre (sorte de Yéti des neiges). Première rencontre sous le signe de la frayeur. Komaneko, lorsqu’il raconte son aventure, n’est pas crû, il décide alors de retourner chaque jour à l’endroit de la rencontre. Le Yéti et Komaneko finissent par se retrouver, et devenir amis. En parallèle, le spectateur apprend que ce yéti, c’est une petite chatte qui se déguise sans le dire à personne. Une amitié peut-elle se fonder sur le mensonge ?

Le générique de fin

Ne partez pas avant la fin du générique : vous pourrez entendre une chanson de fin enfantine mais plaisante, chantez avec des paroles française (ce n’est pas un effet de traduction, la chanson est en français dès l’origine) et pourrez en même temps regarder la version purement dessinée de Komaneko et de ses amis.

En quelques images

Et juste pour le plaisir et à titre d’illustration, quelques photos (crédits :
© 2006 TYO / dwarf-KFP
)

En savoir plus - site officiel

- Film japonais réalisé par Goda Tsuneo
- Genre : Animation, muet (à part quelques "gnia gnia" ou "mia mia")
- Durée : 1h.
- Année de production : 2006
- Film à partir de 3 ans et pour tout âge
- Distribué par Gebeka Films

- le site officiel

Autorisez le javascript et votre lecteur flash ! A découvrir, le petit chat qui se promène, le nombre d’images nécessaires à rendre un seul clignement d’oeil, des photos de la réalisation, la bande annonce, la chanson du générique de fin et bien d’autres choses encore. Évidemment, le site est en japonais, mais il y a suffisamment de choses visuelles à découvrir pour satisfaire tous les amoureux de ce petit chat.

Pour ceux qui se poseraient la question, le DVD est déjà disponible au Japon (ainsi que la peluche, des sacs à l’effigie de Komaneko, etc) mais a priori pour la France, il faudra attendre encore un peu.

- Une analyse du film (au format PDF) (attention beaucoup d’éléments du film y sont dévoilés !) proposée dans le cadre du Festival international de Cinéma Jeunes Publics en Val de Marne

Dernières nouvelles :

Il semblerait que le site officiel propose de nouvelles choses pour les Fans, comme ces fonds d’écran trouvables dans la rubrique "Fun"

Sans oublier que Komaneko est de retour pour de nouvelles aventures spécialement pour Noël.... mais au Japon seulement. Vous pouvez néanmoins d’ores et déjà dévorer des yeux les quelques images de la présentation .

Où l’on y comprend déjà que les parents de Komaneko ne viendront pas le voir pour Noël et où l’on se sent déjà tout triste pour ce petit chat.

En attendant, le DVD des premières aventures est sorti, il contiendrait un puzzle, mais l’information est à vérifier.


© Tous les textes et documents disponibles sur ce site, sont, sauf mention contraire, protégés par une licence Creative Common (diffusion et reproduction libres avec l'obligation de citer l'auteur original et l'interdiction de toute modification et de toute utilisation commerciale sans autorisation préalable).

carre_trans Avec les mêmes mots-clefs
puce L’art s’empare de l’absinthe, ou l’inverse peut-être ...
puce La promenade féerique de Pierre
puce La promenade féerique de Floriane
puce Zero Motivation : une satire de la place de la femme dans l’armée Israëlienne
puce Lien de Mê Linh : rencontre avec Jean Marc Turine au Centre Wallonie Bruxelles
puce Le Cinéma turc : un paradoxe moderne
puce Le nouveau Tayfun Pirselimoğlu : Je ne suis pas lui
puce Le passager de Paris - Galerie Vivienne
puce Le passager de Paris - Passage Verdeau
puce Le passager de Paris - Passage Jouffroy
puce Le passager de Paris - Passage des Panoramas
puce Salon littéraire du 21 mai 2016 - Compte-rendu, troisième partie
puce Salon littéraire du 21 mai 2016 - Compte-rendu, première partie
puce Interview de Minh-Triêt Pham - Le haïku
carre_trans
Cinéma, animations
Voici présenté tout ce qui peut passer sur écran, petit ou grand. La séparation des deux, tant sur le plan artistique - scénario, mise en scène, jeu des acteurs - que sur le plan sociétal, s’amoindrit. A raison très certainement. Dans les deux cas, l’abondance des productions offre un choix très varié, de bonnes surprises mais aussi beaucoup de déceptions. Eclairement vous propose alors ses critiques, pour y voir un peu plus clair dans ce paysage cinématographique au sens large.
Equipe Eclairement L'association
La lettre S'abonner
Facebook Twitter
Firefox   Tutoriels pour débutant   Histoire   arts visuels   Culture générale   Photographie   Recherche d’information bibliographique   Linux   Peinture   Cinéma   Education   Théâtre   Urbanisme   Droit   Android   Manga   BD   Anime   Edito   Pages Ouvertes   Poésie   Techniques   Europe   Cours   Windows 7   Windows Vista   Windows   Installation   Microsoft Office   Fable   Musique   sport   Littérature   Vie privée   Spectacle   Séries TV   Bases de données   Société   Roman   Tutoriels   HTML   Windows Mobile   Métier  
Eclairement © 1998 - 2012
Mentions légales - Contact - Partenaires