Accueil > Art et culture > Bangkok Dangerous, des frères Pang

Bangkok Dangerous, des frères Pang

mardi 9 septembre 2008, par Claire Mélanie impression

Mots-clefs :: Cinéma ::


Bangkok Dangerous raconte la vie d’un tueur à gage, rigoureux, ordonné, avec un parcours sans faute et a priori sans morale.
Le film donne le ton dès le début : ce sera violent, le tueur joué par Nicolas Cage tue avec sang-froid celui qui avait été son intermédiaire, et il quitte ville et pays, sans regrets ni remords, pour la Thaïlande et quatre nouveaux contrats.

C’est là que tout bascule : d’abord minitieux et sûr de son mode de vie, le tueur se met à douter, enfreint ses propres règles, comme envoûté par une atmosphère de fin de vie, là où il est temps de faire les comptes.

Dans une spirale destructrice annoncée par le jeune intermédiaire Thaïlandais auquel le tueur va s’attacher, les personnages évoluent à la fois en glissant et par à coup vers une fin inexorable.

Encore une fois, le film semble globalement mal apprécié, que ce soit de la critique presse comme des spectateurs d’ailleurs.
C’est vrai, le film n’est pas parfait mais n’a pas tous les défauts qu’on lui reproche.
C’est vrai, l’ensemble est parfois un peu caricatural et appuyé. La symbolique de l’éléphant par exemple qui vient désigner l’évolution du personnage a néanmoins son efficacité. Le comportement un peu trop niais du tueur face à cette Thaïlandaise muette dont il tombe amoureux s’explique néanmoins par le scénario : Nicolas cage joue un teur solitaire qui finit toujours par tuer ceux qui s’approchent de lui.

C’est vrai également, le film n’est pas entièrement un film d’action et les reproches de lenteur peuvent être fondés quand on s’attend à un pur "film de shoot" où ça canarde dans tous les sens, où il y a des explosions toutes les deux minutes.

Mais c’est justement dans ce degré de décalage par rapport au genre de l’action pure qui fait la force du film. Il s’agit plus ici d’une balade sombre et glauque, le parcours d’une prise de conscience de soi comme un échec à travers le regard de ceux qui justement croient voir en vous un homme bien.

Cette descente en soi se fait à travers une image certes sombre et pas toujours propre qui se justifie néanmoins : illustration de ce que le personnage nous annonce en voix-off, Bangkok est un lieu corrompu, poisseux.

Il est vrai, l’allure de Nicolas Cage surprend de prime abord : chevelure noire, eyeliner en-dessous des yeux, à peine reconnaissable sur l’affiche, d’ailleurs trompeuse du rythme du film. C’est sûrement à lire comme le signe que le film se veut styliser, certains détestent, au moins le film n’est pas insipide comme beaucoup de ces films d’action tirés de comics.

Bangkok dangerous n’est certes pas un chef d’oeuvre mais reste d’un niveau tout à fait correct, parce qu’au moins, tout ne rentre pas dans les schémas classiques du cinéma américain.

- Date de sortie : 27 Août 2008
- Réalisé par Oxide Pang, Danny Pang
- Avec Nicolas Cage, Charlie Yeung, James With
- Durée : 1h 38min
- Année de production : 2006
- Remake de Bangkok Dangerous déjà des frères Pang


© Tous les textes et documents disponibles sur ce site, sont, sauf mention contraire, protégés par une licence Creative Common (diffusion et reproduction libres avec l'obligation de citer l'auteur original et l'interdiction de toute modification et de toute utilisation commerciale sans autorisation préalable).

carre_trans Avec les mêmes mots-clefs
puce L’art s’empare de l’absinthe, ou l’inverse peut-être ...
puce La promenade féerique de Pierre
puce La promenade féerique de Floriane
puce Zero Motivation : une satire de la place de la femme dans l’armée Israëlienne
puce Lien de Mê Linh : rencontre avec Jean Marc Turine au Centre Wallonie Bruxelles
puce Le Cinéma turc : un paradoxe moderne
puce Le nouveau Tayfun Pirselimoğlu : Je ne suis pas lui
puce Le passager de Paris - Galerie Vivienne
puce Le passager de Paris - Passage Verdeau
puce Le passager de Paris - Passage Jouffroy
puce Le passager de Paris - Passage des Panoramas
puce Salon littéraire du 21 mai 2016 - Compte-rendu, troisième partie
puce Salon littéraire du 21 mai 2016 - Compte-rendu, première partie
puce Interview de Minh-Triêt Pham - Le haïku
Equipe Eclairement L'association
La lettre S'abonner
Facebook Twitter
Europe   Firefox   Droit   Vie privée   Peinture   Microsoft Office   Musique   Pages Ouvertes   Fable   Histoire   Théâtre   Spectacle   arts visuels   Culture générale   Tutoriels pour débutant   Windows   Windows 7   Windows Mobile   Recherche d’information bibliographique   Education   sport   Cinéma   Photographie   Edito   Tutoriels   BD   Techniques   Cours   HTML   Urbanisme   Installation   Anime   Poésie   Android   Manga   Société   Linux   Roman   Séries TV   Windows Vista   Métier   Littérature   Bases de données  
Eclairement © 1998 - 2012
Mentions légales - Contact - Partenaires