Accueil > Savoir et Société > Aristide Briand et l’Europe

Aristide Briand et l’Europe

Fiche d’histoire contemporaine

lundi 17 décembre 2007, par Anne-Renée Castex impression

Mots-clefs :: Culture générale :: Europe :: Histoire ::

Homme politique français, Aristide Briand est également une figure importante de l’européisme, pacifiste et universaliste, des années 1920. Il est le premier homme politique français à s’être fait le relais de l’idéal d’Europe unie dans le monde politique. Retour sur la biographie de cet homme trop peu cité parmi les initiateurs du projet européen.


Biographie

- Homme politique (1862 – 1932)

- Militant socialiste

- Il a été 25 fois ministre (en particulier ministre des Affaires étrangères) et 11 fois président du Conseil entre 1909 et 1929 (et notamment de 1915 à 1917, puis de 1921 à 1923)

- Ardent pacifiste et partisan d’une politique de réconciliation avec l’Allemagne, il signe les accords de Locarno (1925) et a été l’un des animateurs de la SDN. Prix Nobel de la paix 1926.

++++
Briand et la guerre

La conduite de la guerre étant demeurée sous contrôle parlementaire, Briand (président du Conseil de 1915 à mars 1917) a joué un rôle dans les décisions militaires. Il est profondément marqué par l’épisode sanglant de Verdun, dont il assume en partie la responsabilité. Il a été partisan d’engager des pourparlers avec l’Allemagne → échec.

Ayant connu la guerre, la question de la paix est centrale pour lui et les hommes de sa génération. En 1919, il est écarté du pouvoir, du fait de son antagonisme avec [rouge]Clemenceau[/rouge], redevenu président du Conseil. Il redevient président du Conseil en 1921 – 23.

En 1921, il est toujours partisan d’une stricte application du traité de Versailles. Il change de position entre 1921 et 1923. Pour cette raison, il cède la présidence du Conseil à [rouge]Poincaré[/rouge] en 1923 (partisan d’une stricte application du traité).

++++
La conversion à l’Europe

Ele a lieu lors de la conférence de Washington à l’automne 1921. C’est à la suite de cette conférence qu’il adopte une position de compromis sur l’application du traité de Versailles : découverte de l’Amérique, prise de conscience de la puissance américaine, et plus généralement de la puissance des puissances extra-européennes (Japon, Russie)
→ L’Europe, affaiblie par la guerre, va devoir compter avec ces nouvelles puissances.

Ayant laissé sa place de président du Conseil à [rouge]Poincaré[/rouge] en 1923, Briand occupe le poste de délégué de la France à la SDN. Il occupe également le ministère des Affaires étrangères entre 1925 et 1932. C’est dans ce cadre qu’il est amené à avancer l’idée d’une nécessaire construction européenne. Lors de la conférence de Locarno en octobre 1925, il évoque une « Europe accomplissant son destin » et déclare : « Nous avons parlé européen ». En 1926, Briand accepte la présidence d’honneur du mouvement Paneurope de [rouge]Coudenhove-Kalergi[/rouge].

++++
Le discours du 5 septembre 1929

Quand Briand prononce ce discours à la 10ème assemblée de la SDN, il est ministre des Affaires étrangères.

Idées :

  • Il propose «  une sorte de lien fédéral » entre les pays européens, mais « sans toucher à la souveraineté d’aucune des nations ». Nécessité d’ « établir un lien de solidarité ».
  • Il faut commencer par l’économie pour construire l’Europe : « L’association agira avant tout dans le domaine économique, c’est la nécessité la plus pressante. »
  • Il évoque la notion de continuité géographique : « des peuples qui sont géographiquement groupés comme les peuples d’Europe » Il évoque les « circonstances graves » qui pourraient mettre en danger la paix (→ le pacifisme est au coeur de l’européisme).

++++
Le mémorandum Briand (mai 1930)

A la demande des délégations qui ont entendu le discours du 5 septembre 1929, Briand est chargé officiellement de préparer un mémorandum, adressé à tous les pays membres de la SDN. Texte assez court.

Préambule : état des lieux du continent européen, sentiment d’un danger pour la sécurité européenne, idée qu’il existe une civilisation en Europe et que cette civilisation commune justifie de construire un système de solidarité, affirmation d’une Europe qui se veut ouverte sur le monde.

Propositions :

  • Etablir un régime permanent de solidarité entre les pays d’Europe. Cette construction ne devra pas porter préjudice à la SDN (pas de rivalité dans le champ de compétence).
  • Signer un pacte affirmant le principe de l’union morale européenne.
  • 3 organismes sont prévus :
    • Conférence européenne = organisme représentatif, en lien avec la SDN.
    • Comité politique = organisme exécutif. Il pourrait se mettre au service de la SDN
    • Secrétariat permanent

→ Structures copiées sur la SDN.

  • Priorité donnée au politique sur l’économie (à la différence du discours de septembre 1929) : l’effort constructeur doit d’abord se porter sur l’économie (problème des minorités nationales)
  • Organiser l’économie : créer un marché commun, élever le niveau de bien-être des Européens.

Tous les pays européens membres de la SDN sont invités à répondre à ce mémorandum.

++++
Réponses au mémorandum Briand

Des réponses parviennent, qui sont analysées en séance de la SDN, le 10 septembre 1930, lors de la 11ème assemblée de la SDN. Par rapport à l’année passée, la conjoncture a changé. En Allemagne : mort de [rouge]Gustav Stresemann[/rouge], remplacé aux Affaires étrangères par [rouge]Curtius[/rouge], farouche tenant de la révision des traités de 1919. Pour lui, le projet Briand est une forme d’hégémonie française (idem pour l’Angleterre). Briand intervient pour analyser les réponses qui sont parvenues :

  • Tous les gouvernements reconnaissent la nécessité d’une coopération européenne et manifestent la volonté de ne rien faire qui pourrait fragiliser la SDN (souci d’une intégration européenne dans la SDN).
  • Problème des liens avec des régions en marge de l’Europe : d’aucuns soulignent que le projet devrait concerner des Etats non membres de la SDN : l’URSS (pour l’Italie), la Turquie (pour la Grèce).
  • Tous les pays affirment la souveraineté et l’indépendance des Etats : seuls les Pays-Bas envisagent des restrictions à la souveraineté dans certains domaines.
  • Les vaincus soulignent que la solidarité à construire devrait faire disparaître les démarcations entre vaincus et vainqueurs.

Les divergences portent sur les structures :

  • Un certain nombre de pays (dont l’Italie) souhaitent des structures minimales.
  • Divergences sur le comité permanent (question de l’égalité entre Etats).
  • La plupart des gouvernements reconnaissent l’interdépendance entre économie et politique, mais n’entérinent pas la subordination de l’économie au politique. C’est avant tout dans le domaine économique qu’une coopération est urgente et souhaitable.
  • Divergences sur la nature de la coopération politique : réduction des armements (Danemark), arbitrage international (Luxembourg), révision des traités de 1919 (Allemagne).

→ Ces réponses sont mises en débat. Celui-ci porte essentiellement sur les questions économiques + question de la relation avec les Etats-Unis et l’Amérique latine. Au terme des débats, la SDN décide de créer un comité d’étude. Intitulé officiel = Commission d’étude pour l’union européenne (CEUE).

++++
La CEUE

La Commission d’étude pour l’union européenne se réunit jusqu’en septembre 1932, sous la présidence de Briand. Elle commande un certain nombre d’études et de rapports.

- Convocation de 3 conférences agricoles : possibilité d’accords agricoles entre Europe de l’Ouest et de l’Est, gestion commune des surplus agricole, question du crédit agricole.

- 1931 : crise financière et bancaire. La commission focalise ses études sur la crise. Elle propose des projets de grands travaux européens (autoroutes, interconnexions entre fleuves), la stabilisation des tarifs douaniers, la création d’une bourse du travail européenne, l’organisation du marché du travail, et, dans le domaine financier, la création d’une banque paneuropéenne. Modèle = Etats-Unis. Idée que l’Europe est victime de son fractionnement territorial. Il faut créer un vaste marché. Résultat = échec. En septembre 1931, plus personne n’y croit : les Allemands et les Japonais demandent la dissolution de la CEUE.

1933 : victoire d’Hitler en Allemagne → redéfinition de la politique européenne. Mort des mouvements européistes tels qu’ils s’étaient développés dans les 1920’s.

Poursuivre votre lecture sur l’Europe :

- Le traité de Versailles

- Vers l’Europe politique

- Vers l’Europe économique

- Comment construire une Europe unie ?

- La nature de l’idée d’Europe unie


Source : cours de Danielle Tartakowsky à Paris VIII, 2007/08.

© Tous les textes et documents disponibles sur ce site, sont, sauf mention contraire, protégés par une licence Creative Common (diffusion et reproduction libres avec l'obligation de citer l'auteur original et l'interdiction de toute modification et de toute utilisation commerciale sans autorisation préalable).

carre_trans Avec les mêmes mots-clefs
puce Awen Nature, la distillerie d’absinthe
puce Zero Motivation : une satire de la place de la femme dans l’armée Israëlienne
puce Curiosité littéraire : L’Histoire de la littérature française de René Doumic
puce Egypte ancienne et constructions identitaires : nationalisme égyptien et panarabisme. Nasser et Sadate
puce Egypte ancienne et constructions identitaires : nationalisme égyptien et panarabisme
puce Article "Agnus Scythicus", Denis Diderot
puce L’ouverture du Neveu de Rameau de Diderot, commentaire
puce Expo - La vie à Bruxelles : l’Atomium
puce La vie à Dublin : le marché du quartier Christchurch
puce La vie à Dublin : le quartier Christchurch
puce La vie à Dublin : la cathédrale Christchurch
puce EXPO - La vie à Bruxelles. Tapis de fleurs : grand-place de Bruxelles.
puce La vie à Bruxelles : Place Poelaerts
puce Wilson et l’Europe
puce L’art s’empare de l’absinthe, ou l’inverse peut-être ...
puce Lien de Mê Linh : rencontre avec Jean Marc Turine au Centre Wallonie Bruxelles
puce Life Is A Cabaret !, les musicals comme vous ne les avez jamais envisagés.
puce Le Titanic revisité, une plongée dans le passé
puce Histoire de l’émancipation des femmes, Marie-Josèphe Bonnet
puce Le traitement informatique des corpus textuels en histoire ancienne
puce Hip-Hop et politique, Episode 2
puce Attention aux intentions (de vote)
puce De la citoyenneté à la sécurité, un engagement réciproque
puce Mélanie, éducatrice spécialisée dans un foyer pour autistes
puce Persona, étrangement humain
puce Nos voeux 2016
puce Hip hop : des rues du Bronx aux rues arabes
puce La culture pour tous dans le spectacle vivant
carre_trans

Lexique Europe

Equipe Eclairement L'association
La lettre S'abonner
Facebook Twitter
Peinture   Europe   Manga   Tutoriels pour débutant   Tutoriels   Vie privée   Android   Firefox   Windows   Musique   Spectacle   Bases de données   Métier   BD   Education   Pages Ouvertes   Culture générale   Séries TV   Microsoft Office   Cours   Anime   Linux   Techniques   Roman   Edito   Poésie   Urbanisme   Histoire   HTML   Installation   Théâtre   Photographie   Société   sport   arts visuels   Windows Mobile   Windows 7   Littérature   Windows Vista   Droit   Fable   Recherche d’information bibliographique   Cinéma  
Eclairement © 1998 - 2012
Mentions légales - Contact - Partenaires