Accueil > Art et culture > A moi mélancolie et Jours lointains..., Jérôme (...)

A moi mélancolie et Jours lointains..., Jérôme Huet

lundi 5 mars 2012, par Eclairement impression

Mots-clefs :: Poésie ::

Pour faire suite à la publication du recueil de chansons et poèmes, Où va la vie ? de Jérôme Huet, Eclairement vous en propose, avec le généreux accord de l’auteur, des extraits dans notre rubrique Art et Culture. Bonne lecture.

Pour les premiers extraits, cliquez ici


Le premier texte est tiré de la partie Jadis quand le second est tiré de la partie Entre-Temps.

A moi mélancolie*

J’avais laissé encor sans doute
Vagabonder mes yeux dans les nues
Quand je vis une jeune fille
Passant dans l’ombre de la rue
La tache du soleil fleurissait
L’aube de ses cheveux défaits
 
J’aurais voulu lui dire "adieu"
Pour ne jamais l’avoir connue
Victime des sorts capricieux
Elle disparut à ma vue
La tache du soleil s’ennuyait
Sur le trottoir abandonné
 
À moi mélancolie, ce soir
Le fil de toutes ces histoires
Que l’on a vécues quelques heures
Juste de quoi laisser rêveur
Il s’en est perdu des étés
ô ma mémoire enrubannée
 
Une retrouvaille d’un jour
Où l’on n’avait plus guère d’amis
Le souvenir d’un carrefour
Où l’on voulut qu’elle sourît
Toutes présences évanouies
Qui vous frôlent et puis s’enfuient
 
Aux autres je laisserai
Le rythme fort et les cadences sans répit
Des jours de gloire et d’euphorie
Je leur laisse la danse des ivres morts
Je me coucherai sur mon lit
 
Et puis qu’ils prennent soin
De propagande, des idées à couteaux tirés
Ou bien du bel espoir
Que l’on voit naître dans le noir
C’en est fini du citoyen
Je ne penserai plus à rien

Jérôme Huet,
*mis en musique par l’auteur
Tous droits réservés

Jours lointains…*

Jours lointains
Serrements de mains
Dans la pâleur du départ
Tes baisers
Nez contre nez
Ce regard de l’au revoir
Je me traîne
Où l’on m’emmène
Je m’emporte et je m’égare
Déchirures
Engelures
Qu’il fait froid dans cette gare
 
Un café
Le long du quai
Sans bien savoir trop quoi dire
L’importance
L’indécence
Se démènent et me chavirent
Les mots sonnent
L’âme tonne
Tant de choses à découvrir
A chercher
A étrenner
Et des nouvelles à écrire
 
Sans retour
Le temps court
Tout deviendra plus facile
Après l’âge
De ces pages
De déboires et d’idylles
J’ai tant peur
De ce bonheur
Quotidien et présénile
Mon Dieu faites
Que l’on reste
Malappris et malhabiles
 
L’invisible
Notre bible
Se défeuille comme un tremble
Une trace
Sur l’espace
Mon oeil veille et ma voix tremble
Ton visage
Quel voyage
On s’y perdrait, il me semble
Je l’admire
De prédire
Des journées qui me ressemblent
 
Comment faire
Pour se taire
On n’est plus bien habitués
Au silence
Qui s’élance
A sentir et à flairer
Trop de mots
Sans écho
Dans nos mains se sont fanés
Il nous reste
Peu de gestes
Que nos voix n’aient déflorés
 
D’autres aussi
Déjà partis
Que d’absences et que d’histoires
L’ami Pierre
En Angleterre
Qu’il me tarde de le voir
Pour se prendre
Et entendre
La musique de ces soirs
Qui m’envoûte
Que j’écoute
Serpenter en ma mémoire
 
Feuilles mortes
Que mes portes
Restent larges et passantes
J’imagine
Je dessine
Les ébauches invitantes
De destins
Aux refrains
Resurgis pour que je chante
Sur mon mât
Le vent bat
La vie m’est bouleversante
 
Cette route
Et les doutes
Qui la bordent de montagnes
Fait des bonds
A l’horizon
Sous le ciel qui m’accompagne
Où qu’elle passe
Je la trace
Que je perde ou que je gagne
Je le dis
C’est ici
Qu’est le pays de cocagne
 
Une terre
De mystère
De violences et d’émoi
Forêt vierge
Sur les berges
Du pays où je suis roi
Vers ses branches
Mon corps penche
Tout mon être maladroit
Que déverse
Et bouleverse
La douceur de ce chant là

Jérôme Huet,
*mis en musique par l’auteur
Tous droits réservés


© Tous les textes et documents disponibles sur ce site, sont, sauf mention contraire, protégés par une licence Creative Common (diffusion et reproduction libres avec l'obligation de citer l'auteur original et l'interdiction de toute modification et de toute utilisation commerciale sans autorisation préalable).

carre_trans Avec les mêmes mots-clefs
puce Nouveau salon littéraire, 12 mai, Paris : L’écrit en relief, revisiter l’écrit grâce au pop-up
puce Et savoir attendre
puce Salon littéraire du 21 mai 2016 - Compte-rendu, première partie
puce Interview de Minh-Triêt Pham - Le haïku
puce Lecture poétique à la Comédie Française
puce L’art s’empare de l’absinthe, ou l’inverse peut-être ...
puce Lecture et performance des Haïkus du livre Au Fil des pas
Equipe Eclairement L'association
La lettre S'abonner
Facebook Twitter
Linux   Windows   Théâtre   Société   Microsoft Office   Europe   Fable   Poésie   Windows Mobile   Séries TV   Android   Windows Vista   Windows 7   Photographie   Urbanisme   Tutoriels   Littérature   Histoire   Métier   Cours   Musique   Tutoriels pour débutant   Firefox   HTML   BD   Techniques   Anime   Installation   Manga   Droit   Spectacle   sport   Cinéma   Edito   Culture générale   arts visuels   Recherche d’information bibliographique   Vie privée   Pages Ouvertes   Education   Bases de données   Peinture   Roman  
Eclairement © 1998 - 2012
Mentions légales - Contact - Partenaires